Changer d'édition

Un manque de matériaux attendu «jusqu'en fin d'année»
Économie 3 min. 03.06.2021

Un manque de matériaux attendu «jusqu'en fin d'année»

Tous les chantiers, qu'ils soient publics ou privés, sont ou vont être impactés par la pénurie de matériaux qui devrait durer encore plusieurs mois, selon la Chambre des métiers.

Un manque de matériaux attendu «jusqu'en fin d'année»

Tous les chantiers, qu'ils soient publics ou privés, sont ou vont être impactés par la pénurie de matériaux qui devrait durer encore plusieurs mois, selon la Chambre des métiers.
Photo: Guy Jallay
Économie 3 min. 03.06.2021

Un manque de matériaux attendu «jusqu'en fin d'année»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Conséquence de la pandémie et de la forte demande aux Etats-Unis et en Chine, la crise actuelle des matières premières pourrait ne pas s'estomper avant plusieurs mois, à en croire la Chambre des métiers. Avec d'importantes conséquences sur l'ensemble des acteurs du pays.

«Pour l'heure, il est impossible de prédire si la hausse des prix des matériaux de construction constitue un phénomène à court terme ou à long terme». Pour Henri Kox (Déi Gréng), ministre du Logement, les conséquences concrètes de la pandémie dans le secteur de la construction relèvent encore de la boule de cristal, alors même que les conséquences concrètes se font déjà ressentir au Luxembourg. 


(FILES) This file photo taken on April 27, 2021 shows a worker sweeping inside a still-under-construction replica of the Titanic ship in Daying County in China's southwest Sichuan province. - The ill-fated Titanic which sank over a hundred years ago is being resurrected as the centrepiece of a theme park in southwest China, where tourists can splash out for a night on the true-to-size vessel. (Photo by NOEL CELIS / AFP) / TO GO WITH China-society-tourism-Titanic,FOCUS by Noel Celis and Qian Ye
Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue
Onze entreprises luxembourgeoises du secteur de la construction admises au chômage partiel alors que les carnets de commande sont pleins : voilà la réalité d'un secteur dynamique mais terriblement fragilisé par la crise des matières premières.

Faute d'approvisionnement suffisant en acier, bois ou éléments en polypropylène utilisés pour la tuyauterie - et de possibilité de réassort -, les acteurs de la construction se retrouvent contraints de reporter de plus en plus de chantiers, quand ils ne sont pas obligés d'avoir recours au chômage partiel. Et ce, alors même que les carnets de commande sont pleins. Interrogé sur les solutions envisagées pour affronter cet effet collatéral de la pandémie, le locataire du ministère de la place de l'Europe se montre clair. 

«La réalisation de chantiers repose sur des contrats de droit privé entre deux acteurs et pour lesquels le gouvernement ne peut pas intervenir», indique Henri Kox. Autrement dit, l'Etat n'aidera pas directement les particuliers confrontés à un retard ou un abandon temporaire du fait de cette crise. Une situation qui serait amenée à «durer un peu», estime Max Urbany, conseiller économique auprès de la Chambre des métiers, qui estime que la pénurie de matériaux devrait «probablement durer jusqu'à la fin de l'année». 


Two construction workers or engineers.
La déferlante que la construction n'a pas vue venir
Il y a un an tout juste, les ouvriers du secteur de la construction étaient les premiers à sortir du lockdown. Et si l'activité n'a pas manqué depuis, la flambée des prix des matières premières rend l'an II de l'ère covid bien plus délicat que prévu.

Ce qui devrait avoir d'importantes conséquences, tant du côté des entreprises que des particuliers. «Pour les contrats signés sur le marché privé, ce sont les entreprises qui vont devoir trouver un terrain d'entente, alors que le risque de voir les prix augmenter pour les prochains contrats est grand», précise le spécialiste de l'organisation patronale. En ce qui concerne les marchés publics, les risques ne portent pas tant sur les coûts que sur de probables dépassements des délais prévus de livraison.

Dans une autre réponse parlementaire publiée jeudi, Franz Fayot (LSAP) et François Bausch (Déi Gréng) indiquent une liste d'une dizaine de sites potentiellement concernés, allant du futur centre pénitentiaire d'Uerschterhaff en passant par l'école internationale Anne Beffort à Mersch ou le bâtiment Jean-Monnet 2 de la Commission européenne. Des bâtiments dont «différentes parties ou fonctions ne pourraient donc pas être occupées par les utilisateurs finaux aux moments prévus».


La construction, cet autre pilier du Luxembourg
Si le secteur emploie près de 48.000 salariés, représente un poids direct de 3,5 milliards d'euros et pèse 6% du PIB, il reste méconnu. Pourtant, en 2020, en pleine pandémie, ses entreprises ont créé 1.700 emplois, indique la Fondation Idea.

Une situation particulièrement compliquée «pour tous les projets scolaires dont les dates de rentrée sont fixes» ou pour les utilisateurs «qui se voient confrontés à une expiration de leur contrat de location actuel», précisent les ministres de l'Economie et des Travaux publics. A noter que les chantiers des Ponts et Chaussées ne devraient être que peu impactés car n'utilisant qu'«un nombre plus restreint de matériaux et de produits» que dans le secteur de la construction.

Dès lundi, Fédération des artisans et Groupement des entrepreneurs ont rendez-vous avec François Bausch afin de «discuter des moyens envisageables à mettre en oeuvre pour atténuer les conséquences de la situation actuelle». Si la question des modalités du chômage partiel ne devrait pas poser de problème, celle des pénalités en cas de retards pourrait être plus ardue à résoudre, car prévues dans la loi, tout comme celle du paiement des avances par les entreprises.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La rencontre organisée entre ministre des Travaux publics et représentants des acteurs de la construction a abouti à un accord de principe. Celui de soulager une partie des contraintes qui pèsent sur les entreprises actives sur les marchés publics en raison de la pénurie de matériaux.
Lokales, Pariser Platz, place de Paris, Baumpflanzaktion, Bäume werden gepflanzt, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Onze entreprises luxembourgeoises du secteur de la construction admises au chômage partiel alors que les carnets de commande sont pleins : voilà la réalité d'un secteur dynamique mais terriblement fragilisé par la crise des matières premières.
(FILES) This file photo taken on April 27, 2021 shows a worker sweeping inside a still-under-construction replica of the Titanic ship in Daying County in China's southwest Sichuan province. - The ill-fated Titanic which sank over a hundred years ago is being resurrected as the centrepiece of a theme park in southwest China, where tourists can splash out for a night on the true-to-size vessel. (Photo by NOEL CELIS / AFP) / TO GO WITH China-society-tourism-Titanic,FOCUS by Noel Celis and Qian Ye
Il y a un an tout juste, les ouvriers du secteur de la construction étaient les premiers à sortir du lockdown. Et si l'activité n'a pas manqué depuis, la flambée des prix des matières premières rend l'an II de l'ère covid bien plus délicat que prévu.
Two construction workers or engineers.
Si le secteur emploie près de 48.000 salariés, représente un poids direct de 3,5 milliards d'euros et pèse 6% du PIB, il reste méconnu. Pourtant, en 2020, en pleine pandémie, ses entreprises ont créé 1.700 emplois, indique la Fondation Idea.