Changer d'édition

Un nouveau statut pour les aides «de minimis»
Économie 2 min. 05.12.2019 Cet article est archivé

Un nouveau statut pour les aides «de minimis»

L'aide ne dépassant pas les 200.000 euros, elle peut être délivrée avec moins de contraintes aux entreprises.

Un nouveau statut pour les aides «de minimis»

L'aide ne dépassant pas les 200.000 euros, elle peut être délivrée avec moins de contraintes aux entreprises.
Photo : Guy Jallay
Économie 2 min. 05.12.2019 Cet article est archivé

Un nouveau statut pour les aides «de minimis»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La semaine prochaine, la Chambre votera le nouveau régime de subventionnement possible pour les entreprises. Le ministère de l'Economie peut ainsi verser jusqu'à 200.000 euros de soutien, si le dossier n'entre pas dans les dispositifs d'aides existants.

Le principe des aides dites «de minimis» est présent depuis bien longtemps au Luxembourg. Seulement de règlement grand-ducal en changement de la réglementation européenne sur les subventionnements publics, leur champ d'application et leur montant ont changé au fil du temps. Pour la mi-décembre, les députés vont ainsi encore voter une nouvelle législation concernant ces subsides d'un montant de 200.000 euros maximum auxquels peuvent prétendre certaines sociétés.

Ce jeudi, en commission de l'Economie, l'étude du projet de loi rapportée par la députée Carole Hartmann (DP) n'a pas soulevé de protestation de la part des différents groupes politiques. Il est vrai que le dispositif «ne constitue pas la première source de subvention d'Etat pour les entreprises», rappelle Franz Fayot (LSAP), président de ladite commission.

Un total sur trois ans

Ainsi, ces aides «de minimis» sont non seulement limitées en montant, mais aussi dans le temps. Les 200.000€ constituent le plafond total fixé pour trois années fiscales consécutives. Les conditions du droit de tirage de ces subsides ont également fait l'objet d'une redéfinition, après plusieurs observations du Conseil d'Etat. «Il s'agit pour le ministère de l'Economie de débloquer ces fonds seulement pour des projets de valeur ajoutée pour l'économie du pays, comme la création d'emplois», indique Franz Fayot.

Mais, sur demande écrite au ministère dirigé par Etienne Schneider, les fonds «de minimis» peuvent aussi soutenir un projet en recherche et développement ou servir d'aide d'urgente, rapidement déblocable. «Nous avions notamment utilisé cette formule», pour porter assistance à plusieurs entreprises qui avaient été affaiblies après les inondations dans le Mullerthal de 2016», rappelle pour l'exemple, Paul Zenners conseiller au ministère de l'Economie.

Moins pour le transport

Sachant que ces aides ne sont ouvertes que si les cas soumis ne peuvent bénéficier d'aucun autre dispositif sectoriel de subventionnement. Elles ne concernent pas, non plus, certains secteurs d'activité, comme l'agriculture. Et se voient limitées à 100.000€ pour toute entreprise de la branche transports sur route. 

Le coût des «de minimis» nouvelle version est d'ores et déjà intégré au budget 2020 de 20 milliards d'euros. Le ministère de l'Economie n'a pas de ligne spécifique sur ce dispositif qui est englobé dans l'enveloppe des soutiens financiers disponibles.


Sur le même sujet

Changez de production, l'Etat vous aidera
Les aides destinées aux entreprises de l'industrie et de l’artisanat, qui comptent réorienter leur activité dans la lutte contre le coronavirus, ont été prolongées jusqu'en décembre 2020. Le but de la manœuvre étant de «relocaliser les productions stratégiques», selon Franz Fayot (LSAP).
An employee wearing a face mask works inside the PastryStar warehouse on May 4, 2020, in Laurel, Maryland. - At the Picou family's factory in Laurel, Maryland outside the US capital, the only workshop that is buzzing is usually reserved for making jams for baking. Now, it's churning out hand sanitizer. Before the coronavirus pandemic, PastryStar -- founded stateside in 1986 -- made a wide array of products for high-end baking, supplying everything from chic restaurants to cruise lines. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Le projet Google reste flou
Le géant américain du numérique s'est invité à la Chambre ce mardi. La création d'un centre de données à Bissen comporte toujours autant de nombreuses zones d'ombre. Des interrogations que les membres du gouvernement ne sont pas parvenus à lever.
ARCHIV - 28.09.2014, Berlin: Der Google-Schriftzug und die Google-Suche auf einem iPad Mini 2. (zu dpa "Verleger begrüßen Fortschritte bei Diskussion ums EU-Urheberrecht" vom 06.02.2019) Foto: Lukas Schulze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un centre de recherches spatiales européen au Luxembourg
C'est un signe fort envoyé à l'industrie spatiale européenne. L'accord signé mercredi entre l'Agence spatiale européenne et le Grand-Duché donne naissance au «Centre européen d'innovation pour les ressources spatiales» qui s'implantera au Luxembourg.
Avery Dennison voit défiler les investissements
L'usine installée à Rodange vient d'inaugurer une 4e ligne de fabrication de papier autoadhésif. Un investissement de 65 millions d'euros qui va vite être complété par de nouvelles infrastructures, promet sa direction.
Wi , Ausbau Avery Dennison , Rodange , im Beisein von Wirtschaftsminister Etienne Schneider Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort