Changer d'édition

Union Luxembourgeoise des Consommateurs: Des actions pour lutter contre la hausse des frais bancaires
Économie 2 min. 31.03.2017 Cet article est archivé

Union Luxembourgeoise des Consommateurs: Des actions pour lutter contre la hausse des frais bancaires

Le président de l'ULC Nico Hoffmann (au micro). L'ULC sera à nouveau Grand-Rue à Luxembourg le mercredi 3 mai dès 10 heures pour rassembler autour de la pétition qui proteste contre la hausse des frais bancaires.

Union Luxembourgeoise des Consommateurs: Des actions pour lutter contre la hausse des frais bancaires

Le président de l'ULC Nico Hoffmann (au micro). L'ULC sera à nouveau Grand-Rue à Luxembourg le mercredi 3 mai dès 10 heures pour rassembler autour de la pétition qui proteste contre la hausse des frais bancaires.
Guy Jallay
Économie 2 min. 31.03.2017 Cet article est archivé

Union Luxembourgeoise des Consommateurs: Des actions pour lutter contre la hausse des frais bancaires

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
L'Union Luxembourgeoise des Consommateurs (ULC) veut faire pression sur les banques et Post pour lutter contre la hausse des frais bancaires et postaux. Une action a été menée jeudi à Luxembourg. Une autre est annoncée le 3 mai.

(AF) - L'Union Luxembourgeoise des Consommateurs (ULC) veut faire pression sur les banques et Post pour lutter contre la hausse des frais bancaires et postaux.

L'ULC avait installé un stand jeudi, Grand-Rue à Luxembourg, afin d'inciter les passants à signer une pétition contre «la hausse permanente des frais bancaires et postaux et la fermeture d’agences des établissements financiers et, notamment, de la banque de la poste». Selon son président Nico Hoffmann, rarement les consommateurs se sont autant mis en colère face à la hausse de ces frais.

Les établissements financiers ont augmenté «drastiquement» les frais pour les opérations réalisées aux guichets. L'ULC dénonce les difficultés que rencontrent alors les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, ou d'une manière générale celles qui ne sont pas connectées à internet, pour pouvoir réaliser leurs opérations bancaires, sachant que de plus en plus d'agences ferment définitivement.

Depuis le début de cette année, une simple opération de virement bancaire entre deux comptes chèques postaux avec un reçu imprimé, jusque-là gratuite, est désormais facturée 40 centimes, dénonce l'ULC. Les frais de virement vers un autre compte ont augmenté de 40 à 60 centimes. Ces opérations restent gratuites sur internet. L'organisation de défense des consommateurs estime qu'il s'agit d'une discrimination. «Seul l'argent compte! Les contraintes personnelles du client sont considérées comme accessoires», constate Nico Hoffmann, président de l'ULC.

Des frais qui peuvent atteindre 117 euros

De plus en plus de banques tirent sur la corde, poursuit l'ULC. Les frais de retrait d'argent au guichet peuvent dépasser 3 euros, voire 10 euros pour un versement d'argent, 50 euros pour une fermeture de compte, et atteindre 117 euros pour un compte appelé «dormant».

La gratuité des opérations bancaires appartiendra bientôt au passé, craint Nico Hoffmann: «Ce n'est qu'une question de temps!» L'ULC demande aux banques et à Post Luxembourg (dont l'Etat est actionnaire à cent pour cent) «une baisse substantielle des tarifs des services bancaires mentionnés plus haut, ainsi que la gratuité des opérations courantes de guichet du moins pour les personnes âgées ou à mobilité réduite».

Manifestation et pétition

L'ULC a lancé une pétition - que l'on peut signer en ligne ou via le magazine «De Konsument» de ce mois-ci, et un appel à la mobilisation. Après le rassemblement de jeudi dans la Grand-Rue à Luxembourg, un autre aura lieu le mercredi 3 mai dès 10 heures au même endroit, Grand-Rue à Luxembourg.

Pour le moment, la pétition a rassemblé entre 5.000 et 6.000 signatures, selon l'ULC.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Banques: objectif transparence
Afin d'assurer la comparabilité des tarifs bancaires, une nouvelle réglementation impose aux banques luxembourgeoises une terminologie standardisée pour la désignation de leurs services.
L'Union européenne veut inciter les consommateurs à faire jouer la concurrence.