Changer d'édition

«Un Etat fort, c'est un Etat qui investit»
Économie 4 min. 05.02.2021 Cet article est archivé

«Un Etat fort, c'est un Etat qui investit»

Face au risque d'endettement des Etats, 108 économistes de 13 pays de l'UE plaident pour une annulation conditionnelle de la dette publique détenue par la BCE pour permettre aux Etats d'effectuer les investissements nécessaires à la transition écologique.

«Un Etat fort, c'est un Etat qui investit»

Face au risque d'endettement des Etats, 108 économistes de 13 pays de l'UE plaident pour une annulation conditionnelle de la dette publique détenue par la BCE pour permettre aux Etats d'effectuer les investissements nécessaires à la transition écologique.
Photo: AFP
Économie 4 min. 05.02.2021 Cet article est archivé

«Un Etat fort, c'est un Etat qui investit»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que la crise sanitaire oblige les Etats de l'UE à s'endetter, une centaine d'économistes européens tirent le signal d'alarme sur les conséquences de ces pratiques. Et plaident pour une annulation partielle de la dette détenue par la BCE. Dont cinq économistes du Luxembourg. Explications.

Conséquence de la crise sanitaire, la BCE détient désormais près de 25% de la dette publique de la zone euro. Vous plaidez pour qu’une partie de cette dette soit annulée dans une tribune publiée ce vendredi. Dans quel but?

Jézabel Couppey-Soubeyran - «L'idée est assez simple puisque si la banque centrale abandonnait une partie de ses créances, cela permettrait mécaniquement de diminuer le ratio de la dette sur le PIB des pays de la zone euro et donc de redonner de la marge de manœuvre budgétaire pour que ces pays réalisent les grands programmes d'investissement publics dont ils ont besoin. Cette tribune est une proposition d'annulation de la dette qui serait conditionnelle à des investissements dans la transition écologique, dans la santé ou dans l'éducation. Et donc de donner les moyens d'investir dans l'avenir.


(FILES) In this file photo taken on December 13, 2018 the headquarters of the European Central Bank (ECB) is seen in Frankfurt am Main, western Germany. - The European Central Bank is widely expected to hint at, or even announce, a dive further into negative interest rates at its gathering on July 24, 2019. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
La fin programmée des aides d'Etat inquiète déjà la BCE
La Banque centrale européenne a mis en garde mercredi contre un arrêt prématuré des soutiens budgétaires en zone euro, pouvant retarder la reprise et précipiter l'insolvabilité des entreprises frappées par les restrictions liées à la pandémie de covid-19.

Vous demandez donc qu'un choix politique clair soit pris au niveau européen pour permettre une application réaliste des décisions annoncées...

J C-S - «Oui, c'est clairement une question politique. Et une question qui est, techniquement, tout à fait réalisable. Sur le plan institutionnel, c'est sans doute un peu plus compliqué parce que cela va à l'encontre de l'esprit du Traité européen. Si l'article 123 du Traité n'interdit pas stricto sensu l'annulation de la dette de la BCE, il interdit le financement direct des Etats par la BCE. Or, si la banque centrale rachète des titres de dette publique et qu'ensuite elle les abandonne, cela revient à un financement gratuit. 

Mais il faut préciser ici que les rachats d'actifs auxquels procède d'ores et déjà la banque centrale depuis plusieurs mois contournent aussi un peu l'esprit du texte. Ce qui signifie que nous avons besoin de remettre en question ce Traité pour doter l'Union européenne de bases institutionnelles et d'outils de politique dont elle a réellement besoin. 


The Euro logo can be seen outside the European Central Bank, (ECB) before the meeting of the Governing Council in Frankfurt am Main, central Germany, on November 7, 2013. The ECB, after cutting its key interests rates, still has other weapons up its sleeve to boost recovery in the euro, Mario Draghi, President of the ECB said. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND
La BCE renforce son soutien face à la crise
La Banque centrale européenne, qui dépense sans compter pour soutenir l'économie de la zone euro face à la pandémie, va encore amplifier jeudi son intervention, signalant que ses efforts pour aider à la sortie de crise s'inscrivent dans la durée.

