Changer d'édition

Une productivité stagnante plombe le Luxembourg
Économie 3 min. 16.06.2020

Une productivité stagnante plombe le Luxembourg

L'étude de l'IMD World Competitiveness Yearbook indique que le Luxembourg éprouve des difficultés à recruter des talents.

Une productivité stagnante plombe le Luxembourg

L'étude de l'IMD World Competitiveness Yearbook indique que le Luxembourg éprouve des difficultés à recruter des talents.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 16.06.2020

Une productivité stagnante plombe le Luxembourg

L'IMD World Competitiveness Yearbook, mesure étalon en termes de compétitivité, a rendu son verdict. Le Grand-Duché, 15e du classement sur 141 pays, perd trois places par rapport à 2019. Un recul qui s’explique par un manque de talents et des retards en termes de digitalisation.

(DH) - Selon l'Institut international suisse pour le développement de la gestion sur la compétitivité des nations, le Luxembourg se place désormais en 15ème position du classement mondial. «Un recul plus qu'une véritable chute», commente la Chambre de commerce, qui pointe plusieurs facteurs à cette régression puisque le pays n'a jamais été aussi mal classé lors des dix dernières années. En premier lieu, «une stagnation continue de la productivité», ensuite «la difficulté à trouver des talents» et enfin un «retard en matière de transformation digitale par rapport aux économies les plus avancées dans ce domaine».

 Déjà observées par l'Institut suisse, «les faiblesses de la compétitivité luxembourgeoise tendent à se renforcer plus qu'à se résorber», commente la Chambre de commerce. Mais, selon cette dernière, «le Luxembourg a tous les atouts pour mieux réussir que d'autres la relance économique à la suite de la crise du covid-19». A commencer par des marges financières supérieures à la plupart des autres économies européennes et, d'autre part, des ambitions affichées, notamment en termes de digitalisation.


Wirtschaft, Ressekonferenz Chambre de Commerce Expo DUBAI 2020, Maggy Nagel, Carlo Thelen, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La Chambre de commerce prévoit une année maussade
Si commerces et industries luxembourgeoises ne s'attendent pas à une année 2020 favorable, les services hors finances sont nettement plus optimistes pour les mois à venir.

Et si le pays, qui occupait une flatteuse sixième place en 2015, s'éloigne du Top 10 mondial des pays les plus compétitifs, il n'en conserve pas moins quelques beaux atouts dans sa manche dont une croissance soutenue. De plus, ses finances publiques apparaissent «relativement saines», selon la Chambre de commerce, alors que la place financière demeure compétitive et que la législation grand-ducale attire les demandes de brevets.

Toutefois, et toujours selon le rapport de l'IMD World Competitiveness Yearbook, le tableau reste parcellé de quelques zones d'ombre, notamment les difficultés de «l'avancée technologique de l'économie» et du recrutement des cerveaux ou encore à une «pression fiscale élevée».

A la suite du coup d'arrêt provoqué par la crise sanitaire, le pays devra «réactiver une productivité atone». Pour la Chambre de commerce, «accélérer la productivité est tout l'enjeu de la croissance qualitative, qui doit replacer le Luxembourg parmi les leaders sur ce plan». L'Institut international suisse a d'ailleurs listé les points forts sur lesquels le Grand-Duché peut s'appuyer.

Et si le domaine des performances économiques est un des quatre principaux piliers du classement IMD, c'est aussi celui pour lequel le Luxembourg reste le mieux positionné (8ème). Le commerce international, les investissements internationaux et l'emploi apparaissent comme trois de ses autres atouts.  


(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre
«L'erreur consisterait à réduire les dépenses publiques»
Outre les mesures d'aide directe aux secteurs en difficulté, le gouvernement a présenté mercredi un ensemble de mesures destinées à relancer l'économie via le renforcement ou la création d'aides financières, notamment à destination des ménages. Des aides tournées vers «la durabilité».

En termes d'efficacité des pouvoirs publics, le Luxembourg se classe à la 12ème place, mais les hausses considérables des dépenses publiques en raison de la nécessité de relancer l'économie après le déconfinement pourraient impacter ses budgets futurs. D'autre part, concernant l'environnement des affaires, la baisse des marchés boursiers luxembourgeois a provoqué la perte de huit places dans le domaine de la finance (17ème). 

Quant à la motivation des salariés, le Grand-Duché est 25ème, une place de plus que pour ses infrastructures. Dans ce domaine, le Luxembourg souffre de sa faible taille pour certains indicateurs, de même que sa moindre spécialisation en termes de hautes technologies par rapport à des économies équivalentes.

En définitive, toujours selon la Chambre de commerce, la stratégie de la troisième révolution industrielle doit contribuer à l'amélioration de son classement, «tant dans les infrastructures de base que dans le domaine de l'environnement» où le Luxembourg ne pointe qu'en 45ème position pour la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie. Le podium des pays les plus compétitifs est constitué en 2020 de Singapour, du Danemark et de la Suisse, devant les Pays-Bas et Hong Kong.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un virus qui pèsera lourd financièrement
Le Conseil national des finances publiques (CNFP) a examiné l'évolution de la situation budgétaire du pays pour la période 2020 et 2021. Les nouvelles perspectives bousculent les prévisions budgétaires et invitent à une vigilance particulière sur le déficit budgétaire attendu.
«Faire de la diversité une force pour les entreprises»
Si la multitude de nationalités engendrent parfois des effets négatifs dans le monde du travail, ces différences peuvent aussi devenir un atout. Telles sont du moins les conclusions d'une récente étude du Liser. Explications avec Laetitia Hauret, coauteur de l’enquête.
54279865 - diversity group of people meet up party concept
Les finances publiques, autres victimes du virus
Sur les trois premiers mois de l'année, les recettes engrangées par l'Etat sont en recul (-8,4%) alors que les dépenses ont fait un bond de 28,5%, selon les données publiées lundi par le ministère des Finances. En cause, les mesures d'aide mises en place par le gouvernement pour répondre à la crise sanitaire.
Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Quelles stabilité et croissance après la crise ?
Devant la Chambre, le ministre des Finances s'est montré prudent, mardi, sur la croissance économique de 7 % du PIB prévue pour 2021 par le Statec. L'opposition réclame «une feuille de route pour la reprise» et voit dans la crise des opportunités de vrais changements.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - Plateau du Kirchberg -   Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.
Et pourquoi ne pas mesurer autre chose que le capital?
A la Chambre, tous les partis sont d'accord pour que le «PIB du bien-être» devienne un instrument pour apprécier l'état de satisfaction de la population. Il faut pour cela introduire des critères allant au-delà du seul aspect productif.
 In Luxemburg geht die Staatsgewalt vom Volke aus (Chambre des Députés) und dem Monarchen, der diese ausübt (Palais Grand-Ducal).