Changer d'édition

Des «frais d'énergie» pour des parents d'élèves
Grande Région 2 min. 24.11.2022
Dans une école d'Arlon

Des «frais d'énergie» pour des parents d'élèves

Du côté de la fédération Wallonie-Bruxelles, on considère cette pratique comme «illégale».
Dans une école d'Arlon

Des «frais d'énergie» pour des parents d'élèves

Du côté de la fédération Wallonie-Bruxelles, on considère cette pratique comme «illégale».
Photo: Marc Wilwert
Grande Région 2 min. 24.11.2022
Dans une école d'Arlon

Des «frais d'énergie» pour des parents d'élèves

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Plusieurs parents d'élèves scolarisés dans une école d'Arlon ont eu la désagréable surprise de se faire facturer cette «participation aux frais d'énergie». Si la question de la légalité d'une telle démarche se pose, l'école s'est en tout cas justifiée.

Quelle ne fut pas la surprise de plusieurs parents d'élèves scolarisés dans un établissement d'Arlon de se faire facturer, il y a quelques jours, une somme de 40€ de frais de chauffage en guise de «participation aux frais d'énergie». La Ligue des familles a dénoncé cette demande, qu'elle juge inacceptable.


L'évolution des prix de l'énergie inquiète de plus en plus
Les sujets d'inquiétude grandissent dans la population résidente. L'accès à un logement abordable reste cependant la préoccupation majeure des personnes sondées par ILRES.

La Ligue des familles, informée de ce nouveau cas, s'est autant offusquée que les parents sur cette pratique, parlant d'une «double peine». «Pour les parents, c'est la double peine: leurs propres factures d'énergie explosent, et certains devraient en plus payer celles des écoles! La fédération Wallonie-Bruxelles a prévu des budgets supplémentaires pour aider les établissements à faire face à la hausse des coûts. S'ils ne sont pas suffisants, le dispositif doit être revu. Mais, en aucun cas, il n'est acceptable de refacturer les frais de chauffage ou d'électricité des écoles aux parents», déplore Christophe Cocu, directeur général de l'institution, dans un communiqué.

L'école se justifie

Interrogée par nos confrères de RTL, la direction de l'école affirme avoir reçu «l'aval du réseau libre, qui estime que c'est autorisé pour de l'accueil extrascolaire». En guise de justification, l'établissement arlonais ajoute également que le montant de la facture d'énergie a bondi, passant de 1.000 à 5.000€. «Nous avons répercuté ces frais sur tous les enfants qui fréquentent le self-service, c'est-à-dire tous les enfants, car aucun n'a la chance de rentrer chez lui le midi», a expliqué la direction à nos confrères.


Les Luxembourgeois sont-ils devenus économes ?
Mettre le sèche-linge et le four au repos, éteindre le téléphone portable et porter des vêtements chauds. Voilà comment le Luxembourg économise de l'énergie.

La question de la légalité d'une telle démarche se pose. Du côté de la fédération Wallonie-Bruxelles, on considère cette pratique comme «illégale». «Les écoles reçoivent des subventions pour leurs frais de fonctionnement. En aucun cas, elles ne peuvent répercuter ce genre de coûts sur les parents». C'est pour cette raison que la Ligue des familles a demandé au ministère de rappeler aux écoles ces règles de gratuité scolaire. «Le gouvernement vient en outre de débloquer des moyens supplémentaires pour soutenir les écoles face à la hausse des coûts de l'énergie», a rappelé la ministre de l'Éducation Caroline Désir à l'agence Belga.

Par ailleurs, toujours selon l'institution, d'autres plaintes sont remontées concernant des cas similaires ailleurs dans le pays. Cette fois-ci pour des parents dont les enfants fréquentent des crèches. Il est question d'augmentation de plus de 30% des tarifs pour affronter les coûts de l'énergie. «Une fois que leur enfant fréquente une crèche, il est très difficile pour les parents d'en changer. Ils sont donc contraints de payer chaque mois des sommes bien plus élevées que ce qu'ils avaient prévu au départ. La Ligue des familles appelle à un cadre légal plus strict en la matière», conclut Christophe Cocu.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plusieurs États membres de l'UE, dont le Luxembourg, ont annoncé ces dernières semaines leur décision de se retirer du traité, jugeant le compromis sur la table très insuffisant pour répondre aux défis du climat.
Luxembourg's Energy Minister Claude Turmes