Changer d'édition

L'immobilier flambe à Metz
Grande Région 2 min. 13.09.2021
Baromètre national

L'immobilier flambe à Metz

Dans la préfecture de la Moselle, les prix restent tout de même inférieurs de 900 euros par rapport à la moyenne nationale.
Baromètre national

L'immobilier flambe à Metz

Dans la préfecture de la Moselle, les prix restent tout de même inférieurs de 900 euros par rapport à la moyenne nationale.
Photo: Chris Karaba
Grande Région 2 min. 13.09.2021
Baromètre national

L'immobilier flambe à Metz

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Avec une augmentation de 18,9%, la commune mosellane est la ville moyenne française avec la plus forte hausse des prix de vente, selon l'Observatoire de l'immobilier. Faute d'offres, le marché y est très tendu.

Même la couronne parisienne n'a pas connu une hausse aussi importante. En 2021, Metz est devenue la ville moyenne où les prix immobiliers ont le plus augmenté en un an. Devançant Maisons-Alfort en région parisienne et Vannes en Bretagne, la commune mosellane enregistre une hausse de 18,9% entre 2020 et 2021, arrivant en tête du baromètre LPI-SeLoger, réalisé par l'Observatoire des prix immobiliers.

Ainsi, alors qu'il fallait compter 2.147 euros par mètre carré en 2020, les appartements messins se vendent à présent à 2.648 euros par mètre carré. Et si ce prix reste quand même inférieur de 900 euros à la moyenne nationale, le marché est tendu dans la commune de quelque 117.000 habitants. «Les annonces restent à peine une semaine, on m'a dit que des gens achetaient sur photos», témoigne un Messin au micro de France Bleu. Au point que beaucoup élargissent leur champ de recherche. «Etant donné la hausse des prix, on a préféré acheter une maison en périphérie, alors qu'à Metz on n'aurait pu s'offrir qu'un petit appartement», indique un père de trois enfants.

Une situation qui s'explique selon l'Observatoire des prix immobiliers par les atouts de la préfecture de la Moselle: «un bassin d'emploi dynamique», «la proximité avec Paris», «un cadre de vie agréable». Sans compter la proximité du Luxembourg qui y amène «des frontaliers à fort pouvoir d'achat», indique le président mosellan du syndicat des professionnels de l'immobilier, Cédric Lavaud.

Car de l'autre côté de la frontière, l'immobilier reste difficilement accessible. Avec une augmentation de 17% des prix au premier trimestre 2021, le mètre carré se vend à 7.267 euros en moyenne au Grand-Duché pour un appartement neuf, selon les derniers chiffres de l'Observatoire de l'Habitat. La commune la plus chère étant Luxembourg-Ville, où les ventes atteignent 10.462 euros le mètre carré. 

A noter que l'étude française ne mentionne pas l'évolution des prix pour Thionville, Longwy ou Briey, «faute d'un nombre suffisant de transactions», indique son auteur, Michel Mouillart. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si plus d'un millier de nouveaux logements ont déjà trouvé preneurs, le quartier en plein essor peine à trouver son dynamisme humain.
Lokales, Ladensterben Cloche D'Or  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Contrairement aux autres secteurs qui ont marqué le pas en 2020 en raison de la pandémie, le poids du logement dans le budget des ménages continue de peser toujours plus lourd, indique la CSSF dans son dernier rapport annuel. Une tendance qui ne serait pas près de changer.
Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Après avoir démontré qu'un nombre restreint de propriétaires détiennent la majorité des terrains constructibles au Luxembourg, le Liser détaille dans une nouvelle étude «les stratégies d'accumulation de richesse foncière des propriétaires et des promoteurs» . Et leur impact sur la crise du logement.
Wirtschaft, Immobilienmarkt, Mieten, Residenz, Sozialalmanach, Wohnung, Wohnungsbau, Wohnungsmarkt, Immobilien, Immobilienmarkt, A louer, A vendre, Immobilier, Zu vermieten, Zu verkaufen, Location, Land zum Bauen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Désireux d'accueillir des personnes fuyant notamment les zones de guerre, le Luxembourg se heurte encore et toujours au manque d'hébergement. Une réalité qui pousse les autorités à créer un turn-over dans les structures d'accueil, ce qui encourage la pression sur le marché immobilier.
Face à l'évolution des prix de l'immobilier et aux difficultés croissantes d'une part de plus en plus grande de la population à trouver un logement, déi Lénk entend faire bouger les lignes en faisant pression sur le gouvernement.
IPO,Baufàlliges Haus aus der rue Verte Nr 70-Cessingen.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Si son prédécesseur n'a guère porté ses fruits en matière de construction de logements abordables, le nouveau dispositif voté à la Chambre, se veut plus contraignant (et plus ambitieux). Mais les modalités ne sont pas au goût de tous.
Lokales- Kirchberg Place de l’Europe, Chantier, Baustelle, construction, cran, leute, pietons, Fußgänger, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort