Changer d'édition

Un endettement toujours plus grand lié à l'immobilier
Économie 2 min. 09.08.2021 Cet article est archivé
Selon la CSSF

Un endettement toujours plus grand lié à l'immobilier

Selon les données de la CSSF, «environ 39% du revenu disponible annuel» des ménages propriétaires est consacré au remboursement de leur emprunt.
Selon la CSSF

Un endettement toujours plus grand lié à l'immobilier

Selon les données de la CSSF, «environ 39% du revenu disponible annuel» des ménages propriétaires est consacré au remboursement de leur emprunt.
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 09.08.2021 Cet article est archivé
Selon la CSSF

Un endettement toujours plus grand lié à l'immobilier

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Contrairement aux autres secteurs qui ont marqué le pas en 2020 en raison de la pandémie, le poids du logement dans le budget des ménages continue de peser toujours plus lourd, indique la CSSF dans son dernier rapport annuel. Une tendance qui ne serait pas près de changer.

Face à la hausse forte et constante des prix de l'immobilier au Luxembourg, les ménages se voient contraints d'adopter une même stratégie: s'endetter toujours plus lourdement. Si en 2019 le taux d'emprunt des ménages s'établissait à «environ 75%», le ratio entre le prêt accordé et la valeur du bien acquis continue d'augmenter pour se fixer en moyenne à 77,6% en 2020, selon les données publiées dans le dernier rapport annuel de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). 

En clair, les nouveaux propriétaires ont emprunté près de 80% de la valeur de leur logement. Un chiffre qui atteint même 90% dans un tiers des cas (33%), preuve de l'écart de plus en plus grand qui se creuse entre les prix du marché et la réalité des revenus des résidents. Selon les données collectées par le gendarme de la Place, le ratio dette-revenu des ménages au Luxembourg atteint 939%, ce qui «suggère que l'emprunteur moyen a une dette totale de plus de neuf fois son revenu disponible annuel» précise la CSSF. 


Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF
Avec des emprunts qui représentent, en moyenne, trois quarts du prix global d'une acquisition, les ménages du Grand-Duché se retrouvent exposés à toute fluctuation du marché, selon le gendarme de la Place. Des données qui ne concernent que 2019, et qui excluent donc les effets de la pandémie.

Et aucun signe d'accalmie ne serait en vue pour l'heure, puisque tous les indicateurs relevés indiquent au mieux une stagnation. Et au pire une hausse. Conséquence indirecte de cette situation, la durée moyenne des prêts s'allonge pour atteindre «presque 22 ans» et le remboursement de la dette liée au logement représente en moyenne «environ 39% du revenu disponible annuel». Une donnée toutefois difficilement comparable puisque la CSSF publie uniquement depuis 2019 les données précises liées au poids des crédits immobiliers dans le budget des ménages.


Construction or repair of the rural house
Les banques devront limiter les crédits immobiliers
L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.

Face au risque élevé de surendettement des ménages et de création d'une bulle spéculative qui mettraient à mal le système bancaire, des limites dans l'octroi des prêts immobiliers ont été instaurées depuis le 1er janvier 2021. Pour l'heure, l'endettement moyen de l'ensemble des ménages luxembourgeois s'élève à 178% de leur revenu, contre 104% au niveau européen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat veut protéger les particuliers du surendettement lié à l'achat d'un bien, et les banques de l'effondrement de la bulle spéculative. A compter du 1er janvier 2021, serrage de ceinture concernant le montant des emprunts possibles.
Construction or repair of the rural house
Avec des emprunts qui représentent, en moyenne, trois quarts du prix global d'une acquisition, les ménages du Grand-Duché se retrouvent exposés à toute fluctuation du marché, selon le gendarme de la Place. Des données qui ne concernent que 2019, et qui excluent donc les effets de la pandémie.
Sozialalmanach, Wohnungsbau, Wohnung, Gasperich, Wohnungsmarkt, Mieten, Residenz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Si les inégalités s'accroissent, le patrimoine des ménages luxembourgeois a progressé ces dernières années. Compris dans une période où les taux d'intérêt ont baissé.
Si la part des foyers débiteurs diminue au Luxembourg, le montant de leur dette s’est accrue. En une année, en 2018, le montant à rembourser a grimpé de 8% constate la Banque centrale du Luxembourg.
La course folle vers l'acquisition de logements, toujours plus chers, n'est pas sans risque sur l'économie des ménages et des entreprises. Aussi, les députés viennent-ils d'adopter une loi offrant à la CSSF de nouveaux outils de contrôle.
Près de 10,4 milliards d'euros de prêts immobiliers ont été octroyés en 2018 au Luxembourg.
Six ans après une circulaire qui a beaucoup fait parler d'elle, la CSSF pourra bientôt fixer des limites à l'octroi de crédits immobiliers résidentiels par les banques. Une mesure de prudence presque dictée par les autorités européennes.
Face à l'endettement croissant des ménages pour acquérir un bien immobilier, la CSSF pourrait fixer des limites