Changer d'édition

Un Brexit coûterait cher au Luxembourg
Économie 2 min. 27.04.2015 Cet article est archivé
Selon la Fondation Bertelsmann

Un Brexit coûterait cher au Luxembourg

Selon la Fondation Bertelsmann

Un Brexit coûterait cher au Luxembourg

REUTERS
Économie 2 min. 27.04.2015 Cet article est archivé
Selon la Fondation Bertelsmann

Un Brexit coûterait cher au Luxembourg

Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne coûterait très cher au pays mais aussi à ses partenaires, certains comme l'Irlande, le Luxembourg et la Belgique ayant plus à perdre que d'autres, selon une étude de la Fondation Bertelsmann publiée lundi.

Le Royaume-Uni lui-même serait le plus affecté, avec, à l'horizon 2030, un différentiel de Produit intérieur brut (PIB) par habitant pouvant aller, dans le pire des scénarios, jusqu'à 14% par rapport à ce qu'il serait en restant dans l'UE. Les économies que pourrait réaliser Londres en ne contribuant plus au budget européen ne compenseraient en aucun cas le manque à gagner, préviennent les auteurs de l'étude.

Le Premier ministre britannique conservateur, David Cameron, a promis, en amont des élections législatives du 7 mai, la tenue en cas de réélection d'un référendum sur le maintien du pays dans l'UE d'ici 2017. Les conservateurs et les travaillistes sont actuellement au coude à coude dans les sondages.

Avec le concours de l'institut de recherche économique Ifo de Munich, les chercheurs de la fondation allemande ont évalué les effets d'un "Brexit", nom communément donné à une sortie du Royaume-Uni de l'UE. Ils ont retenu plusieurs scénarios d'isolation, d'une situation où le pays continuerait à participer aux échanges européens, comme la Suisse, à une perte de tous les privilèges commerciaux liés à l'appartenance à l'UE.

Dans tous les cas de figure, les partenaires de Londres seraient perdants aussi, à commencer par l'Irlande, avec un différentiel compris entre 0,8% et 2,7% de son PIB par habitant d'ici 2030. Le Luxembourg, la Belgique et la Suède seraient parmi les autres pays les plus touchés. Pour la France le différentiel serait compris entre 0,06% et 0,3% de PIB par habitant.

A ces effets purement commerciaux viendraient s'ajouter d'autres effets économiques, comme les répercussions d'une perte d'attractivité de la place financière londonienne - ce qui pourrait profiter à certains autres centres européens - et un effet budgétaire, avec une répartition entre les membres restants de l'UE de la contribution britannique au budget de l'UE. Pour l'Allemagne ce seul effet serait de 2,5 milliards d'euros par an, pour la France de 1,9 milliard d'euros, selon les chercheurs.

L'étude "montre clairement la nécessité de s'engager pour un maintien du Royaume-Uni dans l'UE", a commenté dans un communiqué le président de la Fondation Bertelsmann, Aart de Geus. "Rien que du point de vue économique, un Brexit serait une opération à perte, en premier lieu pour les Britanniques", a-t-il déclaré. (AFP)



Sur le même sujet

Les 27 ayant du mal à se retrouver sur une position commune sur les finances de l'UE pour les années 2021-2027, le commissaire européen au Budget est venu sonder la position de Xavier Bettel.
03.05.2010 Der Oestereichische EU-Kommissar Johannes Hahn, Foto: Serge Waldbillig
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé l'UE à aller de l'avant sans se laisser entraver par le Brexit, affirmant qu'il n'envisageait pas de report du départ britannique au-delà de la nouvelle date butoir du 31 octobre.
European Commission President Jean-Claude Juncker speaks during a debate on the future of Europe during a plenary session at the European Parliament on April 17, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Un an jour pour jour avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, la Première ministre britannique Theresa May s'est engagée jeudi dans un périple au Royaume-Uni pour tenter de rassembler et rassurer ses concitoyens sur un Brexit toujours très clivant.
«Ayant repris le contrôle de nos lois, nos frontières et notre argent, et saisi les opportunités offertes par le Brexit, le Royaume-Uni prospérera en tant que pays fort et uni qui bénéficie à tout le monde, peu importe votre vote pour ou contre le Brexit», assure la premier ministre Theresa May
Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni lance mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne, qu'il avait rejointe avec réserve il y a 44 ans, et ouvre deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres au printemps 2019.
La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow.
Le Royaume-Uni choisit de sortir de l'UE
Les Britanniques ont choisi de quitter l'Union européenne, un saut dans l'inconnu qui porte un coup terrible au projet européen et à leur Premier ministre David Cameron, et qui a fait aussitôt trembler les marchés mondiaux.
Die Entscheidung ist gefallen: Die Briten haben sich gegen einen Verbleib in der EU ausgesprochen.
Après la victoire de Cameron
Entre incertitude et opportunité, les acteurs économiques du Luxembourg sont partagés au moment d'évoquer la sortie du Royaume Uni de l'Union européenne.
Le Royaume-Uni est un partenaire important pour le Luxembourg