Changer d'édition

Couvre-feu sur le Luxembourg belge
Grande Région 3 min. 13.10.2020

Couvre-feu sur le Luxembourg belge

Les rues d'Arlon et de toutes les localités de la province seront désormais totalement désertes entre 1 heure et 6 heures du matin

Couvre-feu sur le Luxembourg belge

Les rues d'Arlon et de toutes les localités de la province seront désormais totalement désertes entre 1 heure et 6 heures du matin
Photo: Shootlux
Grande Région 3 min. 13.10.2020

Couvre-feu sur le Luxembourg belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Dès mercredi, il sera interdit de circuler dans la province entre 1 et 6 heures du matin. La mesure vaut également pour le Brabant wallon.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - Ce mercredi, entre 1 heure et six heures du matin, il sera interdit de circuler dans la province belge de Luxembourg. Il en ira de même en Brabant wallon, la province située au sud de Bruxelles. Cette mesure sera d'application pendant deux semaines, et sera renouvelable.

Telle est la décision qu'ont prise lundi en soirée les gouverneurs des deux provinces dans le cadre de la lutte contre le covid-19. Seuls restent autorisés les déplacements essentiels justifiés par des raisons de santé humaine et animale, par le travail, les stages  ou encore la nécessité de voyager de nuit pour se rendre à l'étranger.

Olivier Schmitz, le gouverneur de la province de Luxembourg le répète inlassablement: «Nous voulons à tout prix éviter un reconfinement»
Olivier Schmitz, le gouverneur de la province de Luxembourg le répète inlassablement: «Nous voulons à tout prix éviter un reconfinement»
Source: wikipedia

La situation pandémique que connaissent ces provinces est à l'origine de ce couvre-feu. «Les rapports reçus ce matin ont malheureusement confirmé la tendance à l’aggravation des indicateurs épidémiologiques», indiquait lundi soir Olivier Schmitz, le gouverneur de la province de Luxembourg, par voie de communiqué. «Le taux d’incidence pour notre province est aujourd'hui de 461 cas par 100.000 habitants (36 communes sur 44 dépassent le taux d'incidence de 250). La province de Luxembourg a également le taux de reproduction le plus important de Belgique (1,912). Le nombre de cas confirmés a connu entre la semaine du 25 septembre au 1er octobre et la semaine du 2 au 8 octobre une augmentation de 172%.»

C'est toutefois le Brabant wallon qui a d'emblée mis une pression maximale pour imposer le couvre-feu. Gilles Mahieu, le gouverneur de cette province densément peuplée qui accueille la ville estudiantine de Louvain-la-Neuve, a ferraillé longuement pour enlever la décision. A ce jour, seule la province de Luxembourg a choisi d'en faire de même, mais il n'est pas impossible que le reste de la Wallonie suive en tout ou en partie dès mercredi. Une réunion doit se tenir à Namur qui pourrait élargir la mesure.


Un couvre-feu obligatoire pour Anvers et sa province
Pour contrer le rebond de la pandémie, des mesures sanitaires spécifiques sont imposées à ce territoire situé au cœur de la Flandre. Personne ne peut y sortir de nuit.

«Nous sommes aujourd'hui la province la plus touchée de Wallonie, avec un taux d’incidence de 623/100.000 habitants et un taux de positivité de 15% (contre 1,5% il y a un mois), explique Gilles Mahieu. Seule note positive, le taux de reproduction se maintient à 1,7.» Le gouverneur se refuse toutefois de pointer les jeunes, volontiers rendus responsables de la propagation de l'épidémie en raison de comportements festifs et grégaires: «Pas question pour nous de cibler une catégorie plutôt qu'une autre. La mesure que l'on a prise ne vise donc pas seulement les étudiants de Louvain-la-Neuve, comme d'aucuns pourraient le croire. Ce serait réducteur car on doit constater un travail remarquable réalisé par les cercles.»

Il reste qu'avec 600 étudiants positifs (sur 21.500), Louvain-la-Neuve fait grise mine, au grand dam des autorités académiques qui n'ont cessé de prôner un retour à la vie normale. «Nous avons beaucoup fait pour sensibiliser les étudiants aux conséquences de leur comportement, et pourtant cela n'aide pas», s'est désespéré le vice-recteur Philippe Hiligsmann sur la chaîne publique flamande VRT.


A police officer wearing protective gloves patrols in a park in Brussels on April 15, 2020 , as a strict lockdown has been in place for the past five weeks to stop the spread of COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Les Belges sous haute surveillance
Dans les commerces comme dans les universités, la surveillance est de mise. Pour des raisons très différentes.

Le Brabant wallon a également décidé d'interdire la consommation d'alcool dans l'espace public. Boire et manger sur les marchés et les brocantes est prohibé. Les buvettes des clubs sportifs sont privées d'alcool et doivent fermer 30 minutes après la dernière activité sportive.

Olivier Schmitz, le gouverneur du Luxembourg, désigne lui aussi les comportements festifs qui nuisent au respect des gestes barrières. Il prévient: «Il nous faut adapter nos comportements, sans quoi un reconfinement sera inévitable. Et cela, nous voulons à tout prix l'éviter.»  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La vigilance reste de mise dans les maisons de retraite
En dépit de la hausse du nombre des infections depuis fin juin, le gouvernement n'a pas imposé de nouvelles restrictions au secteur des soins et du logement des personnes âgées. Onze contaminations y sont actuellement constatées, tandis que 13 employés sont aujourd'hui placés en quarantaine.
Reportage Internationaler Tag der Pflege, CIPA op der Ruhm, Foto Lex Kleren
La Belgique gèle son déconfinement
Les mesures destinées à assouplir les conditions sanitaires en vigueur dans les secteurs culturel et sportif sont reportées d’une semaine au moins.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes wears a protective face mask following a plaque unveiling ceremony as part of the 60th anniversary of DR Congo's Independence, in Ixelles on June 30, 2020. - Belgium's King Philippe expressed his "deepest regrets" on June 30, 2020, for the harm done during Belgian colonial rule in DR Congo, in a first for his country. Philippe, who has reigned since 2013, made his remarks in a letter to the president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, on the the 60th anniversary of Congo's independence on June 30, 1960. (Photo by JOHN THYS / AFP)