Changer d'édition

Un geste fiscal pour aider bars et restaurants
Économie 2 min. 29.01.2021

Un geste fiscal pour aider bars et restaurants

Bars et restaurants luxembourgeois restent à l'arrêt pour trois semaines encore.

Un geste fiscal pour aider bars et restaurants

Bars et restaurants luxembourgeois restent à l'arrêt pour trois semaines encore.
Photo : AFP
Économie 2 min. 29.01.2021

Un geste fiscal pour aider bars et restaurants

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Comme au premier confinement, l'Etat a décidé de permettre aux patrons du secteur Horeca de ne pas payer leurs avances d'impôts pour les deux premiers trimestres 2021.

Si une partie de la profession crie à l'abandon, la dernière annonce faite par Pierre Gramegna (DP), ce vendredi, tend à prouver que le gouvernement entend rester «solidaire vis-à-vis du secteur de l’Horeca dans cette période très difficile». Ainsi, le ministre des Finances a-t-il officiellement acté que l'administration fiscale allait bien faire une croix sur le paiement des avances d'impôts sur le revenu pour l'ensemble des patrons de bars et restaurants du pays. 


Lokales,Wie Gastronomiebetriebe und Cafés auf die Verlängerung des Lockdowns reagieren,hier:Restaurant ROMA, Inhaber Guiseppe Parrino,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
De l'écoute (et des millions) pour les bars-restaurants
Si le secteur a des raisons légitimes de se plaindre, le gouvernement refuse de laisser dire qu'il n'agit pas. Pour preuve, notamment, les 65 millions d'euros d'aides déjà versés aux acteurs de l'Horeca.

Pour François Koepp, directeur général de la Fédération nationale des Hôteliers, restaurateurs et cafetiers (HORESCA), «il s'agit d'un bon geste, mais aussi d'un geste logique. Je nous vois mal, actuellement, payer quelque chose sur des revenus que nous n'avons plus en raison de la fermeture imposée par l'Etat». Et comme la nouvelle avait été applaudie au printemps dernier, le responsable salue à nouveau l'effort. Un effort d'ores et déjà consenti pour les deux premiers trimestres.

Alors que les établissements resteront fermés, au moins jusqu'au 21 février prochain, François Koepp tient à rassurer les professionnels du secteur. «Les réunions avec les ministres Delles (classes moyennes) ou Gramegna se multiplient ces derniers temps, et nous avançons bien». Ainsi d'autres annonces pourraient arriver prochainement.


Ressources humaines
Le champ des aides aux indépendants s'élargit
Le gouvernement souhaite étendre à plus de bénéficiaires l'aide directe non remboursable accordée aux indépendants en difficulté. A commencer par l'inclusion des professionnels du médical et paramédical.

Face à la contestation de certains, le directeur général hausse d'ailleurs le ton : «Nos métiers sont loin d'être laissés à la dérive. Chômage partiel, aides à la relance, remboursements des coûts non couverts : au fil des mois, il faut reconnaître que nous avons été entendus et servis.» Et l'annonce faite par Bruxelles, jeudi, que les aides publiques aux entreprises privées pourraient continuer jusqu'en décembre 2021 a quelque chose de rassurant.

Gare à l'activité clandestine

Signe que si le secteur tangue il ne coule pas, la part des établissements Horesca parmi les faillites enregistrées en 2020 n'aura pas bondi. Le chiffre a même baissé. Passant de 177 sociétés mettant la clef sous la porte en 2019, à 133 faillites reconnues l'an dernier. «Un soulagement alors que l'année a été marquée par des fermetures ou de fortes limitations d'activité durant près de neuf mois sur douze», souligne François Koepp. 


Meisterbrief, Chantier Electricité, Elektriker, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Commerce et artisanat attendent plus que le rebond
Surtout de la prévisibilité dans les décisions du gouvernement. Michel Reckinger, président de la Fédération des artisans (et nouveau «patron des patrons» à la tête de l'UEL) et Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers relaient les espoirs de leur secteur.

Reste que le dirigeant s'avoue pressé de revoir toutefois les clients affluer vers les tables et comptoirs des établissements luxembourgeois. Et de mettre en garde la profession en attendant le feu vert des autorités, un peu comme il l'avait fait cet été, «gare à ceux qui, actuellement, ne respectent pas les règles en ouvrant clandestinement. Ils desservent clairement les intérêts de tous leurs homologues et ne permettent pas aux administrations d'être sereines sur notre comportement professionnel.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La capitale tire un trait sur 94.000 euros de loyers
En réponse à la colère qui agite les restaurateurs et cafetiers, le collège échevinal de Luxembourg-Ville a décidé ce mercredi de ne pas récolter les sommes exigées pour décembre et janvier aux locataires de ses locaux. Aucune aide supplémentaire n'est toutefois à l'ordre du jour.
16.12.2020, Berlin: Das Schild mit der Aufschrift "Sorry we are CLOSED" hängt in einem Buchladen hinter einer Tür. In Deutschland tritt zur Eindämmung der Corona-Pandemie der harte Lockdown in Kraft. Die meisten Geschäfte, Schulen und Kitas werden dafür geschlossen. Foto: Kay Nietfeld/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le refus des mesures covid s'exprime dans la rue
Le Knuedler, samedi, a servi de cadre à plusieurs rassemblements. Contre le masque, contre les mesures sanitaires ou contre la fermeture des cafés-restaurants : le virus de la protestation gagne du terrain.
Lokales, Demo anti Vaccins, Anti masque, foto:Chris Karaba/Luxemburger Wort
Bettel appelé à la rescousse par l'Horeca
Face aux difficultés du secteur, le recours au Premier ministre apparaît comme le recours ultime des patrons de bars, discothèques et restaurants qui ne souhaitent pas participer à une manifestation en raison des risques de débordement. Un appel resté, à ce jour, lettre morte.
24.5. IPO / MInistere d`Etat / Staatsministerium Foto:Guy Jallay