Changer d'édition

Des bus express relieront Bastogne et Florenville à Luxembourg
Grande Région 3 min. 22.09.2022
Mobilité des frontaliers

Des bus express relieront Bastogne et Florenville à Luxembourg

Ces lignes assureront  une liaison quasi directe entre les deux villes belges et la capitale grand-ducale.
Mobilité des frontaliers

Des bus express relieront Bastogne et Florenville à Luxembourg

Ces lignes assureront une liaison quasi directe entre les deux villes belges et la capitale grand-ducale.
Crédit: letec.be
Grande Région 3 min. 22.09.2022
Mobilité des frontaliers

Des bus express relieront Bastogne et Florenville à Luxembourg

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Dans un objectif de lutte contre l'autosolisme et afin de privilégier la mobilité douce, le ministre wallon de la Mobilité a annoncé ces deux nouvelles lignes dites "express". Toutefois, les frontaliers désireux d'en profiter devront se montrer patients.

La mobilité des frontaliers, en voilà un thème qui fait couler pas mal d'encre depuis de très nombreuses années. Il faut dire que les soucis de congestion du trafic empoisonnent de plus en plus les dizaines de milliers de travailleurs belges, français ou allemands qui traversent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail luxembourgeois. Le mode de déplacement privilégié de ces derniers? La traditionnelle voiture. Malheureusement, ils sont plus de 80%, soit quatre personnes sur cinq, à pratiquer ce qu'on appelle l'autosolisme, c'est-à-dire qu'ils voyagent seuls à bord. 


Lokales,PK Présentation du Plan National de Mobilité Francois Bausch. Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Mes solutions pour améliorer la mobilité des frontaliers»
Rencontre avec François Bausch, le ministre de la Mobilité, afin d'évoquer les solutions qui seront mises en place afin d'alléger le trafic routier pour les travailleurs frontaliers.

Un phénomène contre lequel le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), entend bien lutter en continuant à promouvoir corps et âme des alternatives, celle des transports en commun en tête. Les travailleurs frontaliers belges ont d'ailleurs leur rôle à jouer dans cette transition. On pense notamment au fameux chantier ferroviaire de la ligne Bruxelles-Luxembourg qui avance pas à pas. Mais pour le ministre, le bus a également toute sa place dans cette évolution des mentalités.

De l'Ardenne belge et de la Gaume jusqu'au Grand-Duché

C'est pour cette raison qu'il y a quelques jours, celui-ci a annoncé la création de plusieurs nouvelles lignes dites «Express», dont deux qui auront de quoi ravir les travailleurs frontaliers belges. En effet, une ligne reliant Bastogne à Luxembourg et une autre reliant Florenville à Luxembourg seront bientôt déployées sur le réseau du TEC belge.


Plaidoyer pour une meilleure «transition vers l’électromobilité»
Question de premier ordre au Luxembourg, l'électromobilité est plus que jamais d'actualité avec les prix de l’énergie. Premier employeur du pays, l’artisanat livre ses recommandations et ses doléances au gouvernement.

L'intérêt principal de ces deux nouvelles lignes étant qu'elles s'inscrivent dans le réseau «Express» du groupe. Comprenez par là que ces lignes assureront  une liaison quasi directe entre les deux villes belges et la capitale grand-ducale avec une cadence augmentée aux heures de pointe. De plus, ces bus offrent un confort supérieur à celui des cars plus traditionnels avec notamment le WiFi et des ports USB à bord.

Toutefois, avant que les frontaliers puissent en profiter, ceux-ci devront se montrer patients. Contacté par notre rédaction, le cabinet du ministère de la Mobilité belge indique que l'ouverture de ces deux lignes n'est prévue qu'en septembre 2023, dans un an donc. Le ministère nous informe cependant qu'un minimum de trois allers et retours sont prévus pendant la semaine. 

Un itinéraire toujours à l'étude

Pour le reste, difficile d'avoir plus de détails concernant le futur tracé de l'itinéraire avec, par exemple, les différents points d'arrêt envisagés, ni même de connaître approximativement le temps de trajet estimé. Motus également sur les modalités d'utilisation ou non de l'autoroute et notamment de la bande de covoiturage belge reliant Arlon à la frontière luxembourgeoise. Au vu des bouchons qui s'allongent au fil des jours avant la frontière, la possibilité pour les bus d'utiliser cette bande serait bienvenue. «L'utilisation ou non de l'autoroute dans l'itinéraire est pour le moment toujours à l'étude», indique donc le ministère.


Les transports en commun wallons en route pour la gratuité
L'objectif est d’offrir une alternative à la voiture tout en participant à la lutte contre le réchauffement climatique.

Ce dernier ajoute toutefois que si ces deux lignes pourraient effectivement intéresser les frontaliers, les étudiants pourraient également en tirer profit. «D'autant plus que depuis le mois de septembre, l'abonnement TEC n'est plus qu'à 1€ par mois pour les jeunes de 18-24 ans ainsi que les 65 ans et plus», précise-t-on. Pour les autres, le prix d'un ticket sera de 8 euros, avec toutefois des possibilités d'abonnement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mise en service prévue à l'été 2023
Commandé fin 2018, ce nouveau matériel doit permettre d'augmenter, d'ici 2025, de 50% le nombre de places assises du rail luxembourgeois, tout en offrant des nouveautés technologiques aux utilisateurs.
Inauguration du tronçon Gare-Bonnevoie
Ce dimanche, un nouveau segment du tramway luxembourgeois - 1,2 km entre la gare centrale et le lycée Bonnevoie - est inauguré. L'occasion de rappeler les mises en service des précédents tronçons, et d'évoquer les futures extensions.
Alors qu'une nouvelle période de concertation publique doit débuter en septembre, une association nouvellement créée à Florange se mobilise pour l'abandon pur et simple du tronçon nord de l'A31bis, quel que soit son tracé.