Changer d'édition

Une crise économique avec un air de déjà-vu
Économie 7 min. 11.04.2020 Cet article est archivé

Une crise économique avec un air de déjà-vu

«Il est important que certains secteurs puissent reprendre progressivement leur activité. Je pense au commerce de détail, à la construction et à l'artisanat.»

Une crise économique avec un air de déjà-vu

«Il est important que certains secteurs puissent reprendre progressivement leur activité. Je pense au commerce de détail, à la construction et à l'artisanat.»
Photo: Gerry Huberty
Économie 7 min. 11.04.2020 Cet article est archivé

Une crise économique avec un air de déjà-vu

Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.

(pj avec Pierre LEYERS) A douze ans d'intervalle, Luc Frieden se retrouve à des postes de responsabilités face à une crise économique. D'ou l'intérêt d'interroger l'actuel président de la Chambre de commerce, qui fut en 2008 l'un des principaux acteurs de la lutte contre l'effondrement du système financier. 

Luc Frieden, la crise actuelle vous rappelle-t-elle celle des années 2008-9?

 «Tout à fait. La principale différence tient à ce que cette fois la crise provoque de nombreux morts et malades. Mais sur le plan économique, il existe de nombreux parallèles. On a vite oublié à quel point la situation était dramatique voilà douze ans. Des gens risquaient de tout perdre, économies, emploi, biens personnels. Comme aujourd'hui, la crise internationale soudaine avait frappé l'Europe et le Luxembourg de plein fouet. Ces deux crises ont nécessité une intervention rapide de l'État avec d'énormes ressources financières


Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.

Il est instructif de revoir les archives de l'époque. Pour beaucoup, c'était la fin de notre modèle économique. Mais nous avons réussi à éviter une catastrophe économique et sociale. Cela devrait nous donner de l'espoir pour aujourd'hui. 

Quelles leçons ont été tirées de cette crise qui peuvent nous aider aujourd'hui ?

«Premièrement, que l'État doit intervenir rapidement et avec force. Deuxièmement, qu'en pareille situation, il doit y avoir une unité nationale autour des dirigeants politiques et une coopération étroite entre hommes politiques et représentants des entreprises. Troisièmement, la coordination européenne doit être rapide et efficace. Cela a fonctionné pendant la crise financière et la dramatique crise de l'euro malgré les plus grandes difficultés. Quatrièmement, des finances publiques saines sont nécessaires pour pouvoir intervenir rapidement. Et enfin, qu'une telle crise a des coûts de suivi élevés.

Réunion des ministres européens des Finances à Luxembourg le 21 juin 2012 pour discuter du plan de sauvetage de l'Espagne et de la Grèce : Christine Lagarde, alors directrice du FMI, s'entretient avec Jean-Claude Juncker (à droite), président de l'Eurogroupe, et Luc Frieden, ministre des Finances.
Réunion des ministres européens des Finances à Luxembourg le 21 juin 2012 pour discuter du plan de sauvetage de l'Espagne et de la Grèce : Christine Lagarde, alors directrice du FMI, s'entretient avec Jean-Claude Juncker (à droite), président de l'Eurogroupe, et Luc Frieden, ministre des Finances.
Photo: REUTERS

«Plusieurs grands pays de la zone euro sont actuellement lourdement endettés. Ils n'ont pas assaini leurs finances publiques quand il était temps de le faire. Aujourd'hui, ils n'ont pas les moyens de soutenir leur économie. À cet égard, la zone euro, ou du moins certains de ses membres, n'ont pas tiré la leçon de la crise financière et de la crise de l'euro. Sept pays de la zone euro ont une dette de près ou de plus de 100% de leur PIB !


24.02.10 illustration chomage krise arbeitslos photomontage : Marc Wilwert
Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel
Ce lundi, le comité de conjoncture a validé 2.594 demandes d'entreprises à bénéficier des mesures de chômage partiel. Soit déjà 86,6 millions d'euros d'aides accordées trois semaines après les premiers arrêts d'activité. Hors cas pris en charge par l'ADEM.

La solidarité européenne ne semble pas être facile à obtenir. Les frontières se ferment, chaque pays mène sa propre bataille contre le virus. Même les ministres des Finances européens n'ont pu se mettre d'accord sur l'aide aux pays les plus faibles qu'après d'âpres négociations

Que pensez-vous de l'idée d'un emprunt commun dans l'UE via des obligations communautaires, ces fameux coronabonds?

«Bien sûr, la solidarité est maintenant nécessaire avec les pays gravement touchés comme l'Italie et l'Espagne, car cette crise n'a pas été provoquée par ces pays. Je ne suis pas enthousiaste à l'idée de créer des obligations communes tant que je ne sais pas comment résoudre le problème du surendettement de certains Etats. Je pense qu'un bon mélange d'aide directe à certains pays, associée à l'aide du mécanisme de stabilité européen ESM, est plus logique.

