Changer d'édition

Un four "made in Luxembourg" expédié au Japon
Économie 9 09.11.2017 Cet article est archivé
Evénement chez Hein

Un four "made in Luxembourg" expédié au Japon

Le four a été expédié ce jeudi par Cargolux, direction le Japon
Evénement chez Hein

Un four "made in Luxembourg" expédié au Japon

Le four a été expédié ce jeudi par Cargolux, direction le Japon
Lex Kleren
Économie 9 09.11.2017 Cet article est archivé
Evénement chez Hein

Un four "made in Luxembourg" expédié au Japon

Jeudi après-midi, pour la première fois, un four professionnel produit par la société Hein à Luxembourg a été expédié au Japon par avion.

(M.G.) - L'entreprise luxembourgeoise Hein a trouvé son créneau: elle fabrique des fours professionnels qui consomment environ 20% d'énergie en moins que les fours conventionnels, en recyclant les gaz d'échappement.

C'est ainsi que l'entreprise familiale a attiré l'attention de boulangeries à l'autre bout du monde: au Japon! Jeudi après-midi, l'un des trois fours vendus jusqu'ici aux Japonais a été expédié par cargo depuis le Findel. Les deux autres fours voyagent parallèlement par bateau.

Les Japonais voulaient le four avant Noël

«L'expédition du four par bateau n'était pas assez rapide pour l'acheteur car il en avait besoin avant Noël», explique le directeur général de Hein, Pierre Thein. "C'est pourquoi ce four est exceptionnellement transporté par avion."

Comme le développement de cette nouvelle technologie a été soutenu financièrement par le ministère de l'Economie, le ministre Etienne Schneider n'a pas hésité à assisté au chargement de l'avion.

Les fours de cette catégorie coûtent entre 45.000 et 90.000 euros. Le modèle qui s'est envolé ce jeudi coûte, lui, environ 50.000 euros. En moyenne, il peut être utilisé entre 15 et 20 ans. Hein produit quelques 400 fours par an dans son hall de production à Strassen. L'entreprise emploie 110 personnes. 


Sur le même sujet

Les deux experts invités à donner une conférence pour le premier anniversaire de la signature du Luxembourg, jeudi soir à LuxExpo, l'assurent: les outils et la réputation doivent être soignés en même temps pour que le «Nation Branding» marche correctement.