Changer d'édition

Une convention bonne à dépoussiérer
Économie 3 min. 17.02.2021 Cet article est archivé

Une convention bonne à dépoussiérer

Un peu plus de la moitié des postes de femmes d'entretien sont occupées par des résidentes d'origine portugaise et 24% de Françaises.

Une convention bonne à dépoussiérer

Un peu plus de la moitié des postes de femmes d'entretien sont occupées par des résidentes d'origine portugaise et 24% de Françaises.
Économie 3 min. 17.02.2021 Cet article est archivé

Une convention bonne à dépoussiérer

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
11.200 salariés travaillant dans le secteur de la propreté sont dans l'attente du renouvellement de leur convention collective. Mais les discussions s'éternisent entre partenaires sociaux.

Le dernier accord remonte à 2017. Et parmi les personnels des quelque 185 entreprises de nettoyage du Luxembourg, l'attente était grande de voir la convention collective sectorielle modifiée. Il faudra encore attendre au moins jusqu'au 11 mars prochain, date annoncée de la prochaine rencontre entre syndicats et représentants de la Fédération des entreprises du nettoyage. Pourtant les premiers échanges sur le sujet remontent à mars 2019.


«Fière d'être une femme de ménage»
Le personnel affecté au nettoyage n'a jamais cessé de travailler depuis le début de la crise sanitaire. Pourtant, ses conditions de travail demeurent loin d'être idylliques. Manuela Pestana témoigne et s'engage pour davantage de reconnaissance.

Deux ans de réunions qui n'ont abouti que sur «un dialogue de sourds», estime de son côté Estelle Winter, secrétaire centrale OGBL. Pas faute pour les représentants des femmes de ménage (bien peu d'hommes dans ce secteur d'activités) d'avoir fait part de leurs attentes : un paquet d'une vingtaine d'avancées qui ont toutes été repoussées. Après ces premiers retours négatifs, les demandes étaient plus modestes côté salariées, mais rien n'y fait.

Dans les souhaits évoqués, il n'était plus question que de prolonger la convention en cours pour les années 2020-21. Tout juste un toilettage de la prime d'assiduité était réclamé. «Les agents ont passé une année à être exposés en première ligne dans les bureaux, cela méritait autre chose que 525 euros de bonus annuel (et encore si la salariée avait été absente moins d'un mois).» Pour les femmes de ménage ayant dû prendre un congé pour raison familiale ou placées à l'isolement car cas contact trop longtemps, la prime se trouvait même réduite de moitié, voire annulée. Les syndicats souhaitaient aussi l'instauration de deux jours de congés supplémentaires.

Des exigences de propreté poussées

Niet finalement. A la place, la contre-proposition de la Fédération présidée par Tun di Bari a avancé l'octroi d'une prime unique de fin d'année à hauteur de 2% du revenu mensuel. Cette fois, ce sont les employées qui ont repoussé l'offre.

Pourtant, malgré les semaines de lockdown du printemps (et les fermetures de bureaux que cela a entraînées), le passage en télétravail de nombre d'employés, la crise n'a pas affecté cette branche d'activité aussi durement que d'autres secteurs. «La demande a même progressé car plus de sociétés ont fait part de nouvelles attentes en matière de désinfection de leurs locaux», note la  représentante OGBL. 

Il a aussi fallu fournir les bras pour prendre en charge les exigences de propreté plus poussées encore dans certains domaines, comme dans les établissements de santé, le milieu scolaire, etc. «A tel point d'ailleurs qu'à un certain moment, les entreprises de nettoyage avait du mal à avoir suffisamment de personnels tant la demande était forte...»


A worker wearing a protective suit and mask, disinfects a tramway at the Solea transport depot in Mulhouse, eastern France, on May 20, 2020, as France eases lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
La question que chaque voyageur se pose...
Le covid-19 s'est-il installé avant vous dans le tram, bus et wagons? En tout cas, pour limiter le risque de contamination, ces moyens de transport sont bien désinfectés au quotidien. Le ministre de la Mobilité, François Bausch, vient de détailler les mesures d'hygiène mises en place.

Reste que si rien ne bouge, la négociation de la convention collective va aboutir à une non-conciliation. Interrogés, les représentants de la FEN n'ont pas souhaité s'exprimer. Un «Négociations en cours» justifiant ce silence. De l'autre côté, celui des femmes de services, des techniciennes de surface, l'étonnement est de mise. «Là, on nous refuse ce qui tiendrait de la simple reconduction pour deux ans de l'accord 2017-2020. Qu'est-ce que ce sera quand on attaquera les vrais problèmes», craint Estelle Winter.

Car pour ces employées, souvent à temps partiel, les points à discuter ne manquent pas. Comme la limitation du kilométrage possible entre deux missions dans un même temps de travail ou encore l'augmentation de salaire. «Car même pour quelqu'un à temps plein, la rémunération actuelle ne permet pas de joindre les deux bouts au Luxembourg.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Syndicats et Fédération des entreprises du nettoyage ont, enfin, signé une nouvelle convention collective pour ce secteur employant près de 11.200 salariés. Et si des gains financiers en ressortent, certaines avancées administratives sont aussi loin d'être négligeables.
woman doing cleaning in warehouse
L'OGBL déplore que le plus gros employeur du pays continue d'ignorer la principale revendication syndicale, malgré trois réunions de négociations en juillet et août. Quatre statuts correspondant à des rémunérations différentes cohabitent au sein de l'entreprise.
Wirtschaft, Post, poste, Gabriel de la Bourdonnaye und Stéphane Omnes Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Peu mis en relief socialement, certains métiers apparaissent en période de crise sanitaire comme des professions indispensables. Des couloirs aux chambres des malades, les agentes de service hospitalier jouent un rôle indispensable. Vera Fernandes, une d'entre elles, témoigne.
Ein Lächeln, das Zufriedenheit widerspiegelt: Nach einer anstrengenden Frühschicht im Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) hat Reinigungskraft Vera Fernandes endlich Feierabend und kann zu ihrer Familie nach Hause zurückkehren.
En amont du Festival des migrations, découvrez plusieurs portraits de résidents nés hors des frontières du Grand-Duché. Poursuite de cette série avec Anne-Pélagie Bakilan, née au Sénégal, et qui, à 35 ans, vit de sa passion, dans un pays qui est devenu sa maison.
Rien ne va plus entre l'OGBL et la plus grande entreprise du secteur du nettoyage au Luxembourg, Dussmann Service. Plus de 200 salariés ont bruyamment manifesté mardi sous les fenêtres de la société à Niederanven. Le syndicat a porté plainte à l'ITM. Il a aussi posé ses conditions pour prolonger la convention collective du secteur en attendant la nouvelle.
Dussman Service emploie près de 1.700 femmes de ménages et laveurs de carreaux au Luxembourg.