Comment voyez-vous la zone euro après cette crise sanitaire?

« Je ne crois pas que l'Italie menace d'entraîner toute l'Union dans sa chute. Nous devons enfin rendre la zone euro plus fédérale. Cela signifie que les grandes décisions économiques des États membres doivent être approuvées au niveau européen. Dans les bonnes années économiques, après 2012, nous n'avons pas suffisamment réduit le niveau d'endettement de certains Etats. Et beaucoup de réformes structurelles ont également été négligées. Cela nous fait maintenant beaucoup de mal.

Contrairement à la crise actuelle déclenchée par un virus, la crise financière de 2008 avait son origine dans le réseau bancaire mondial - et les règles laxistes.
Contrairement à la crise actuelle déclenchée par un virus, la crise financière de 2008 avait son origine dans le réseau bancaire mondial - et les règles laxistes.
Photo: Pierre Matgé

Quelle sera la stabilité de l'euro une fois la crise passée ?

«Lorsque je me suis rendu à Bruxelles à l'Eurogroupe pendant la crise financière de 2008-9, les journalistes m'ont souvent demandé si l'euro survivrait à la crise. Et j'ai toujours répondu «oui», car l'euro est un projet politique. C'est la monnaie de millions de personnes dans le marché intérieur commun. En 2008, l'État fort était recherché comme sauveur de dernier recours, tout comme aujourd'hui.

Comment évaluez-vous les mesures d'aide économique du gouvernement ?

«Le plan de stabilisation du gouvernement est la bonne réponse à la crise en ce moment. Bien sûr, nous ne devons pas perdre de vue que la plus grande partie du paquet, environ sept milliards, est constituée d'aides indirectes (report du paiement des impôts ou garanties bancaires pour les prêts). Cet argent doit être remboursé. Nous devons donc permettre aux entreprises de récupérer l'argent afin de pouvoir rembourser. Sinon, l'effet boule de neige créera un gros problème pour les banques et les finances publiques.

Quel regard portez-vous sur le plan de sauvetage actuel?

«Les plans de sauvetage dans les deux crises sont très similaires en termes de volume global. Lors de la crise financière, l'État luxembourgeois avait mobilisé 7,5 milliards d'euros (18% du PIB). Cette fois, le total approche les neuf milliards, soit 14% du produit intérieur brut.

L'État luxembourgeois peut-il se le permettre?

«Je pense que oui, car nous avons des finances publiques saines. Même dans les années de crise les plus graves (2008-2012), nous avons respecté les règles en matière de déficit et maintenu notre AAA, qui est important lorsque l'État doit emprunter de l'argent.


Déjà 16,5 millions pour les petits entrepreneurs
Très petites entreprises et indépendants étant plus vulnérables dans la crise économique, la direction des Classes moyennes a décidé de veiller prioritairement sur leurs aides. En huit jours, 3.300 bénéficiaires ont déjà été indemnisés.

Au plus fort de la crise financière en 2012, nous avions un niveau d'endettement de seulement 23% du PIB (le deuxième plus bas de la zone euro). Aujourd'hui, le niveau de la dette est d'environ 12,5 milliards, soit 21% du PIB. Nous devrions essayer de ne pas dépasser 25%, car la dette et les déficits entraînent inévitablement une hausse des impôts.

Après 2008, vous aviez participé au sauvetage de deux grandes banques. Lors de la crise de l'acier, le gouvernement a sauvé l'Arbed. L'Etat luxembourgeois devrait-il désormais s'impliquer également dans les grandes entreprises en difficulté ?

«Je ne vois pas cette nécessité pour le moment, car cette crise ne concerne pas des entreprises individuelles d'importance systémique (comme les banques), dont toutes les autres dépendent. De nombreuses entreprises vont connaître des moments difficiles car l'économie mondiale est en crise. Le Luxembourg peut y remédier en créant un environnement favorable aux entreprises, permettant de préserver les emplois. Il s'agit notamment de prendre des décisions d'investissements plus rapides, de réduire la bureaucratie et de diminuer les impôts.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Statec prévoit un déficit inédit pour 2020
Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.
Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)
Une productivité stagnante plombe le Luxembourg
L'IMD World Competitiveness Yearbook, mesure étalon en termes de compétitivité, a rendu son verdict. Le Grand-Duché, 15e du classement sur 141 pays, perd trois places par rapport à 2019. Un recul qui s’explique par un manque de talents et des retards en termes de digitalisation.
Les décideurs satisfaits du plan de 8,8 milliards
Pour relancer une économie quasiment au point mort, le gouvernement a énoncé mercredi les grandes lignes de son «plan Marshall» doté de près de neuf milliards d’euros. Une initiative saluée par tous les décideurs qui attendent désormais «une mise en œuvre rapide».
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
L’Union des propriétaires à contre-courant
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.
Lokales,Schluss mit Party,Geschlossene Lokale in der Hauptstadt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des aides inédites au secours des PME
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme