Changer d'édition

Arcelor sous la menace d'une amende à 300.000 euros
Grande Région 2 min. 12.11.2020

Arcelor sous la menace d'une amende à 300.000 euros

En Moselle, la cokerie, en cause dans les deux épisodes de pollution, est maintenant fermée.

Arcelor sous la menace d'une amende à 300.000 euros

En Moselle, la cokerie, en cause dans les deux épisodes de pollution, est maintenant fermée.
Photo : AFP
Grande Région 2 min. 12.11.2020

Arcelor sous la menace d'une amende à 300.000 euros

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'industriel a reconnu que ses installations étaient à l'origine d'une pollution de la rivière Fensch, près de Hayange. Mais un second incident lui est aussi reproché. Le tribunal de Thionville jugera l'infraction en janvier prochain.

Déversement de substance nuisible dans les eaux, exploitation sans respect des règles générales et prescriptions techniques et exploitation d’une installation classée non conforme à une mise en demeure : voilà les trois chefs d'accusation qui, mardi, ont conduit le groupe sidérurgique ArcelorMittal à comparaître à la barre du tribunal de Thionville. En cause : deux rejets de liquides issus de son usine de Florange qui avaient souillé la rivière voisine, la Fensch.

Les faits remontent à mars et août 2019, et déjà l'industriel avait fait son mea culpa concernant le premier incident dont l'origine provenait de sa cokerie (aujourd'hui fermée). Rien pour le suivant... Mais question pollution, l'entreprise sait combien la justice peut parfois lui accorder son pardon. Cela avait été notamment le cas sur une affaire de déversement suspect en haut d'un crassier, là encore dans la vallée de la Fensch. Le verdict devrait maintenant être rendu le 5 janvier 2021.

Mais cette fois, les magistrats devraient peut-être être moins «tolérants» sur les agissements de l'industriel. En effet, l'une des pollutions aux hydrocarbures fait visiblement suite à un dysfonctionnement d'une installation datant de 1954 et dont le sidérurgiste n'avait pas fait de diagnostic malgré une obligation légale et une mise en demeure de la Direction régionale de l’environnement (Dreal). Cette dernière avait donc porté plainte, tout comme les villes voisines de l'usine rassemblées au sein de la Communauté d’agglomération du Val de Fensch.

Si les avocats d'ArcelorMittal ont demandé la relaxe de leur client, relate le Républicain Lorrain, le procureur de la République n'a pas caché son souhait de voir le tribunal signifier un jugement avec «effet dissuasif» et une peine à la hauteur de la puissance financière de l'entreprise mise en cause. Et de demander 300.000 euros d’amende à l'encontre d'ArcelorMittal, et 3.000€ à l'encontre du Chef d’établissement, et 5.000€ d’amende délictuelle plus 500€ d’amende contraventionnelle pour le chef de la cokerie. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'usine de rails de Hayange dans le giron de Liberty
Le groupe sidérurgique, déjà installé à Dudelange, vient officiellement de reprendre les commandes du site de production de rails pour le TGV notamment. Un soulagement pour les quelque 400 salariés lorrains de l'usine de la Fensch.
ArcelorMittal Rodange se positionne pour le deuxième appel d’offres pour les rails du tram, Laminage, Laminoir, Foto Lex Kleren
A Florange, ArcelorMittal prêt à abandonner le coke
Le plus grand fabricant d'acier au monde, ArcelorMittal, entend réduire de 30% ses émissions de CO2 d'ici 2030. La cokerie de Florange (en Moselle) pourrait faire les frais de cette ambition. Mais l'impact sur les 200 emplois serait limité.
Die energieaufwendige Rohstahlproduktion in Florange ist schon eingestellt, auch die Koksproduktion wird in absehbarer Zeit eingestellt.