Changer d'édition

Une année 2020 «pas si mauvaise que ça»
Économie 3 min. 18.12.2020 Cet article est archivé

Une année 2020 «pas si mauvaise que ça»

Pour les économistes de la Fondation Idea, quelques éléments positifs ressortent tout de même de cette année 2020 qui restera dans les mémoires comme une année pas comme les autres.

Une année 2020 «pas si mauvaise que ça»

Pour les économistes de la Fondation Idea, quelques éléments positifs ressortent tout de même de cette année 2020 qui restera dans les mémoires comme une année pas comme les autres.
Photo: Guy Jallay/archive
Économie 3 min. 18.12.2020 Cet article est archivé

Une année 2020 «pas si mauvaise que ça»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si du point de vue sanitaire, psychologique ou émotionnel les neuf derniers mois auront été éprouvants et laisseront des traces, l'économie, elle, se porte relativement bien, assure la Fondation Idea. Pour le think tank de la Chambre de commerce, le marché du travail et le PIB tiennent le choc.

A en croire la Fondation Idea, 2020 pourrait bien ne pas être l'annus horribilis ressentie. Si le think tank de la Chambre de commerce ne remet pas en cause les effets à court, moyen et long terme de la pandémie sur les individus, son analyse de la situation économique se veut plus optimiste. Ou alors moins pessimiste, c'est selon.


Politik, Briefing presse-Conseil de Gouvernement, Xavier bette, Paulette Lenert , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Lockdown or not lockdown pour le Luxembourg?
Il a suffi de quelques mots lâchés à ce sujet par la ministre de la Santé pour que l'hypothèse d'un nouveau confinement ne vienne hanter les esprits. Simple menace ou réalité, le Conseil de gouvernement de ce vendredi pourrait être déterminant.

En se basant sur les estimations du Statec sur la croissance au troisième trimestre, Muriel Bouchet et Michel-Edouard Ruben relèvent qu'«au cours des neuf premiers mois de 2020 (...) le PIB luxembourgeois en volume aurait diminué de 'seulement' 2% par rapport à la même période de l'année 2019». Une performance que les deux économistes soulignent en mettant en exergue les résultats observés chez nos voisins sur la même période, l'Allemagne enregistrant un recul de 5,8%, contre 6,8% en Belgique et 9,5% en France.

Bien que susceptibles d'être révisés, ces chiffres dessinent une tendance qui ne devrait «probablement pas» être remise en cause par le regain d'activité de la pandémie en cette fin d'année. Un pronostic basé sur l'analyse des projections réalisées en Allemagne et en Belgique pour le quatrième trimestre qui tablent sur un recul de «1% environ par rapport aux trois mois précédents». Autrement dit, en cas de scénario similaire au Luxembourg, la récession pour l'année devrait se fixer à 1,7% du PIB. 


Politik, Sommerinterview Pierre Gramegna, Minister der Finanzen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le Luxembourg met «5% de son PIB» sur la table
Le pacte de redémarrage, annoncé mercredi par le Premier ministre, a été détaillé par le ministre des Finances. Un plan supplémentaire de «700 à 800 millions d'euros» voué à permettre que tout le monde «joue le jeu des liquidités».

Un résultat «objectivement mauvais, mais bizarrement pas tant que cela», estiment Muriel Bouchet et Michel-Edouard Ruben qui rappellent qu'en 2009, «le PIB du Luxembourg avait reculé de 4,4%». Et pour cause, les deux crises ne trouvent pas leur origine dans les mêmes mécanismes, la crise des subprimes ayant impacté de plein fouet et violemment la Place, principal pilier de l'économie grand-ducale. Le covid-19, de son côté, n'aura que peu impacté les résultats du secteur financier. Du moins en 2020, alors que les perspectives pour 2021 s'annoncent moroses.


Finanzplatz Luxemburg,Viaduc,,Petrusstal. Foto:Gerry Huberty
L'avenir reste incertain pour la Place
La crise sanitaire n'a pas épargné le secteur financier du pays. Alors que les assureurs enregistrent une baisse des primes, les banques se préparent à des défauts de paiement. Tandis que de leur côté, les fonds restructurent leurs investissements avec l'espoir que le pays reste compétitif.

2020 aura également été marqué par un certain dynamisme au niveau du marché du travail. Entre les troisièmes trimestres 2019 et 2020, le pays aura enregistré 9.000 nouveaux emplois (+2%), alors que la tendance européenne était au recul. Sur la même période, l'UE aura vu la suppression de quatre millions de postes. Les secteurs les plus actifs au Luxembourg ayant été la santé et l'action sociale (+2.100), la construction (+1.800) et l'administration publique (+1.600).


Wirtschaft, Mieten, Residenz, Sozialalmanach, Wohnung, Wohnungsbau, Wohnungsmarkt, Immobilien,  Immobilienmarkt, A louer, A vendre, Location, Immobilier, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le crédit immobilier ne souffre pas de la crise
Particuliers et promoteurs continuent de souscrire des emprunts pour finaliser des opérations d'achat ou de construction de logements. Rien qu'en octobre, 835 millions ont été octroyés.

Mais à en croire les économistes de la Fondation Idea, la relative résistance du PIB et la vigueur du marché du travail «ne suffisent pas à faire oublier les nombreuses difficultés encore en présence». A savoir les interrogations sur l'efficacité des vaccins, les futures organisations du monde du travail ou bien encore la hausse des prix de l'immobilier qui font planer quelques inquiétudes sur 2021. Selon les prévisions de la Commission européenne, un retour à la situation pré-covid n'est pas attendu avant 2023.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Il a suffi de quelques mots lâchés à ce sujet par la ministre de la Santé pour que l'hypothèse d'un nouveau confinement ne vienne hanter les esprits. Simple menace ou réalité, le Conseil de gouvernement de ce vendredi pourrait être déterminant.
Politik, Briefing presse-Conseil de Gouvernement, Xavier bette, Paulette Lenert , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La crise sanitaire n'a pas épargné le secteur financier du pays. Alors que les assureurs enregistrent une baisse des primes, les banques se préparent à des défauts de paiement. Tandis que de leur côté, les fonds restructurent leurs investissements avec l'espoir que le pays reste compétitif.
Finanzplatz Luxemburg,Viaduc,,Petrusstal. Foto:Gerry Huberty
Le Statec envisage un rebond de l'activité au Luxembourg pour ce troisième trimestre, après six premiers mois bien moroses. Mais la situation à venir du pays reste intimement liée à l'évolution de la crise covid.
Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.
Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)
Bonne nouvelle pour le Luxembourg, la croissance du PIB rebondit. Le Statec a annoncé ce matin, lors de la publication des comptes nationaux, une croissance du PIB de 5,6% en 2014.
La croissance du PIB luxembourgeois frôle les 6%. (Photo:Gerry Huberty)