Changer d'édition

Une année sous le signe de la volatilité des marchés
Économie 3 min. 21.01.2020

Une année sous le signe de la volatilité des marchés

Pour Shanti Kelemen (à g.), Investment director chez Brown Shipley et Bill Street, Chief investment officer chez Quintet Private Bank, les opportunités de croissance sont nombreuses cette année malgré l'instabilité

Une année sous le signe de la volatilité des marchés

Pour Shanti Kelemen (à g.), Investment director chez Brown Shipley et Bill Street, Chief investment officer chez Quintet Private Bank, les opportunités de croissance sont nombreuses cette année malgré l'instabilité
Photo: Quintet
Économie 3 min. 21.01.2020

Une année sous le signe de la volatilité des marchés

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Quintet Private Bank table sur une importante instabilité en 2020. L'économie devrait poursuivre son expansion, mais les investisseurs devront «envisager des approches alternatives pour réaliser des performances durables dans un contexte de faibles rendements.»

A l'image des derniers mois de l'année 2019, 2020 restera marquée du sceau de la volatilité, anticipe Bill Street, Chief investment officer chez Quintet Private Bank (ex-KBL European Private Bankers). Parmi les questions clés qu'il faudra prendre en considération cette année figure la poursuite de l'expansion de l'économie américaine. De l'avis du Chief investment officer, les perspectives demeurent favorables, grâce notamment aux moteurs de l'innovation, de l'entrepreneuriat et des nouvelles technologies.

«Les importants investissements dans les technologies de l'information laissent entrevoir de vastes possibilités de réduction supplémentaire des coûts et de contraction du secteur tertiaire», indique Bill Street, pour qui l'économie américaine se porte bien. «Le revenu des ménages a fortement augmenté et les prix des actifs ont eux aussi flambé. Les investisseurs ont ainsi pu dégager de solides rendements», indique-t-il.


KBL devient Quintet
Quintet prend la succession de KBL
L'ancienne Kredietbank Luxembourg a troqué depuis jeudi son nom pour celui de «Quintet Luxembourg». Au niveau paneuropéen, le groupe s'intitule désormais «Quintet Private Bank».

Dans le même temps, la confiance des consommateurs américains se maintient, avec en prime des possibilités de création d'emploi. A cela s'ajoute la perspective d'une approche plus accommodante en matière de politique budgétaire en cette année d'élection présidentielle. La conclusion logique est, selon Bill Street, «que l'économie américaine, qui en est à sa dixième ou onzième année de croissance consécutive, se poursuivra pendant au moins quelques années encore».

Autre question fondamentale: l'Europe peut-elle continuer de croître et éviter un scénario de «japonisation»? Oui, estime l'expert, pour qui la plus grande zone de libre-échange au monde présente de multiples opportunités d'investissement. Sans sous-estimer les problèmes structurels, Bill Street estime «peu probable que l'Europe connaisse à plus long terme les décennies de malaise qui ont marqué le Japon». Ainsi, note-t-il, «le Japon est confronté à un plus grand défi en raison du vieillissement de sa population». Et il ajoute que l'immigration en Europe rend «l'économie beaucoup plus flexible.»

Infrastructures et technologie verte

Sur la guerre commerciale mondiale, Bill Street a un point de vue tranché: même si les discussions ont eu un impact négatif sur la confiance des industriels à travers le monde, il y a des points positifs à souligner: les marchés d'actions ont atteint des sommets record en 2019 alors que les actions chinoises n'ont jamais été aussi plébiscitées. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, donc, «les droits de douane auront l'avantage d'accélérer les changements structurels intérieurs et l'innovation des entreprises, ce qui stimulera la croissance à long terme».

En ce qui concerne la politique monétaire, Bill Street estime que la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde pourrait décider de privilégier la politique budgétaire, poussant les Etats à investir dans les infrastructures et, notamment, les technologies vertes.

Les actions restent prometteuses

Sur la base de ces hypothèses, l'expert s'attend à ce que les actions restent prometteuses cette année. «Alors que beaucoup sont convaincus que l'année 2020 sera marquée par d'importants mouvements de correction, nous pensons que les actions peuvent continuer à produire des performances positives». Le secteur de l'informatique et celui de la santé lui semblent particulièrement attrayants.

Les investisseurs obligataires, quant à eux, connaîtront une année 2020 plus difficile, «bien que les obligations d'entreprises et les titres de créance des marchés émergents soient susceptibles d'offrir de meilleures performances», selon Bill Street, qui conclut finalement: «En raison de leur faible corrélation historique avec la performance des actions et des obligations, les placements alternatifs peuvent jouer un rôle important dans la réalisation de ces avantages.» 


Sur le même sujet

Quintet prend la succession de KBL
L'ancienne Kredietbank Luxembourg a troqué depuis jeudi son nom pour celui de «Quintet Luxembourg». Au niveau paneuropéen, le groupe s'intitule désormais «Quintet Private Bank».
KBL devient Quintet
Christine Lagarde promet une BCE plus accessible
A l'heure de redoubler d'efforts pour soutenir l'économie, la Banque centrale européenne doit clarifier sa politique et la rendre plus accessible aux citoyens, a estimé la future présidente de l'institution, lors de son audition mercredi par le Parlement européen.
Christine Lagarde, President-designate of the European Central Bank (ECB), speaks prior to attending a European Parliament's Committee on Economic Affairs at the EU Parliament in Brussels on September 4, 2019. (Photo by JOHN THYS / AFP)
"Contribuer à une croissance plus durable"
Innovation, digitalisation et accompagnement personnalisé: Geoffroy Bazin, CEO de BGL BNP Paribas, précise la stratégie de la banque, qui fête ce lundi 17 juin, un siècle d'existence.
Geoffrey Bazin, CEO BGL BNP Paribas - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort