Changer d'édition

Bettembourg, «terminus tout le monde descend!»
Grande Région 2 min. 18.07.2022 Cet article est archivé
Mobilité

Bettembourg, «terminus tout le monde descend!»

Ça se bouscule pour grimper dans la navette en direction de la gare centrale.
Mobilité

Bettembourg, «terminus tout le monde descend!»

Ça se bouscule pour grimper dans la navette en direction de la gare centrale.
Photo: Pascal Mittelberger
Grande Région 2 min. 18.07.2022 Cet article est archivé
Mobilité

Bettembourg, «terminus tout le monde descend!»

Charles MICHEL
Charles MICHEL
Les travaux de modernisation et d'extension de la gare de Luxembourg ont débuté ce lundi. Tout comme la galère de plusieurs milliers de frontaliers contraints de descendre de leur TER plus tôt que d'ordinaire.

(Charles Michel avec Pascal Mittelberger) - Gare de Metz, 7h31. En ce lundi matin, il ne reste presque plus aucune place assise dans la rame. Certains finissent leur nuit, d'autres consultent leur portable tandis que deux collègues de travail évoquent LE sujet du jour. On tend l'oreille. Âgée d'une quarantaine d'années, la femme appréhende: «On va voir comment ça circule avec les bus. Mais si c'est trop compliqué, je prends des jours de congés en plus des vacances que j'ai déjà posées, j'ai assez de stock pour ça.»


Si les TER seront de nouveau opérationnels ce mardi, les TGV devront attendre mercredi avant de circuler à nouveau entre les deux gares.
Les horaires complets des CFL pour cet été
Du 16 juillet au 7 août, en raison de travaux, aucun train ne circulera sur le tronçon Bettembourg-Luxembourg. Des bus de substitution seront mis en place entre Bettembourg et la gare centrale. Ils ne s'arrêteront pas à Howald ou à la Cloche d'Or.

Son collègue, lui, se veut plus rassurant: « Mais non, ils ont dit qu'il y aura des bus toutes les trois minutes, ça va aller. Et puis il va y avoir moins de monde que d'habitude, c'est les vacances.» Madame n'est pas rassurée: «Mais il n'y a pas que les frontaliers, il y a tous ceux qui viennent d'Esch-sur-Alzette aussi…»

Il faut se dire que c'est un mal pour un bien

Abdoulaye, travailleur frontalier

Pendant ce temps, en gare de Hagondange: assis sur un banc, les écouteurs fixés aux oreilles, Abdoulaye dénote dans le paysage par son étonnant sourire. «Les travaux? Il faut se dire que c'est un mal pour un bien...» Du haut de ses 28 ans, ce graphiste travaille depuis deux ans à Ettelbruck. «D'ordinaire, une fois arrivé à la gare de Luxembourg, il me suffit de changer de train, là, il va d'abord falloir descendre à Bettembourg pour prendre le bus jusqu'à la gare puis reprendre le train. Mais bon, comme c'est géré par les CFL, je suis rassuré. Je n'ai rien contre la SNCF, mais disons que j'ai l'impression d'être mieux informé, mais c'est peut-être juste une impression...» 

L'horloge indique 7h43 lorsque Abdoulaye grimpe dans le TER n°88503 déjà «bien chargé». Immédiatement, la voix d'une cheffe de bord retentit: «Nous vous rappelons que Bettembourg est le terminus de ce train.» Difficile d'oublier. 

Bettembourg, 8h14 (soit quatre minutes de retard par rapport à l'horaire affiché). Les portes à peine ouvertes, la transhumance de centaines de voyageurs commence. Ils déferlent sur la gare routière voisine. Des oriflammes leur indiquent le quai d'où partent les bus pour la gare centrale de Luxembourg. 

Avec leur gilet orange fluo sur le dos, les employés se transforment en maîtres de ballet pour faire virevolter des navettes très vite prises d'assaut. Les têtes aussi se mettent à tourner. Abdoulaye, lui, se montre plus serein et se permet même de choisir sa navette:   «Pour éviter un ''sardinage certain'', j'ai volontairement laissé partir les deux premières pour prendre la suivante un peu moins chargée.» 


Lokales, Bahnhof, Hauptbahnhof, CFL, Fahrgast, Passagier, Passager, Mobilität, Zug, Train, Bahnsteig, Quai, 
Schutzmaske, masque, Covid-19, Coronavirus, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
À la gare, les travaux vont jouer les prolongations
Ils devaient prendre fin le 11 septembre 2022. Les travaux de modernisation et l'extension de la gare de Luxembourg se prolongeront finalement au-delà de cette date.

Si la gare de Luxembourg-ville est plutôt bien desservie, il n'en est pas de même pour toutes les destinations... Un homme devant se rendre à Howald interpelle un agent. «Le bus vient de partir. Il y en a un toutes les vingt minutes...» Auxquelles s'ajoutent évidemment les trente minutes de trajet. Autre solution, rejoindre la gare puis rebrousser chemin jusqu'à Howald. Parti à 7h25 de Maizières-lès-Metz, Benoît est arrivé à 9h28 à son bureau. Soit 1h10 de plus que d'ordinaire. «Un bel enfer...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est parti pour, au moins, trois semaines compliquées pour les usagers des lignes ferroviaires 60 et 90. Les trains ne feront pas la liaison entre Bettembourg et Luxembourg Ville. Des bus de substitution sont mis en place par les CFL.
Plus aucun train ne partira ou n'arrivera à Metz dès ce mercredi soir à 21 heures.
Après une soirée de mardi cauchemardesque, les usagers du TER Metz-Luxembourg doivent composer, ce mercredi, avec une grève nationale. Jean Riconneau, secrétaire général CGT cheminots de Metz, tape du poing sur la table.
Le retour à la normale de la circulation des trains sur les lignes TER de la région Grand Est est prévu pour le mois de juin.
Intrusions, suicides et accidents. La ligne TER qui relie la préfecture de la Moselle à la capitale grand-ducale est régulièrement le théâtre d'actes délictueux qui entraînent, dans le meilleur des cas, de simples mais contraignants retards. Dans d'autres, des vies brisées.
Du 16 juillet au 7 août, en raison de travaux, aucun train ne circulera sur le tronçon Bettembourg-Luxembourg. Des bus de substitution seront mis en place entre Bettembourg et la gare centrale. Ils ne s'arrêteront pas à Howald ou à la Cloche d'Or.
Si les TER seront de nouveau opérationnels ce mardi, les TGV devront attendre mercredi avant de circuler à nouveau entre les deux gares.
Alors que les frontaliers s'apprêtent à reprendre massivement le chemin du bureau, la ligne Nancy-Metz-Luxembourg est toujours en proie à des dysfonctionnements, qui ont valu une suspension des paiements à la SNCF de la part de la région Grand Est.
Thionville Gare
Le trafic est totalement interrompu vers la France, sur la ligne 90, Luxembourg-Bettembourg-Thionville-Metz, et ce, pour au moins 48 heures. Alors que les frontaliers s'organisaient avec les bus et les quelques trains qui circulaient mardi soir, la SNCF annonce deux trains et des cars pour mercredi matin.
La SNCF annonce avoir mis en place 22 bus de substitution entre Thionville et Luxembourg depuis ce mardi matin.