Changer d'édition

Arrêt au stand pour le réacteur n°3 de Cattenom
Grande Région 2 4 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Arrêt au stand pour le réacteur n°3 de Cattenom

Parmi les opérations à venir, la levée de deux rotors d'alternateur et de turbine. Des pièces de 240 tonnes chacune.

Arrêt au stand pour le réacteur n°3 de Cattenom

Parmi les opérations à venir, la levée de deux rotors d'alternateur et de turbine. Des pièces de 240 tonnes chacune.
Photo : Chris Karaba
Grande Région 2 4 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Arrêt au stand pour le réacteur n°3 de Cattenom

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Avant de repartir pour un tour de dix ans, l'unité de la centrale nucléaire lorraine s'offre six mois de révision. Un chantier à 200 millions d'euros mobilisant de l'ordre de 3.000 intervenants.

Trois temps forts attendent la centrale nucléaire de Cattenom en 2021. Mais n'en déplaisent aux unités 1 et 2 mises à l'arrêt quelques semaines pour de «simples rechargements de combustible», «cette année, la vedette c'est la visite décennale du réacteur n°3», reconnait le directeur du site Jérôme Le Saint. Un semestre d'interruption, d'auscultations, de révisions, de remises à niveau, de travaux pour cette unité qui a produit ses premiers kilowatts en 1991 «et qui n'a pas fini d'apporter de l'électricité sur le réseau».


TOPSHOT - This handout photograph taken and released by Greenpeace early October 12, 2017, shows a firework exploding at the Cattenom Nuclear Power Plant, some 50kms north of Metz. 
Greenpeace environmental activists were arrested after briefly entering the Cattenom nuclear power plant in Lorraine (eastern France) to alert the vulnerability of these sites to a possible attack. "Greenpeace activists on site, stopped by the gendarmes, no access to the nuclear zone, no impact on the safety of the installations", according to the twitter account of the power station, located a few kilometers from the border of Luxembourg. / AFP PHOTO / Greenpeace / HO /    IMAGE AVAILABLE FOR DOWNLOAD BY EXTERNAL MEDIA FOR 10 DAYS AFTER RELEASE -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / GREENPEACE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --  NO ARCHIVE --
Les «Huit de Cattenom» évitent la prison
Les militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire lorraine, en 2017, ont été jugés ce mercredi. La Cour d'appel de Metz les a condamnés à des jours-amendes ainsi qu'un salarié de l'association. Mais près de 260.000€ devront être versés à EDF pour préjudices.

Car l'enjeu majeur de cette opération est bien de démontrer à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) «que le réacteur et toutes les installations liées sont non seulement en tous points robustes mais parés à produire de l'énergie pour dix ans de plus», ne cache pas Yannick Simonet, directeur-adjoint de la Centrale qui a préparé cette visite décennale depuis un an et demi entouré d'une cinquantaine d'ingénieurs. Dix-huit mois pour agencer le calendrier technique d'un chantier comptant 18.000 activités, pas moins.

Débuté mi-février, l'arrêt de tranche a déjà permis de tester (et valider) le parfait état de la cuve réacteur, le cœur même du processus de réaction atomique. Reste maintenant à s'assurer de l'étanchéité du bâtiment lui-même et de sa paroi béton. Ensuite, viendra le temps de l'épreuve hydraulique du circuit primaire. Trente inspecteurs de l'ASN seront dépêchés sur site pour vérifier résistance et étanchéité des cuve, pressuriseur et générateurs de vapeur soumis à des pressions extrêmes. «Alors, et si tout va bien, l'autorisation de redémarrage tombera dans la foulée et le réacteur reprendra du service pour une décennie supplémentaire», espère-t-on à la direction du site.

Car, clairement, cet investissement de 200 millions d'euros est loin de signifier un quelconque arrêt de la production. La centrale de Fessenheim a peut-être stoppé en juin 2020, mais sa cousine lorraine entend encore jouer un rôle majeur dans le parc nucléaire français. Alors même si la Belgique tournera le dos à l'atome d'ici 2025, même si le ministre luxembourgeois Claude Turmes (Déi Gréng) qualifie la centrale de «menace directe et permanente pour les populations du Luxembourg» et même si le gouvernement Bettel réclame encore l'arrêt des installations, Cattenom ne vacille pas.

Le site mosellan donc compte bien continuer à alimenter l'équivalent de 3 millions de foyers en électricité. Soit à lui seul 70% des besoins de la population de la région Grand Est. «Mais l'électricité fournie ici est de 30 à 40% moins coûteuse que celle produite en Allemagne. De plus, il s'agit d'une production bas carbone, alors pourquoi s'en priver?», interroge Yannick Simonet. Mais surtout les équipes EDF mettent en avant leur «respect à la lettre des référentiels de sûreté de plus en plus exigeants». Ce qui devrait rassurer tout le monde à l'ombre des panaches de vapeur.


Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
S'appuyer sur le droit pour contrer Cattenom
Farouche opposant à la centrale nucléaire voisine, le ministre de l'Energie Claude Turmes compte s'opposer à la prolongation d'activité du site EDF prévue jusqu'à 2035. Ses armes : deux textes à portée internationale.

Pour preuve de cette adaptation constante, le site a vu se monter ces derniers mois quatre nouveaux bâtiments au toit bleu, un local par réacteur. «Ils abritent chacun un moteur diesel du type de ceux qui font avancer les navires marchands. De quoi assurer pendant trois jours en totale autonomie l'énergie nécessaire aux circuits de sauvegarde pour refroidir les installations en cas d'incident majeur.» 

Un plus dans la panoplie sécuritaire qui a été rendu obligatoire après l'incident de Fukushima. «A l'époque, les Japonais ne disposaient pas de ces équipements et cela a été à l'origine des graves problèmes connus là-bas après le tsunami.» C'était il y a dix ans tout juste, dix ans déjà.

 

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis vendredi, l'unité n°3 de la centrale nucléaire lorraine est à l'arrêt. Et pour six mois même. Le temps pour les équipes de mener la révision décennale qui permettra le redémarrage du réacteur pour dix ans de plus.
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
L'idée vient d'Ukraine qui souhaiterait que la centrale nucléaire tristement célèbre soit intégrée dans la liste de lieux protégés par l'UNESCO. Le site avait explosé en 1986, et la zone (nouvelle destination touristique) reste privée de toute habitation.
25.04.11 Anti Atom Manifestation,Cattenom,Atomkraft nein danke , Atomkraftwerk .Foto:Gerry Huberty
Que les antinucléaires ne se réjouissent pas trop vite: sur les quatre réacteurs de la centrale lorraine deux ont été mis à l'arrêt, ce lundi matin, en raison d'un problème d'alimentation en eau et un troisième est en maintenance. Mais la centrale ne va pas s'arrêter de sitôt.
Lok , Bilanzpressekonferenz Atomzentrale Cattenom ,Thierry Rosso, Directeur du CNPE de Cattenom , EDF ,Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, entend mobiliser la population pour s'opposer à un projet de l'Etat belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière. L'impact environnemental pourrait concerner l'approvisionnement en eau potable.
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.
Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.