Changer d'édition

Cinq jours de bonus pour les télétravailleurs français
Grande Région 3 min. 19.10.2021
Commission intergouvernementale

Cinq jours de bonus pour les télétravailleurs français

La moitié des emplois proposés au Luxembourg serait de nature "télétravaillable".
Commission intergouvernementale

Cinq jours de bonus pour les télétravailleurs français

La moitié des emplois proposés au Luxembourg serait de nature "télétravaillable".
Photo illustration : Guy Jallay
Grande Région 3 min. 19.10.2021
Commission intergouvernementale

Cinq jours de bonus pour les télétravailleurs français

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Cette fois, c'est entériné : Paris et Luxembourg se sont entendus pour relever le seuil de tolérance fiscale des frontaliers à 34 jours. De quoi aligner la France sur l'accord trouvé avec la Belgique.

De l'avis de Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes : «C'est un geste... relativement important». Certes, de nombreux élus mosellans auraient préféré que France et Luxembourg s'entendent sur une tolérance fiscale poussée à 47 jours sur la question du télétravail. Mais la proposition irritait trop le ministère des Finances, à Paris, pour qu'il en soit ainsi. Bruno Le Maire et son administration craignaient en effet de voir l'Hexagone perdre une partie de ses recettes fiscales. Alors va pour 34 jours, cinq de plus que ce que la convention fiscale passée entre les deux Etats permet sans changement dans l'imposition du salarié.


La double imposition suspendue, pas annulée
Si le fisc français vient de faire machine arrière sur une clause pénalisant nombre de ménages lorrains, pas question d'abroger la mesure. Paris se donne deux ans pour évaluer l'impact du texte qui pénaliserait les contribuables ayant des revenus au Luxembourg et en France.

Et la mesure prendra effet à compter de ? «2022», ne s'avance pas plus Clément Beaune. Pour l'heure, on se contentera donc de l'année, à défaut de savoir si l'application de l'accord trouvé pourra entrer en vigueur dès le 1er janvier prochain. L'accord signé se contente d'indiquer que les deux gouvernements «définiront dans un délai de six mois les modalités possibles».

C'est qu'avant de s'engager définitivement, Bercy doit faire et refaire ses comptes. Connaître exactement de combien de recettes fiscales éventuelles cet allongement pourrait priver les caisses de l'Etat français. 

Un chiffre que «les impôts» peinent à calculer depuis des mois. Mais surtout une somme dont se moquent, à l'avance, les députés frontaliers. Même s'ils appartiennent à la majorité gouvernementale (LREM), Isabelle Rauch, Brahim Hammouche ou Xavier Paluszkiewicz estiment que le montant non perçu ne sera jamais comparable à l'apport dû à l'économie luxembourgeoise dans le développement des territoires locaux. 


Le travail à domicile plébiscité par 98% des Français
Gain de temps, autonomie, meilleure concentration... la majorité des travailleurs de l'Hexagone plébiscitent le travail à la maison au moins une fois par semaine, révèle ce lundi la CGT. Mais le syndicat plaide pour un meilleur encadrement de la pratique.

Même position du côté de Metz Eurométropole qui, voici quelques jours, rappelait toute l'importance de conserver l'attractivité de l'emploi au Grand-Duché pour la zone frontalière. Autant pour le développement économique des bassins de vie que le maintien (voire l'accroissement) des populations. Et cela, les élus lorrains de tous bords sont prêts à le réaffirmer à Bercy, ça n'a pas de prix. 

Mardi, en conclusion de la 6ème Commission intergouvernementale (CIG) franco-luxembourgeoise, Corinne Cahen se gardait bien de commenter les hésitations parisiennes. La ministre de la Grande Région préférant saluer «ce que l'on peut considérer comme un premier pas dans le bon sens». Mais, avec diplomatie, la politicienne libérale (DP) signifiait aussi que, la crise covid ayant rabattu les cartes de l'organisation des entreprises, «le point d'arrivée reste la limite fixée par l'Europe au-delà des 40 jours donc.» 

Un autre palier certainement à débattre cette fois à l'échelle de l'union et de l'ensemble de la communauté, et pour une application plus lointaine dans le temps. «Mais bon, 34 jours c'est déjà significatif de l'écoute que nous avons eue des salariés et des élus des territoires», tranchait Clément Beaune avant de rejoindre l'Hexagone. «Nous n'allions pas faire le Grand Soir d'un coup. D'autant que la France ne doit pas faire avec trois Etats limitrophes comme le Luxembourg mais bien plus. Il faut donc trouver une position qui soit certainement commune avec nos partenaires gouvernementaux belges, allemands, italiens et espagnols». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Président de la Chambre de commerce et d'industrie française du Luxembourg, Fabrice Poncé estime que le Luxembourg reste «une terre d'opportunités» pour les salariés comme les investisseurs de l'Hexagone.
Non, en dehors des horaires de travail, un salarié n'a pas à suivre ses dossiers, répondre au téléphone ou lire ses mails. Le Conseil économique et social vient de soumettre une proposition qui devrait vite être intégrée au Code du travail luxembourgeois.
TOPSHOT - Visitors walk at the Mobile World Congress (MWC) in Barcelona on February 25, 2019. - Phone makers will focus on foldable screens and the introduction of blazing fast 5G wireless networks at the world's biggest mobile fair starting February 25 in Spain as they try to reverse a decline in sales of smartphones. (Photo by GABRIEL BOUYS / AFP)
L'usage des différents outils numériques au cours du confinement aura eu des effets néfastes sur les personnes en télétravail lors du confinement, relève mardi une étude du Liser. En cause notamment, une utilisation «trop intense» et trop «impersonnelle».
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le travail à domicile séduirait ceux qui le pratiquent. Les avantages seraient ainsi plus importants que ses inconvénients, révèle l'étude de la Chambre des salariés de Luxembourg publiée ce mardi.
Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant la difficulté de travailler chez soi.