Changer d'édition

Un premier site de «crowdfunding» luxembourgeois
Économie 2 min. 16.04.2014 Cet article est archivé

Un premier site de «crowdfunding» luxembourgeois

Un premier site de «crowdfunding» luxembourgeois

Photo: Nubs
Économie 2 min. 16.04.2014 Cet article est archivé

Un premier site de «crowdfunding» luxembourgeois

Nubs est la première plateforme de crowdfunding lancée au Luxembourg. Son but n'est pas de concurrencer les grands sites internationaux mais de financer les projets locaux grâce à des dons locaux. Avec pour ambition de dupliquer ce modèle sur d'autres régions européennes si cela marche ici.

(lc) – A l'origine de Nubs, il y a Fabien Nizard et Paul Weber. Les deux Luxembourgeois fraîchement sortis des études (droit pour l'un et management pour l'autre) travaillent à plein temps depuis octobre dernier pour lancer leur plateforme luxembourgeoise avec l'ambition de créer un marché pour du crowdfunding local.

Petit rappel: le crowdfunding permet à des particuliers d'investir dans des projets à la recherche d'argent, afin que ceux-ci deviennent réalité. L'implication des donateurs est diverse suivant le type de crowdfunding mais le but est généralement d'obtenir un retour sonnat et trébuchant sur son investissement.

Ici, le modèle est différent. Les donateurs recevront une «récompense» non financière. Un produit ou un service offert par la société qu'ils aident à développer. La formule est d'autant plus facile à mettre en place qu'il s'agit de projets locaux. «Pour être présent sur la plateforme, le projet doit avoir une dimension luxembourgeoise», indique Paul Weber.

Des dons de 1 à 1.000 euros

Le site a été lancé ce mercredi 16 avril, il comporte cinq projets parmi lesquels un nouveau service à domicile, la publication d'un livre ou l’acquisition d'un drone pour photos. Le but est d'alimenter le site avec deux ou trois nouveaux projets par mois dans la période de lancement. Les financements sont ouverts à tous: de 1 à 1.000 euros, avec des objectifs de financement 1.500 à 5.000 euros.

Le site se finance par une commission de 10% sur les fonds levés. «C'est plus que les 6-7% sur Kickstarter (la plus grosse plateforme de crowdfounding au monde, ndlr) mais nous avons une démarche différente, avec d'autres services», explique Fabien Nizard.

L'idée est effectivement de développer un aspect réseau social autour des projets, afin que les donateurs puissent non seulement suivre l'évolution du financement mais aussi participer au projet.

Le Luxembourg comme première étape

Présenté ainsi, Nubs se situe résolument dans la déclinaison locale d'un concept mondial. Ses fondateurs espèrent que la proximité entre les porteurs de projets et les donateurs créera une vraie dynamique qui fera de leur plateforme un succès.

Le marché sur lequel ils s'installent reste limité: avec des objectifs de financement de moins de 5.000 euros, il faudra chaque mois pas mal de projets qui séduisent les donateurs pour que les jeunes entrepreneurs vivent de leur activité.

Fabien Nizard et Paul Weber en sont conscients et expliquent le lancement de Nubs au Luxembourg comme une première étape. L'idée est de créer le principe du crowdfunding local. Une fois le modèle rodé, ils espèrent le développer sur d'autres villes, comme Munich ou Zurich.