Changer d'édition

Un revenu de remplacement qui fâche déjà
Économie 2 min. 11.02.2021

Un revenu de remplacement qui fâche déjà

A deux semaines d'une rencontre avec le patronat, le ministre Kersch dégoupille une annonce grenade.

Un revenu de remplacement qui fâche déjà

A deux semaines d'une rencontre avec le patronat, le ministre Kersch dégoupille une annonce grenade.
Photo : Pierre Matgé
Économie 2 min. 11.02.2021

Un revenu de remplacement qui fâche déjà

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Dan Kersch, ministre du Travail, a annoncé la mise en place de ce salaire pour les indépendants en crise dès le mois prochain. Mais les représentants du patronat sont furieux du mode de financement envisagé : ils devraient cotiser à une nouvelle mutuelle.

Le traitement accordé aux indépendants durant cette crise n'a jamais été simple. Et cela dès le printemps 2020 quand le ministre du Travail avait signifié son intention de ne pas aider cette catégorie d'entrepreneurs... Au fil des mois la tension était retombée et des aides finalement s'étaient débloquées. Mais le ministre Dan Kersch (LSAP) vient à nouveau de mettre les pieds dans le plat en annonçant la mise en place, pour mars, d'un revenu de remplacement (donc régulier et plus des soutiens ponctuels). Et cela en mettant à contribution les employeurs. D'où leur colère ce jeudi.


Les demandes d'indemnisation pourront être faites dès la semaine prochaine.
Coup de pouce supplémentaire pour les indépendants
Alors que la pandémie se poursuit, le gouvernement a annoncé jeudi mettre en place des initiatives complémentaires visant à alléger la charge financière des employeurs et travailleurs indépendants en matière de cotisations sociales.

Au micro de RTL, le ministre Kersch avait pourtant fini par accorder ce que de nombreuses chambres professionnelles réclamaient. Mais pas question pour le socialiste d'accorder ce soutien inédit à l'ensemble des indépendants. Tel qu'annoncé, lui le voit uniquement restreint à ceux qui auraient vu leur activité (et donc leurs recettes financières) directement impactée par une décision de fermeture en lien avec les mesures sanitaires. Ce qui est loin de représenter l'ensemble des professions opérant sous ce statut.

Le montant de ce revenu de remplacement a lui aussi été évoqué par le ministre. Pas plus que dans le cas du chômage partiel. Autrement dit : 80% du salaire (avec comme plancher le salaire minimum et comme plafond 2,5 fois ce même salaire minimum). Et d'évoquer dans la foulée le financement envisagé de cette mesure. L'Etat prenant sa part, mais aussi les employeurs du pays.

Et c'est là que le bât blesse. Car pour cette «compensation ou  salaire de remplacement, ou peu importe comment vous voulez l'appeler», Dan Kersch compte sur une nouvelle cotisation imposée aux entreprises en activité. Une somme spécifiquement destinée à cette action et qui pourrait transiter via la Mutuelle des employeurs par exemple. Sachant que le ministre avait déjà discuté de cette option avec l'UEL et la Chambre des métiers qui s'y étaient vigoureusement opposées.


WO fr., Luxroutage , Contern , Logistique , Foto:Guy Jallay/Luxembourger Wort
Les syndicats réclament une nouvelle tripartite
Le courrier adressé par l'OGBL, la CGFP et le LCGB au Premier ministre pour demander un tour de table entre partenaires sociaux et gouvernement n'a toujours pas reçu d'écho.

Deux mois après sa prise de fonction à la tête de l'Union des entreprises du Luxembourg, voilà donc le baptême du feu pour Michel Reckinger. A lui de batailler pour faire entendre son point de vue au gouvernement. D'accord pour un revenu de remplacement, mais financé via le Fonds pour l'emploi alors. Une cagnotte qui a déjà été mise à contribution pour régler le chômage partiel et qui doit commencer à sonner creux...

Voilà donc de quoi faire bouillir les esprits d'ici au 23 février, date prévue pour une rencontre entre plusieurs ministres, l'UEL et la Chambre des métiers. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le champ des aides aux indépendants s'élargit
Le gouvernement souhaite étendre à plus de bénéficiaires l'aide directe non remboursable accordée aux indépendants en difficulté. A commencer par l'inclusion des professionnels du médical et paramédical.
Ressources humaines
«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»
Le ministre du Travail «n'a rien contre les indépendants». Mais Dan Kersch (LSAP) pense toujours que le chômage partiel n'est pas l'outil adéquat pour les aider. Qu'importe, ils en ont besoin, rétorque le patron des artisans.