Changer d'édition

Trois pépites spatiales dans le feu de l'action
Économie 4 min. 09.04.2018 Cet article est archivé

Trois pépites spatiales dans le feu de l'action

Spire Global a emménagé dans ses nouveaux locaux, en face de la clinique Zitha, près de la gare

Trois pépites spatiales dans le feu de l'action

Spire Global a emménagé dans ses nouveaux locaux, en face de la clinique Zitha, près de la gare
Thierry Labro
Économie 4 min. 09.04.2018 Cet article est archivé

Trois pépites spatiales dans le feu de l'action

Thierry LABRO
Thierry LABRO
De Deep Space Industries, la première start-up avec laquelle le Luxembourg se soit associé en 2016, à la dernière, Spire Global, où en sont les pépites de l'espace américaines? Au Luxembourg, elles ont surtout... déménagé.

Les Américains ne sont pas partis sans laisser d'adresse. 

Les deux premières pépites de l'espace auxquelles le gouvernement a déroulé le tapis rouge dans le cadre de son initiative sur les ressources de l'espace, Deep Space Industries et Planetary Resources ont même «emménagé ensemble» au 19 rue de Bitbourg à Luxembourg-Hamm... chez Arendt Services, facilitateur de business en services administratifs. 

La dernière arrivée, Spire Global, a aussi quitté son premier point de chute au Technoport pour le rez-de-chaussée d'un bâtiment flambant neuf, en face de la clinique Zitha et dont les étages supérieurs sont occupés par l'étude Kleyr et Grasso. 


Le directeur général et fondateur de Spire est un physicien né à Vienne
Espace : Spire, nouvel acteur à arriver
Le ministre de l'Economie annoncera cet après-midi l'arrivée au Luxembourg de la société américaine Spire, spécialisée dans les très petits satellites et l'exploitation de leurs données.

Rien d'exceptionnel dans le déménagement d'une start-up, souvent amenée à croître en fonction de ses activités. Sauf que les deux premières n'en prennent pas le chemin. Pas au Luxembourg en tout cas. 

Arkyd 6 sur orbite... pour générer du cash 

 L'année avait pourtant bien commencé pour Planetary Resources avec la mise sur orbite réussie de son satellite Arkyd 6 par le lanceur à bas coût indien. 

Puis le p.-d.g., Chris Lewicki, a perdu deux vice-présidents: un au Luxembourg Peter Marquez (l'ancien directeur de la politique spatiale au Conseil de sécurité national de la Maison Blanche sous Georges Bush et Barack Obama), et un aux Etats-Unis Akshay Patel, qui a décidé de rejoindre OneWeb – projet de constellation de satellites à basse orbite concurrent de O3B mPower de la SES. 

L'Arkad 6 devait être accompagné d'un autre exemplaire en cas de besoin. Faute de financement, il faudra attendre pour connaître les nouveaux développements de Planetary Resources
L'Arkad 6 devait être accompagné d'un autre exemplaire en cas de besoin. Faute de financement, il faudra attendre pour connaître les nouveaux développements de Planetary Resources
Planetary Resources


Puis l'investisseur qui devait rejoindre un tour de table déjà prestigieux avec des gens comme le fondateur de Google Larry Page, a décidé de décaler sa décision d'au moins un an. Cette mystérieuse compagnie minière de premier plan sera facilement remplacée, a d'abord dit le vétéran de la NASA, avant d'admettre que ce contretemps allait différer à la fois le lancement d'un autre satellite Arkyd 6 qui devait servir de back-up mais aussi freiner l'évolution en personnel. L'équipe de 70 salariés, aux Etats-Unis, devait être «adaptée» à ce nouveau contexte. 

La situation financière est tellement tendue que Planetary Resources essaie de vendre les données de son unique satellite pour générer du cash à court terme en attendant qu'Osiris Rex ramène les premiers échantillons d'un astéroïde sur Terre, Bannu, en 2023, si tout se passe comme prévu. 


