Changer d'édition

ArcelorMittal posera son Digital Lab à Uckange
Grande Région 2 min. 03.12.2019

ArcelorMittal posera son Digital Lab à Uckange

En plus de la Lorraine, ArcelorMittal a retenu Dunkerque dans le Nord pour accueillir un second Digital Lab.

ArcelorMittal posera son Digital Lab à Uckange

En plus de la Lorraine, ArcelorMittal a retenu Dunkerque dans le Nord pour accueillir un second Digital Lab.
Photo : ArcelorMittal
Grande Région 2 min. 03.12.2019

ArcelorMittal posera son Digital Lab à Uckange

Le groupe sidérurgique a annoncé l'ouverture de ce nouveau service en Moselle à l'horizon 2021. Le projet consistera à regrouper sous un même toit des start-up et des spécialistes de la digitalisation pour proposer à l'industriel et ses personnels des solutions et des formations.

(pj) A l'Ouest, Dunkerque. A l'Est, Uckange. ArcelorMittal ne pouvait choisir deux points plus géographiquement opposés sur la carte de France. Mais désormais, ces deux sites liés à l'activité sidérurgique de longue date partagent un autre point commun : ils accueilleront les deux Digital Labs destinés à faire progresser l'innovation au sein du groupe industriel.

A Uckange, non loin de Thionville, le projet s'étendra sur 2.000 m2 dans un bâtiment -ô combien symbolique- puisqu'il s'agit des anciens grands bureaux de l'usine sidérurgique fermée à l'aube des années 80. Des locaux qui jouxteront la plateforme de recherche et de développement Metafensch, centre public travaillant notamment dans le domaine de l'élaboration de métal selon de nouvelles techniques.

Prévu pour le premier trimestre 2021, le lieu accueillera experts du numérique et start-up qui distilleront les bénéfices de leurs expériences à leur «hébergeur». C'est ainsi qu'ArcelorMittal voit son Digital Lab comme «un lieu d'innovation, de formation, de codéveloppement et de coworking».

Trois axes de travail seront plus spécialement proposés aux partenaires du groupe dans cette expérimentation menée en Lorraine: big data, maintenance 4.0 et qualité. Dans le Nord, le Lab de Dunkerque devant plus s'orienter vers les   problématiques de l’énergie, l’environnement et la sécurité.

Et le Luxembourg?

Pour David Glijer, directeur de la transformation digitale d’ArcelorMittal France: «Nos Digital Labs répondent à un triple objectif : ils vont permettre d’améliorer notre performance industrielle et commerciale en faisant entrer plus rapidement chez ArcelorMittal les technologies de la réalité augmentée, du big data, de l’internet des objets… ; ils assureront la montée en compétences des équipes d’ArcelorMittal et la formation des jeunes au digital. Ils renforceront les relations d’ArcelorMittal avec le tissu économique local, des start-up aux établissements d’enseignement supérieur en passant par les collectivités locales».

Reste à savoir comment s'explique le choix du groupe pour ces deux implantations françaises. Le Luxembourg, qui se dit haut et fort «digital nation», n'a pu obtenir pareil investissement dans la matière grise et le secteur de la recherche et développement. Une compensation qui aurait été d'autant plus appréciable que les dernières actualités d'ArcelorMittal au Grand-Duché concernent toujours le plan de diminution de 216 emplois dans ses usines de Differdange et Belval.


Sur le même sujet

ArcelorMittal en cause dans une nouvelle pollution
La cokerie de Florange, en Moselle, est pointée du doigt après un déversement d'acide chlorhydrique dans la rivière Fensch. L'industriel se défend de tout accident, mais un rapport interne confirme l'incident.
En huit mois, la Fensch a connu cinq épisodes de pollution en lien avec les activités sidérurgiques.
L'Italie entame un bras de fer avec ArcelorMittal
Au lendemain de la décision du géant de l'acier d'annuler son rachat du groupe Ilva, le chef du gouvernement italien a assuré que l'Italie serait «inflexible» sur les engagements pris par le groupe sidérurgique sur l'avenir de l'aciérie.
Au sud de l'Italie, l'usine Ilva de Tarente est «réputée» pour être source de pollution.
A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»
L'investisseur britannique qui a racheté l'usine locale d'ArcelorMittal a levé une partie du voile sur ses intentions. Il compte faire du site un lieu de production plus propre et moins gourmand en énergie et matières premières.
Einweihung Liberty Steel Düdelingen in der Z.I. Wolser. Sanjeev Gupta (Executive Chairman)  (Foto: Alain Piron)