Changer d'édition

Un siège à Besix pour Etienne Schneider
Économie 2 min. 13.07.2020

Un siège à Besix pour Etienne Schneider

Les relations internationales de l'ancien vice-Premier ministre devraient lui être utiles pour ses nouvelles fonctions.

Un siège à Besix pour Etienne Schneider

Les relations internationales de l'ancien vice-Premier ministre devraient lui être utiles pour ses nouvelles fonctions.
Pierre Matgé
Économie 2 min. 13.07.2020

Un siège à Besix pour Etienne Schneider

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Décidément, sa retraite politique laisse beaucoup de temps à l'ancien ministre des Finances. Après avoir accepté une place au conseil d'administration de Sistema et ArcelorMittal, le Luxembourgeois obtient un fauteuil au sein du groupe immobilier.

Il faut croire que moins de six mois après avoir mis fin à ses représentations gouvernementales, Etienne Schneider (LSAP) trouvait le temps long. En quelques semaines, le voici passant du poste de ministre de la Santé et de l'Economie, à des fonctions parmi les conseils d'administration d'ArcelorMittal, Sistema et maintenant Besix. Une dernière désignation pile au moment où son rôle dans l'attribution des marchés pour la construction d'un satellite luxembourgeois fait polémique.

Au sein de Besix, le socialiste de 49 ans remplacera (en tant qu'administrateur indépendant) l'homme d'affaires wallon Jean Stéphenne. Pour le groupe immobilier, né en Belgique, la recrue semble être de choix, et le communiqué officiel ne manque pas d'évoquer les qualités de celui qui fut vice-Premier ministre: «Il apporte à la fois une profonde expertise financière et une vision forte de l'innovation et du leadership». 

En mai dernier, le conseil d'éthique s'était déjà penché sur les nouvelles lignes de celui qui a suivi l'enseignement en Economie de l'ICHEC à Bruxelles et de la Greenwich University de Londres. L'avis des sages portait sur la possibilité pour l'ancien membre du gouvernement de créer une société anonyme, en l’occurrence la SA Beta Aquarii (spécialisée en conseil économique et commercial, et l'intermédiation). Les membres du conseil avaient alors pointé le flou des textes encadrant les activités des ex-membres de postes politiques à haute responsabilité.

Aux dernières nouvelles, Etienne Schneider restait toujours en lice pour un poste au sein de l'Agence spatiale européenne. Une Esa dont il convoite la direction générale. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Étienne Schneider se défend et brouille les pistes
Lundi, l'ancien ministre de la Défense est venu s'expliquer devant la commission de Contrôle budgétaire face à l'accusation d'avoir menti à l'Assemblée sur le coût du satellite d'observation militaire Luxeosys. A l'arrivée, son audition sème plus de doutes qu'elle n'apporte de réponses.
Politik, Etienne Schneider, Budgetkontrollkommission zu Observationssatellit Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Icône sort de terre, Belval grandit encore
Les premiers coups de pioche viennent d'être donnés pour un nouvel immeuble de bureaux dans le quartier d'Esch. Secteur qui compte déjà 18.000 utilisateurs au quotidien (étudiants, employés, chercheurs, universitaires) et près de 3.300 habitants.