Changer d'édition

Arlon-Bruxelles en 2h, pas avant 2027
Grande Région 2 min. 03.10.2019 Cet article est archivé

Arlon-Bruxelles en 2h, pas avant 2027

Le réseau à rénover côté belge remonte à 1958.

Arlon-Bruxelles en 2h, pas avant 2027

Le réseau à rénover côté belge remonte à 1958.
Photo: AFP
Grande Région 2 min. 03.10.2019 Cet article est archivé

Arlon-Bruxelles en 2h, pas avant 2027

Le ministre fédéral wallon de la Mobilité a confirmé que l'amélioration des temps de parcours entre les deux villes n'allait pas être aussi rapide qu'espéré. De quoi sérieusement entamer la promesse de Xavier Bettel qui, en 2016, annonçait une liaison entre Luxembourg et la capitale belge en 2h07, d'ici 2023.

(PJ) Le député fédéral wallon Josy Arens, et bourgmestre d'Attert, est lassé. Fatigué de constater que l'amélioration du temps de parcours promise pour les trains empruntant la ligne 162 ne cesse d'être repoussée. Aussi, mercredi, s'en est-il ouvert auprès du ministre de la Mobilité, François Bellot. Avec ce reproche en bouche: «Il faut toujours trois heures pour faire Arlon-Bruxelles, c'est inacceptable.»

Si la réponse reçue intéresse le Grand-Duché, c'est parce que la ligne 162 démarre depuis la gare de Luxembourg. Et aussi parce qu'en 2016, à l'issue d'une rencontre intergouvernementale, Xavier Bettel avait assuré qu'à l'horizon 2023, les passagers du train pourraient passer d'une capitale européenne à l'autre en 2h07. Un gain d'approximativement une heure qui, au final, va devoir être repoussé. Désolé pour les amateurs de grande vitesse.

Un tronçon vieillissant

En effet, François Bellot a été clair: «Je préfère annoncer la couleur que de dire des choses plaisantes comme une fin en 2020. Non, ce sera terminé en 2027». En attendant, les 175 km de voies côté belge vont continuer à être en travaux. Entre allongement des quais, réélectrification à 25.000 volts du réseau d'alimentation des trains et autres rénovations, Infrabel ne pourra tenir les délais initiaux.

Cela fait pourtant au moins douze ans que la promesse de diminuer d'une heure la liaison est dans l'air et que les premiers travaux ont débuté. Le tronçon en question souffre d'une vétusté facile à comprendre. Il remonte à 1958, date à laquelle Bruxelles avait accueilli l'exposition universelle. Depuis, cette partie du réseau -longue de 175 km côté belge- n'a pas fait partie des axes prioritairement entretenus et modernisés.


Tram, Mobilität, Mobilitéit, öffentlicher Transport, Straßenbahn
A la recherche de la «mobilité de demain»
Le ministère de la Mobilité a lancé ce mercredi matin une nouvelle enquête visant à comprendre quels facteurs jouent sur les comportements des voyageurs pour leur déplacement journalier. Le nord de la Lorraine et la Wallonie participent également.

A l'heure où est lancée une vaste enquête transfrontalière sur la mobilité, le sujet pourrait bien refaire surface dans les commentaires des usagers du rail. Même si, du côté des navetteurs belges, on peut se féliciter d'avoir pu intégrer le système de sécurité ERTMS (indispensable à compter du 1er janvier 2020 pour rouler sur le réseau ferré luxembourgeois). Ce qui est encore loin d'être le cas chez les voisins français.




Sur le même sujet

A la recherche de la «mobilité de demain»
Le ministère de la Mobilité a lancé ce mercredi matin une nouvelle enquête visant à comprendre quels facteurs jouent sur les comportements des voyageurs pour leur déplacement journalier. Le nord de la Lorraine et la Wallonie participent également.
Tram, Mobilität, Mobilitéit, öffentlicher Transport, Straßenbahn
A la recherche de la «mobilité de demain»
Le ministère de la Mobilité a lancé ce mercredi matin une nouvelle enquête visant à comprendre quels facteurs jouent sur les comportements des voyageurs pour leur déplacement journalier. Le nord de la Lorraine et la Wallonie participent également.
Tram, Mobilität, Mobilitéit, öffentlicher Transport, Straßenbahn
La SNCF tente de rattraper son retard
A trois mois de l'échéance fixée par le Luxembourg, la compagnie ferroviaire française continue d'équiper rapidement ses trains frontaliers du nouveau système de sécurité européen. Les voyageurs seront informés des changements à venir mi-novembre.
Nouveau record de fréquentation pour les CFL
L'opérateur ferroviaire luxembourgeois annonce mardi un bénéfice annuel 2018 de 10 millions d'euros, une légère augmentation de ses passagers à 23,3 millions, et un taux de ponctualité constant à 89%.