Changer d'édition

Un emprunt de 2,5 milliards pour lutter contre le covid
Économie 2 min. 17.03.2021 Cet article est archivé

Un emprunt de 2,5 milliards pour lutter contre le covid

Pour répondre aux conditions imposées par la Chambre, le nouvel emprunt sera scindé en deux parties, réparties entre budget 2020 et budget 2021.

Un emprunt de 2,5 milliards pour lutter contre le covid

Pour répondre aux conditions imposées par la Chambre, le nouvel emprunt sera scindé en deux parties, réparties entre budget 2020 et budget 2021.
Photo: Chris Karaba
Économie 2 min. 17.03.2021 Cet article est archivé

Un emprunt de 2,5 milliards pour lutter contre le covid

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Comme en septembre dernier, le Luxembourg a réalisé mercredi une émission obligataire d'une durée de 10 ans. Obtenue à un taux négatif, l'opération vise officiellement à «surmonter la crise».

Surfant notamment sur les félicitations du FMI quant à la robustesse de son économie, le Luxembourg a obtenu mercredi un emprunt de 2,5 milliards d'euros. Lancée mercredi matin, l'émission obligataire obtenue a connu «une demande largement excédentaire à l'offre» et «un taux d'intérêt négatif, à savoir -0,045%», indique le ministère des Finances qui précise que «l'opération a pu être rapidement clôturée».


Wirtschaft, Börse Luxemburg, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Un emprunt durable pour 1,5 milliard d'euros
Quelques jours seulement après avoir défini un cadre strict pour les obligations durables, Pierre Gramegna a annoncé lundi soir un emprunt durable à taux négatif.

Coté à la Bourse de Luxembourg, cet emprunt d'une durée de dix ans, viendra à échéance en mars 2031 et doit permettre de «surmonter la crise du covid-19 de manière efficace et durable», note Pierre Gramegna (DP), cité dans le communiqué officiel. A noter que cette opération n'est pas la première du genre réalisée depuis le début de la pandémie, puisqu'un emprunt de 1,5 milliard d'euros avait déjà été contracté en septembre dernier

Si le pays a pu profiter de son triple A pour «étoffer son coussin de liquidité à des conditions avantageuses», selon les mots du ministre des Finances, l'opération ne pourra pas non plus être renouvelée à l'infini. En effet, en avril dernier, la Chambre avait donné son accord pour un recours aux emprunts à hauteur de trois milliards d'euros au maximum. Une enveloppe qui n'avait pas été pleinement utilisée, «raison pour laquelle le ministre a indiqué en commission que ce nouvel emprunt devait être scindé en deux éléments», indique André Bauler (DP), président de la commission des Finances. 


Lokales, Fahne auf halbmast, chambre des députés Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Discrétion de rigueur autour des emprunts
En l'espace de cinq mois, le gouvernement a contracté deux prêts. Mais pour l'un comme pour l'autre, le voilà qui joue la carte du silence. A ce jour, aucun détail concret n'est donc connu, notamment en ce qui concerne le premier prêt durable du pays.

En clair, 500 millions d'euros seront considérés comme relevant de l'enveloppe accordée en 2020 et deux milliards relèveront du cadre envisagé en 2021. En l'occurrence, une limite imposée dans le budget à 2,5 milliards d'euros. Interrogé sur le fait de savoir si ce nouvel appel aux marchés financiers était le dernier pour 2021, Pierre Gramegna a assuré aux députés que la situation restait «imprévisible» et que le gouvernement «mettrait tout en oeuvre» pour éviter un autre emprunt.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En l'espace de cinq mois, le gouvernement a contracté deux prêts. Mais pour l'un comme pour l'autre, le voilà qui joue la carte du silence. A ce jour, aucun détail concret n'est donc connu, notamment en ce qui concerne le premier prêt durable du pays.
Lokales, Fahne auf halbmast, chambre des députés Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Pour soutenir l'économie du pays à faire face aux répercussions du coronavirus, le Luxembourg a réussi à se voir prêter 2,5 milliards d'euros mais à taux négatif. Tout bénéfice donc pour la trésorerie de l'Etat.
Spuerkees,BCEE,Gare,Foto:Gerry Huberty
Le gouvernement a sept ans pour rembourser 1,7 milliard d’euros demandés auprès d'un consortium de banques. Pour la première fois, le taux demandé est négatif: -0,247%.
Pierre Gramegna, le «grand argentier» luxembourgeois, a réussi un joli coup. Une première même.
C'est une première depuis 2013 et l'arrivée au pouvoir du gouvernement Bettel. Le Luxembourg a placé cette semaine un emprunt obligataire de 2 milliards d'euros qui va permettre de «maintenir un niveau élevé d'investissements».
Fin 2017, la dette publique de l'Etat luxembourgeois actuellement de 20,5% du PIB passera à 22,5% du PIB.