Parmi la centaine de signataires figurent cinq économistes luxembourgeois dont Serge Allegrezza (Statec), Muriel Bouchet (Fondation Idea) ou vous Stéphanie Ravat (CGFP). Pourquoi ce positionnement de la part d’acteurs d’un pays triple A, bon élève en matière de dette publique ?

Stéphanie Ravat -  «Cette question de la dette publique concerne tous les pays européens et doit être pensée de manière globale. Car cette proposition, qui aurait comme contrepartie la mise en place de grands investissements dans la transition écologique, ne touche pas que le pays qui investirait. Si le Luxembourg investit dans son réseau de transport en commun, cela bénéficie aux pays voisins mais aussi à l'ensemble de la planète en raison des tonnes de CO2 épargnées par ces travaux. Le Luxembourg a donc un intérêt à ce que les autres Etats de l'UE, et en particulier de la zone euro, parviennent à sortir du surendettement tout en se donnant les moyens d’investir massivement dans la transition écologique  . 

Pour le moment, les règles budgétaires ont été assouplies pour pouvoir surmonter la crise sanitaire. Craignez-vous le retour de l'austérité un peu partout en Europe?

S R - «Oui, c'est un danger. C'est notamment la raison pour laquelle la Commission est en train, depuis quelques années, de lâcher la bride car elle a constaté que les pays qui ont maintenu un haut niveau d'investissement, comme le Luxembourg, ont eu un retour de la croissance plus rapidement que dans les autres pays. La Commission s'est donc rendu compte que l'austérité n'était absolument pas la solution. 


Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Il faut renforcer le pouvoir d'achat»
Suite au premier comité national de l'OGBL durant la crise sanitaire, Nora Back, sa présidente, a réalisé un état des lieux de la tripartite. Elle appelle notamment à davantage de mesures pour aider les ménages.

J C-S  -  «Il faut rappeler qu'un Etat fort, c'est un Etat qui investit et qui se donne les moyens d'investir. Mais oui, le risque que ces règles soient rétablies,   peut-être le seront-elles à un niveau différent de celui qui prévalait avant la crise, mais elles le seront très probablement. C'est pourquoi il faut se donner les moyens de ne pas être bridé par une dette qui empêcherait les pays de réaliser les investissements nécessaires. Et vu les défis qui nous attendent, il va falloir que les puissances publiques investissent beaucoup. L'annulation conditionnelle de la dette est une proposition, comme d'autres, mais elle a le mérite d'ouvrir le débat sur des questions de fond qui devront trouver des réponses. Et cela ouvre d'autres perspectives.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les gardiens de l'euro ont opté, jeudi, pour le statu quo sur leur panoplie d'outils anti-crise sensiblement renforcés lors de leur dernière réunion de décembre.
(FILES) This file photo taken on March 12, 2020 shows the headquarters of the European Central Bank (ECB) in Frankfurt am Main, western Germany. - European Central Bank governors meet on January 21, 2021 to take stock of their monetary stimulus efforts as more infectious strains of the coronavirus and stricter shutdowns cloud the economic outlook. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
La Banque centrale européenne, qui dépense sans compter pour soutenir l'économie de la zone euro face à la pandémie, va encore amplifier jeudi son intervention, signalant que ses efforts pour aider à la sortie de crise s'inscrivent dans la durée.
The Euro logo can be seen outside the European Central Bank, (ECB) before the meeting of the Governing Council in Frankfurt am Main, central Germany, on November 7, 2013. The ECB, after cutting its key interests rates, still has other weapons up its sleeve to boost recovery in the euro, Mario Draghi, President of the ECB said. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND
La Banque centrale européenne a mis en garde mercredi contre un arrêt prématuré des soutiens budgétaires en zone euro, pouvant retarder la reprise et précipiter l'insolvabilité des entreprises frappées par les restrictions liées à la pandémie de covid-19.
(FILES) In this file photo taken on December 13, 2018 the headquarters of the European Central Bank (ECB) is seen in Frankfurt am Main, western Germany. - The European Central Bank is widely expected to hint at, or even announce, a dive further into negative interest rates at its gathering on July 24, 2019. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay