Changer d'édition

Volkswagen affronte ses clients devant la justice
Économie 2 min. 30.09.2019

Volkswagen affronte ses clients devant la justice

Volkswagen affronte ses clients devant la justice

Photo: AFP
Économie 2 min. 30.09.2019

Volkswagen affronte ses clients devant la justice

Le premier grand procès de consommateurs en Allemagne s'ouvre lundi contre le constructeur automobile, regroupant des centaines de milliers de clients demandant réparation pour leurs voitures diesel truquées, quatre ans après l'éclatement du «dieselgate».

(AFP) -  L'audience qui s'ouvre à 08h ce lundi au tribunal régional de Brunswick, à une trentaine de kilomètres du siège de Volkswagen à Wolfsburg (Basse-Saxe), est inédite. Plus de 450.000 personnes se sont inscrites pour cette requête groupée - la première de ce type en Allemagne.

L'association de consommateurs VZBV fait office de requérant unique et accuse le groupe automobile d'avoir délibérément nui à ses clients en installant à leur insu un logiciel faisant paraître le véhicule moins polluant qu'il ne l'est en réalité. 


Emissions polluantes: enquête de l'UE contre BMW, Daimler et Volkswagen
L'UE a ouvert mardi une enquête contre BMW, Daimler et Volkswagen qui se seraient entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes, trois ans après l'éclatement du scandale du Dieselgate.

Ce procès est pour l'instant le plus important en Allemagne dans ce scandale à tiroirs, alors que le constructeur tente de tourner la page en misant sur l'électrique. Concrètement, les juges devront trancher une cinquantaine de points, mais la question principale sera de déterminer si Volkswagen a «causé un préjudice» et agi «de manière contraire à l'éthique». 

Klaus Müller, directeur de la VZBV, se dit «convaincu» de voir le tribunal conclure en ce sens. Mais Volkswagen soutient qu'il «n'y a pas de dommages et donc pas de fondement à cette requête». 

Jusqu'en 2023

«Encore aujourd'hui, des centaines de milliers de véhicules sont utilisés» sur les routes, insiste Martina de Lind van Wijngaarden, avocate de l'entreprise. Même s'il s'avérait défavorable à Volkswagen, le jugement n'entraînera pas directement un remboursement: chaque consommateur enregistré devra ensuite faire valoir ses droits individuellement. 

L'examen de cette requête collective devrait durer au moins jusqu'en 2023 en raison d'un appel possible devant la Cour fédérale, selon Volkswagen. Les procédures individuelles peuvent encore prendre plus d'un an par la suite. 

61.000 requêtes individuelles

Pour écourter la procédure, la VZBV est ouverte à un accord à l'amiable. Mais «dans ce cas, Volkswagen devrait malgré tout payer une somme significative», a expliqué M. Müller. Le constructeur estime qu'un tel accord est «peu imaginable» 

En parallèle de la procédure groupée, 61.000 requêtes individuelles ont été déposées en Allemagne, dont une partie ont abouti à des accords extra-judiciaires.

2,3 milliards d'euros d'amendes

Le scandale remonte à 2015, quand Volkswagen a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels truqueurs. Il a depuis coûté au groupe plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, déboursés pour l'essentiel aux Etats-Unis. 

 Pour l'heure, le constructeur n'a payé en Allemagne que trois amendes d'un total de 2,3 milliards d'euros, mais reste sous la menace d'une cascade de procédures civiles et pénales.


Sur le même sujet

Avec la «ID.3» Volkswagen parie sur l'électrique
Nouvelle voiture, nouvelle gamme, nouveau logo: pour le géant de l'automobile allemande, la «ID.3» présentée lundi est à la fois un challenge de 30 milliards sur l'électrique et l'espoir de tourner enfin la page du «dieselgate».
(FILES) In this file photo taken on May 08, 2019 A Volkswagen ID 3 electric car is seen in a glass cage during a press conference in Berlin - Volkswagen will present its first version of their brand's first ID. model on late September 9, 2019 at Frankfurt's biennial International Auto Show (IAA). (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)
Volkswagen perd son patron historique
C'est à Ferdinand Piëch que le groupe VW doit la fusion des marques Volkswagen, Audi, Seat, Bugatti, Lamborghini et Porsche. Une union qui avait fait de la firme allemande un groupe d'envergure mondiale.
(FILES) In this file photo taken on May 30, 2017 Ferdinand Piech, member of the supervisory board of Porsche Automobil Holding SE, attends the company's annual shareholders meeting in Stuttgart, southwestern Germany. - Ferdinand Piech died a day earlier according to German media reports on August 26, 2019 (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)