Entretien avec Peter Diamandis, fondateur d'Xprize, photo : Caroline Martin
Grâce à Planetary Resources: Le pétrole du futur sera "luxembourgeois"
Peter Diamandis devait donner une conférence sur les potentiels économiques de l'espace. Le fondateur de Planetary Resources, dans laquelle le Luxembourg a investi 25 millions d'euros, est plutôt venu dérouler son business model. Instructif... mais intéressé.

«Comet», la propulsion à l'eau, trouve des clients 

 Au Luxembourg, celui qui figure encore au rang de porte-parole local sur le site du cluster de l'espace de Luxinnovation a quitté la société il y a un moment. Ben Baseley-Walker s'est lancé dans un nouveau projet: Andart Global est une société de consultants qui doit faciliter l'installation en Europe et au Luxembourg de sociétés américaines de l'espace! 

Deep Space Industries, dont le bilan financier fait état de 66.000 euros de frais de personnel en 2017, a aussi vu son charismatique leader quitter le navire. Le Texan Rick Tumlinson, Stetson sur la tête et santiags aux pieds, continue de parcourir le monde pour évangéliser les pays les moins avancés sur l'espace de demain. 

La technologie Comet, propulsion à eau, a été vendue à vingt exemplaires, au prix catalogue de 200.000 dollars pièces. Un enjeu d'avenir pour l'industrie.
La technologie Comet, propulsion à eau, a été vendue à vingt exemplaires, au prix catalogue de 200.000 dollars pièces. Un enjeu d'avenir pour l'industrie.
Deep Space Industries

Du coup, au côté de l'Israélien Saggy Kfir, la filiale luxembourgeoise a été sur le papier rejointe par William Miller. 

Le 13 mars, DSI a signé un contrat qui n'a l'air de rien mais qui sera très important avec Astro Digital. Selon les termes de ce contrats, les satellites de BlackSky, petite société montante dans le domaine des engins à basse orbite, seront propulsés à l'eau, grâce à Comet, la technologie de DSI. 

L'eau sera le carburant du futur de toute l'industrie parce qu'il existe de nombreux mélanges accessibles dans l'espace. Avant de penser à ramener de précieux matériaux, les industriels utiliseront l'eau pour remplir leurs réservoirs. 


Le cofondateur de Deep Space Industries: "C'est beau, ce que fait le Luxembourg!"
Rick Tumlinson, le cofondateur de Deep Space Industries, dont le destin est lié à celui du Luxembourg dans le space mining, est à l'ICT Spring en ce mercredi. Un patron à l'énergie folle. Interview autour d'un coca zéro.

Mine de rien, Deep Space prend donc une longueur d'avance dans ces technologies. 

Vers le premier lancement à 100% privé de l'histoire 

Peter Platzer a le même genre de problèmes de riches. L'Autrichien, qui a vécu un temps à Strasbourg et qui est donc content de retrouver à Luxembourg un environnement «européen», est rejoint à l'administration de son quartier général européen par son directeur financier Bryan Leblanc. 

A l'heure où vendredi, le 33 rue Sainte-Zithe profitait du soleil pour mettre ses premières plantes en pot, la start-up sera associée entre le 20 avril et le début mai à une nouvelle première mondiale, le lancement de deux de ses satellites Lemur-2 et de ceux de GeoOptics par le premier lanceur à 100% privé au monde. 

Le lancement baptisé «It's business time» à la manière d'un Elon Musk en pleine forme, sera effectué par la société américaine Rocket Lab sur le pas de tir, situé en Nouvelle-Zélande, où elle espère pouvoir lancer des satellites toutes les 72 heures.


Sur le même sujet

Le plus grand centre de coworking ouvrira à la gare
D'ici fin 2019, la société Spaces entend mettre en service son 1er centre de coworking luxembourgeois, à proximité de la gare centrale. Soit 6.400 m² de bureaux à partager. Deux autres projets d'ouverture figurent dans ses cartons : l'un Boulevard Royal, l'autre à Gasperich.
Comme ici au Brussels Airport-Diegem, Spaces a déjà ouvert de nombreux espaces de coworking dans le monde.