Changer d'édition

A Hayange, British Steel loin d'être cédé
Grande Région 04.03.2020 Cet article est archivé

A Hayange, British Steel loin d'être cédé

Le site lorrain est capable de produire des rails de 108 mètres.

A Hayange, British Steel loin d'être cédé

Le site lorrain est capable de produire des rails de 108 mètres.
Photo : AFP
Grande Région 04.03.2020 Cet article est archivé

A Hayange, British Steel loin d'être cédé

L'usine spécialisée dans la production de rails pourrait ne pas revenir au groupe Jingye. L'Etat français n'est pas favorable à l'arrivée de l'industriel chinois dans ce site stratégique.

(pj avec AFP) - Les 450 salariés du site British Steel de Hayange n'ont toujours pas  d'assurance que le groupe chinois Jingye sera leur prochain employeur. En effet, le ministère de l'Economie français reste plus que timide face à l'offre de l'industriel pourtant prêt à racheter l'ensemble des sites British Steel. Ainsi, la dernière annonce en date de l'industriel asiatique sur le rachat des usines de son concurrent en faillite précise que l'offre actuelle n'inclut pas les parts de British Steel dans Redcar Bulk Terminal (RBT), terminal de chargement britannique, ou dans British Steel France et son site d'Hayange, «le gouvernement français n'ayant pas encore rendu son avis». 

Paris serait ainsi réticent à ce que Hayange passe sous pavillon chinois. D'autant que plusieurs autres repreneurs auraient signifié leur intérêt pour les installations de la vallée de la Fensch. On parle de Liberty House, Olympus Steel mais aussi ArcelorMittal ou Saarstahl.


ArcelorMittal, Tata Steel, British Steel se sont succédé pour prendre le contrôle de la fabrique de rails de la Fensch. Place à Jingye maintenant.
British Steel passe sous pavillon chinois
Le sidérurgiste en faillite British Steel va être racheté par le groupe chinois Jingye avec comme enjeu des milliers d'emplois industriels notamment en Lorraine, dans la dernière usine de fabrication de rails française basée à Hayange.

En Moselle, les employés restent donc confiants: «La chance qu'on a, c'est que notre carnet de commandes est plein» avec «40% de notre marché en interne, la SNCF et, heureusement, on gagne de l'argent.... On était le bouquet de la mariée pour Jingye», explique Djamal Hamdani, représentant CFDT, syndicat majoritaire. 

Jingye s'était dit début février «très confiant» dans les perspectives de reprise du site lorrain et faisait miroiter des investissements de 60 millions d'euros sur cinq ans. Dans son plan de reprise, «70% des bénéfices venaient d'Hayange d'ici à quatre ans, c'est plus qu'une envie de nous reprendre, c'est une nécessité !», avance Grégory Zabot. 

L'audience de reprise devant la chambre commerciale de Strasbourg a été prévue pour le 13 mars prochain.


Sur le même sujet

L'usine de rails de Hayange dans le giron de Liberty
Le groupe sidérurgique, déjà installé à Dudelange, vient officiellement de reprendre les commandes du site de production de rails pour le TGV notamment. Un soulagement pour les quelque 400 salariés lorrains de l'usine de la Fensch.
ArcelorMittal Rodange se positionne pour le deuxième appel d’offres pour les rails du tram, Laminage, Laminoir, Foto Lex Kleren
Un investissement de 36,5 millions pour Circuit Foil
L'entreprise spécialisée dans la fabrication de feuilles de cuivre élargit ses capacités de production, un investissement qui devrait générer une vingtaine d'emplois. Un nouveau bâtiment sera construit sur son site à Wiltz pour accueillir de nouvelles machines.
Pour le ministre de l'Économie, Franz Fayot, Circuit Foil représente l'exemple typique d'un acteur technologique global qui investit en milieu rural.
ArcelorMittal dans le rouge en 2019
Le géant de l'acier annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars (2,27 milliards d'euros) pour l'année écoulée. Dans un communiqué publié mercredi, le groupe fait état d'une baisse de 7,1% de son chiffre d'affaires, mais indique que l'année 2020 se présente sous de meilleurs auspices.
Le géant de l'acier, qui emploie 3.800 salariés au Luxembourg, annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars pour l'année écoulée
De l'acier nordiste pour les rails produits à Hayange
L'aciérie du Nord de la France vient de se voir confier une commande de 560.000 tonnes de barres d'acier. Des blooms destinés à l'usine de production de rails de la Vallée de la Fensch qui vient d'être rachetée par un groupe chinois.
Ce sont des blooms carrés qui seront expédiés vers l'usine lorraine depuis le Nord de la France.