Changer d'édition

Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg
Grande Région 4 min. 12.05.2020

Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg

Carole Dieschbourg, au nom de l'Etat luxembourgeois, émettra un avis critique sur le projet belge d'enfouissement.

Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg

Carole Dieschbourg, au nom de l'Etat luxembourgeois, émettra un avis critique sur le projet belge d'enfouissement.
Grande Région 4 min. 12.05.2020

Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, entend mobiliser la population pour s'opposer à un projet de l'Etat belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière. L'impact environnemental pourrait concerner l'approvisionnement en eau potable.

Le temps presse. Jusqu'au 13 juin, il est possible de s'exprimer sur l'avant-projet fédéral de l'Etat belge de créer sur son territoire des sites de stockage de déchets radioactifs. Et l'Etat luxembourgeois compte bien profiter de ce (court) délai pour marquer son opposition à cette initiative. Mardi, la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a même insisté pour que «citoyens, élus, associations, ONG, syndicats se joignent au gouvernement pour exprimer ce refus» .

Ainsi, la Belgique a-t-elle fait connaître une liste de sept sites où, possiblement en fonction de la nature du sous-sol, il lui serait possible d'enfouir des éléments issus de ses centrales nucléaires. Et parmi ces endroits, certains se trouvent tout proches du Grand-Duché, en Gaume par exemple. «Mais ce sont les mêmes couches géologiques qui courent sous nos pieds, de la Belgique au Luxembourg. En cas de problème, nous pourrions avoir une pollution pour des siècles sur nos réserves d'eau potable», alerte la ministre écologiste.


2019, un excellent millésime nucléaire pour la Belgique
Fini les incidents en cascade. Les centrales nucléaires belges ont retrouvé l’an dernier une capacité de production presque complète.

La consultation transfrontalière qui vient d'être lancée par les autorités belges ne comporte malheureusement guère plus de détails. C'est bien là une incohérence que soulève le gouvernement luxembourgeois. «On nous présente un dossier sans évaluation stratégique des impacts sur l'environnement (...) C'est non transparent!», regrette Carole Dieschbourg face à un projet pouvant menacer la nature mais aussi la vie des citoyens. «Ce n'est pas l'approche que nous souhaitons entre voisins».

Voilà notamment deux zones retenues par les autorités belges qui préoccupent l'Etat luxembourgeois.
Voilà notamment deux zones retenues par les autorités belges qui préoccupent l'Etat luxembourgeois.
Détail : site Géoportail.lu

Mais pour la ministre verte et le restant du gouvernement, il est capital que les citoyens s'activent face à ce «dossier comptant une série d'incohérences». Dès mercredi, l'Etat publiera dans les quotidiens des pages d'information sur ce qui est connu de ce programme d'enfouissement, invitant chacun à signifier son opposition afin que ne soit pas signé l'arrêté royal qui rendrait les choix définitifs. Des informations et une cartographie ont également été mises en ligne sur le site du ministère.

Au-delà de la pression populaire, l'Etat compte aussi se servir du droit pour stopper le dispositif belge. Notamment via la directive européenne sur les incidences environnement et la convention Espoo qui prévoient une totale transparence sur les projets d'un Etat pouvant en impacter un autre. Le ministre de l'Energie, Claude Turmes (Déi Gréng), avait déjà agité cet épouvantail concernant le devenir de la centrale nucléaire de Cattenom côté français, voilà le texte qui pourrait bien être utile face aux intérêts de la Belgique cette fois.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Belgique accuse le Grand-Duché de «désinformation»
L'appel à la mobilisation de Carole Dieschbourg (Déi Gréng) mardi contre le projet de l'État belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière n'est pas passé inaperçu dans le royaume. Marie-Christine Marghem (MR), la ministre fédérale de l'Énergie est sortie de ses gonds.
10.11.2015 Luxembourg, intégtation des marchés gaziers, CREOS,  Marie Christine Marghem  photo Anouk Antony
La zone de Tchernobyl toujours ravagée par le feu
Plus de 400 pompiers ukrainiens combattaient lundi un important incendie autour de la zone d'exclusion de la centrale. Les autorités se montrent rassurantes tandis que des observateurs estiment que la situation est difficilement contrôlable.
TOPSHOT - This aerial picture taken on April 12, 2020 shows a forest fire burning at a 30-kilometer (19-mile) Chernobyl exclusion zone in Ukraine, not far from the nuclear power plant. - Some 400 firefighters battle a blaze that broke out on April 4, 2020 in the wooded zone around the ruined Chernobyl reactor that exploded in 1986 in the world's worst nuclear accident. (Photo by Volodymyr Shuvayev / AFP)
S'appuyer sur le droit pour contrer Cattenom
Farouche opposant à la centrale nucléaire voisine, le ministre de l'Energie Claude Turmes compte s'opposer à la prolongation d'activité du site EDF prévue jusqu'à 2035. Ses armes : deux textes à portée internationale.
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
Les «Huit de Cattenom» évitent la prison
Les militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire lorraine, en 2017, ont été jugés ce mercredi. La Cour d'appel de Metz les a condamnés à des jours-amendes ainsi qu'un salarié de l'association. Mais près de 260.000€ devront être versés à EDF pour préjudices.
TOPSHOT - This handout photograph taken and released by Greenpeace early October 12, 2017, shows a firework exploding at the Cattenom Nuclear Power Plant, some 50kms north of Metz. 
Greenpeace environmental activists were arrested after briefly entering the Cattenom nuclear power plant in Lorraine (eastern France) to alert the vulnerability of these sites to a possible attack. "Greenpeace activists on site, stopped by the gendarmes, no access to the nuclear zone, no impact on the safety of the installations", according to the twitter account of the power station, located a few kilometers from the border of Luxembourg. / AFP PHOTO / Greenpeace / HO /    IMAGE AVAILABLE FOR DOWNLOAD BY EXTERNAL MEDIA FOR 10 DAYS AFTER RELEASE -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / GREENPEACE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --  NO ARCHIVE --