Changer d'édition

Un semestre agité pour Luxempart
Économie 2 min. 28.08.2015 Cet article est archivé
Investissement

Un semestre agité pour Luxempart

La société d'investissement s'est résolument tournée vers le private equity depuis le 1er janvier.
Investissement

Un semestre agité pour Luxempart

La société d'investissement s'est résolument tournée vers le private equity depuis le 1er janvier.
Marc Wilwert
Économie 2 min. 28.08.2015 Cet article est archivé
Investissement

Un semestre agité pour Luxempart

La société principalement détenue par le groupe Foyer annonce un résultat en recul. Celui-ci tient principalement au rachat de parts à la BIL et à de multiples investissements dans le private equity.

La société d'investissement luxembourgeoise Luxempart a publié ce jeudi ses résultats pour le premier semestre. Celui-ci a notamment été marqué par le rachat de près de 10% de ses parts à la BIL pour 74 millions d'euros en janvier.

Ainsi, si la société principalement détenue par le groupe Foyer (pour 41,5%) a réalisé un résultat net consolidé en recul de 25% par rapport à la même date en 2014 (88,52 millions d'euros contre 118,4), l'actif net par titre (hors actions propres) a lui progressé de 11% sur la même période, passant de 48,6 euros à 54,08, pour un actif consolidé de 1.086 millions d'euros, contre 1.091 au 30 juin 2014.

Recul du résultat par action

Le recul du résultat net global par action (il est passé de 5,27 euros à 4,37 euros) s'explique ainsi par un regain d'activité dans l'investissement dans des sociétés non cotées, plus communément désigné sous le vocable de «private equity». Via sa filiale belge, Luxempart a acquis une participation majoritaire dans Veritas, une enseigne spécialisée dans la mercerie, et dans Baobab, une société active dans la fabrication de bougies décoratives.

La filiale allemande a elle finalisé une prise de participation dans Weidinger, une société autrichienne opérant dans la formation professionnelle. En France, Luxempart, via le fonds Ekkio III, a investi dans Lab Audevard, un laboratoire spécialisé dans la santé des chevaux, et Sterience, une société opérant dans la stérilisation du matériel médical.

7,7 millions d'euros ont par ailleurs été investis dans des fonds de private equity, une activité résolument visée par le groupe d'investissement ayant historiquement placé l'essentiel de ses participations (56% soit 603 millions d'euros) dans les poids lourds SES, Foyer ou encore Atenor. L'activité de private equity compte aujourd'hui pour 22% du portefeuille d'actifs.

Et ce n'est pas fini

Luxempart indique avoir poursuivi ses mouvements de portefeuille depuis le 30 juin. Depuis le 1er janvier, le groupe a investi pour 86 millions d'euros et cédé pour 51.

Depuis la clôture du premier semestre, Luxempart a vendu sa participation dans IP Santé domicile en réalisant une plus-value de 16 millions d'euros. La société présidée par François Tesch a parallèlement investi, «à côté de familles», dans des sociétés allemandes (William Prym Holding et ESG Elektroniksystem- und Logistik) pour un montant global de 38 millions d'euros. 

Pierre Sorlut



Sur le même sujet

Post clôture l'exercice 2016 avec un profit de 23,5 millions d'euros. C'est ce qu'ont annoncé les responsables de l'entreprise Post Luxembourg mardi.
Banque internationale à Luxembourg
La BIL annonce pour le premier semestre un résultat net de 108 millions d'euros dont 66 tiennent à la cession des titres de Luxempart. Les actionnaires peuvent ainsi se servir un dividende de 55 millions d'euros.
La BIL offre dorénavant des dividendes "royaux" à ses actionnaires.
La banque privée du boulevard royal avance ses pions sur le marché européen. Elle vient de procéder à l'acquisition d'un grand nom de la banque privée belge via sa filiale Puilaetco Dewaay.
La banque privée du boulevard Royal cherche davantage de visibilité sur le marché européen.