Changer d'édition

Un pas vers le rachat d'Ilva par ArcelorMittal
Économie 2 min. 04.03.2020

Un pas vers le rachat d'Ilva par ArcelorMittal

ArcelorMittal avait mis initialement 1,8 milliard d'euros dans le rachat du site italien.

Un pas vers le rachat d'Ilva par ArcelorMittal

ArcelorMittal avait mis initialement 1,8 milliard d'euros dans le rachat du site italien.
Photo : Reuters
Économie 2 min. 04.03.2020

Un pas vers le rachat d'Ilva par ArcelorMittal

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le groupe sidérurgique et le gouvernement italien ont -enfin- trouvé un terrain d'entente. La plus grande aciérie d'Europe pourrait donc tomber dans l'escarcelle du plus gros producteur mondial.

Un pas en avant, deux pas en arrière. L'offre d'achat d'ArcelorMittal de la plus grande aciérie d'Europe, Ilva relève depuis des mois d'une chorégraphie bien connue à Echternach. Cette fois, le dossier marque une avancée avec la signature d'un amendement; texte fixant la base d'un nouveau partenariat entre le groupe industriel et le gouvernement italien qui bloquait jusque-là l'opération.

Trois ans au moins que le groupe sidérurgique avait marqué son intérêt pour le site de Tarente, au sud de l'Italie. Mais, vendredi dernier, AM InvestCo et les commissaires d'Ilva ont paraphé diverses mesures liées au contrat de location et d'achat initial de l'entreprise. Selon un communiqué d'ArcelorMittal daté de ce mercredi, «l'accord d'amendement définit les conditions d'un investissement important des entités publiques italiennes dans AM InvestCo».


Au sud de l'Italie, l'usine Ilva de Tarente est «réputée» pour être source de pollution.
L'Italie entame un bras de fer avec ArcelorMittal
Au lendemain de la décision du géant de l'acier d'annuler son rachat du groupe Ilva, le chef du gouvernement italien a assuré que l'Italie serait «inflexible» sur les engagements pris par le groupe sidérurgique sur l'avenir de l'aciérie.

 Le temps semble donc loin quand ArcelorMittal annonçait l'annulation du rachat du site. Ce n'était pourtant que le 4 novembre dernier. Il semble que ce coup de poing sur la table ait porté ses fruits. Tout comme le changement de couleur politique à la tête de l'Etat italien.

Désormais, l'investissement en capital attendu du gouvernement italien dans Ilva devra être au moins égal au passif restant d'AM InvestCo par rapport au prix d'achat initial d'Ilva. Il est également formulé une liste d'investissements dans des technologies de production d'acier à faible teneur en carbone sur le site; installation décriée de longue date pour ses rejets polluants.

Où l'on reparle de Dudelange et Serémange

La clôture définitive du contrat de location et d'achat est désormais prévue pour mai 2022, sous réserve de diverses conditions suspensives. En son temps, l'ancien ministre de l'Economie, Etienne Schneider (LSAP), était déjà monté au créneau sur ce dossier. Le socialiste ne voyait pas d'un bon œil que l'UE autorise la transaction basée sur la vente du site de production de Dudelange à Liberty Steel pour s'offrir les cinq fours implantés dans les Pouilles. Les premiers chiffres évoqués parlaient alors d'une facture de 1,8 milliard d'euros.

Si le rachat devait se confirmer, aucune crainte de concurrence avec les produits sidérurgiques sortant des usines luxembourgeoises. Par contre, la nouvelle pourrait surtout donner le sourire aux 200 employés de la cokerie d'ArcelorMittal à Serémange-Erzange (Moselle) au devenir incertain. En effet, avec une production annuelle d'acier à 8 millions de tonnes, l'usine italienne pourrait bien devoir se fournir en coke auprès de l'usine lorraine dont la proche fin de vie était de plus en plus évoquée.


Sur le même sujet

A Hayange, British Steel loin d'être cédé
L'usine spécialisée dans la production de rails pourrait ne pas revenir au groupe Jingye. L'Etat français n'est pas favorable à l'arrivée de l'industriel chinois dans ce site stratégique.
(FILES) In this file photo taken on May 22, 2019 British Steel's Scunthorpe plant is pictured at dawn in north Lincolnshire, north east England on May 22, 2019. - Chinese industrial giant Jingye Group on March 3, 2020 said it would next week finally complete on its takeover of British Steel, including its Dutch operations -- but not its small French unit. (Photo by Lindsey Parnaby / AFP)
ArcelorMittal dans le rouge en 2019
Le géant de l'acier annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars (2,27 milliards d'euros) pour l'année écoulée. Dans un communiqué publié mercredi, le groupe fait état d'une baisse de 7,1% de son chiffre d'affaires, mais indique que l'année 2020 se présente sous de meilleurs auspices.
Le géant de l'acier, qui emploie 3.800 salariés au Luxembourg, annonce une perte nette de 2,5 milliards de dollars pour l'année écoulée