Changer d'édition

Des policiers belges apprendront le luxembourgeois
Grande Région 24.10.2019

Des policiers belges apprendront le luxembourgeois

Police Belge Belgique

Des policiers belges apprendront le luxembourgeois

Police Belge Belgique
Photo: Shutterstock
Grande Région 24.10.2019

Des policiers belges apprendront le luxembourgeois

Pour faciliter les échanges entre services de police de la province de Luxembourg et du Grand-Duché, le chef de corps de la zone de police Arlon entend faire donner des cours de la langue de Michel Rodange, sur base du volontariat. Une expérimentation qui devrait débuter «prochainement».

(Jmh) - Dans un avenir plus ou moins proche, les policiers luxembourgeois ne devraient plus être les seuls à être capables de communiquer dans la langue de Michel Rodange. Leurs homologues de la zone de police Arlon-Attert-Martelange-Habay devraient l'être également, du moins à en croire le commissaire divisionnaire Mickäel Collini. 

Cité par La Meuse, le chef de corps de la zone de police belge à l'initiative de cette expérimentation justifie la démarche non seulement par la présence «dans la région d'habitants d'expression luxembourgeoise (...) plus particulièrement sur la commune d'Attert» mais aussi par «l'importance de la langue luxembourgeoise dans nos contacts transfrontaliers avec la police ou les habitants luxembourgeois». 

Une référence aux 33 kilomètres de frontière partagés entre les deux polices et aux opérations transfrontalières menées sur les deux territoires. Si l'idée, présentée mardi au ministre belge de l'Intérieur, doit se faire sur base du volontariat, aucun délai quant à la mise en place concrète de cette mesure n'a été avancé. Seul l'indication selon laquelle un appel d'offres destiné à trouver un professeur de luxembourgeois a été donnée. Contactée, la police grand-ducale indique «ne pas avoir connaissance de ce projet». 


Sur le même sujet

Où résident exactement les frontaliers du Luxembourg ?
Nécessaires au fonctionnement de l'économie, les salariés qui franchissent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail habitent majoritairement dans un rayon de 30 km autour du pays. Des zones densément peuplées et amenées à l'être encore plus.