Changer d'édition

Cattenom arrête brièvement son réacteur n°3
Grande Région 2 min. 14.02.2022
Centrale nucléaire

Cattenom arrête brièvement son réacteur n°3

Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 février 2022, le réacteur n°3 a fait l'objet d'une opération de maintenance.
Centrale nucléaire

Cattenom arrête brièvement son réacteur n°3

Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 février 2022, le réacteur n°3 a fait l'objet d'une opération de maintenance.
Photo: Marc Wilwert
Grande Région 2 min. 14.02.2022
Centrale nucléaire

Cattenom arrête brièvement son réacteur n°3

L'unité de production n°3 de la centrale nucléaire mosellane, située à 20 kilomètres de la capitale, doit faire l'objet d'une inspection poussée à partir du mois de mars, en raison de suspicions de corrosion.

Il fera déjà l'objet d'un arrêt le mois prochain pour des contrôles de sécurité. Le réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Cattenom, située à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise, a été arrêté un court instant dans la nuit de samedi 12 à dimanche 13 février. Des travaux de maintenance sur une pompe à huile devaient être réalisés, a annoncé EDF dans un communiqué publié dimanche. 


Exercice Force d'Action Rapide Nucléaire Cattenom Farn Übung 01.09.2021 / Foto: Foto: Steve Remesch
Le Luxembourg salue l'arrêt du réacteur n°3 de Cattenom
Alors que cinq des 56 réacteurs nucléaires que compte le parc nucléaire français sont déjà concernés par un problème de corrosion, celui de Cattenom 3 va bientôt s'ajouter à la liste. L'unité de production est concernée par des suspicions de problèmes similaires.

Un arrêt inopiné qui intervient quelques jours seulement après qu'EDF a annoncé une fermeture de cinq semaines, qui interviendra à partir du 26 mars prochain. En effet, le réacteur n°3, un des quatre situés sur la commune mosellane de Cattenom, fait l'objet de suspicions de corrosion de ses circuits électriques. Un défaut qui a notamment été repéré sur plusieurs autres réacteurs du parc nucléaire français.

Une situation qui a conduit le gouvernement luxembourgeois à exhorter la France à fermer également les trois autres réacteurs de la centrale, pour effectuer les mêmes types de contrôles. Pour le moment, ces trois réacteurs fonctionnent normalement, et aucun arrêt en lien avec ces suspicions de corrosion n'a encore été annoncé. «Etant donné que la centrale de Cattenom pose un risque d'ordre systémique pour le Luxembourg, nous ne manquerons pas de suivre du plus près l'évolution de ces contrôles», ont notamment fait savoir les ministres luxembourgeois de l'Environnement et de l'Energie.

Pour rappel, le réacteur n°3 avait subi de longs mois d'arrêt en 2021 dans le cadre de sa visite décennale. Sept mois durant, l'unité de production avait subi une série de tests poussés visant à valider son autorisation de produire de l'électricité pour dix ans de plus. Cela n'a cependant pas empêché ce même réacteur de faire l'objet d'un arrêt inopiné un mois seulement après la fin de cette visite. Remise en ligne au bout de quatre jours par EDF, l'unité de production a de nouveau été mise à l'arrêt en octobre, puis en décembre 2021.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une source syndicale avait donné l'alerte la semaine passée, les soupçons sont désormais confirmés par EDF. L'entreprise a indiqué avoir trouvé des signes de corrosion à Cattenom, mais également dans trois autres réacteurs nucléaires français.
Cette pollution pourrait bientôt rejoindre le Luxembourg et l'Allemagne.
Alors que cinq des 56 réacteurs nucléaires que compte le parc nucléaire français sont déjà concernés par un problème de corrosion, celui de Cattenom 3 va bientôt s'ajouter à la liste. L'unité de production est concernée par des suspicions de problèmes similaires.
Exercice Force d'Action Rapide Nucléaire Cattenom Farn Übung 01.09.2021 / Foto: Foto: Steve Remesch
Après la toute récente double panne du réacteur n°4 qui a finalement redémarré jeudi 15 décembre, le réacteur n°3 de la Centrale nucléaire de Cattenom s'est arrêté automatiquement ce lundi alors que EDF tentait de le redémarrer.