Changer d'édition

Très chère viande luxembourgeoise
Économie 2 min. 27.08.2020 Cet article est archivé

Très chère viande luxembourgeoise

Au Luxembourg, les installations des fermiers et le bien-être animal sont contrôlés en permanence par les services vétérinaires

Très chère viande luxembourgeoise

Au Luxembourg, les installations des fermiers et le bien-être animal sont contrôlés en permanence par les services vétérinaires
Photo: Cactus
Économie 2 min. 27.08.2020 Cet article est archivé

Très chère viande luxembourgeoise

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Après l'Autriche, c'est au Luxembourg que le prix de la viande est le plus élevé au sein de l'UE, d'après une étude d'Eurostat. Une question de qualité, mais aussi de coûts structurels, selon Paul Faltz, administrateur-délégué de Cobolux.

Mauvaise nouvelle en cette fin d'été pour les nombreux amateurs de barbecue au pays. Un rapport établi par Eurostat, le bureau des statistiques de l'Union européenne, pour l'année 2018 démontre que, sur un indice moyen des prix de 100 pour l'Union européenne, le coût de la viande au Luxembourg est plus élevé de 42%. «La qualité a son prix», revendique Paul Faltz, administrateur-délégué de la société Cobolux. Et par «qualité», «j'entends  une viande qui respecte à la fois le bien-être animal, l'environnement, la traçabilité ainsi que la responsabilité sociale des entreprises», poursuit-il.

Seule l'Autriche (qui affiche +46%) fait «mieux» au sein de l'UE, alors que la France complète le podium avec un bon +31%. En tout, douze pays se situent au-dessus de la moyenne européenne, dont le voisin belge (+26%). Pour le consommateur luxembourgeois, acheter sa viande en Allemagne se révèle plus intéressant, puisque passé la Moselle le prix du kilo n'excède que de 6% la moyenne européenne.

A l'autre bout, c'est en Pologne et en Roumanie que la viande est le meilleur marché, avec une facture de 37% inférieure à la moyenne de l'UE. Précisons que ces données comprennent viande bovine, porc, agneau, mouton et chèvre, volaille, abats, charcuteries et autres préparations carnées. 

Mais outre une question de qualité, Paul Faltz ajoute des raisons purement structurelles pour expliquer le prix élevé du morceau de viande au Grand-Duché. Ainsi, les terres où sont élevés les animaux «coûtent plus cher que dans d'autres pays de l'UE», explique le responsable de Cobolux. En 2018, le prix moyen s'élevait à 35.230 euros l'hectare, selon les données du Statec.

44.000 tonnes de viandes produites en 2019

A cela se greffent «les salaires luxembourgeois des ouvriers beaucoup plus élevés que ceux des pays de l'Est». Paul Faltz n'hésite pas à avancer que dans ces conditions, «rester compétitif par rapport à l'étranger devient de plus en plus compliqué».

L'administrateur-délégué pointe également le prix du loyer au mètre carré payé par une boucherie. «Il n'est pas le même en Allemagne et au Luxembourg», et forcément, poursuit-il, «le boucher doit répercuter ce prix sur le prix de ses produits».

Si «le Luxembourg ne dispose pas (encore) d'énormes élevages de masse tels qu'on les connaît dans d'autres pays européens», comme le souligne Paul Faltz, la production de viandes au Luxembourg atteignait 29.155 tonnes en 2019, selon les données publiées par le Statec. Après cinq années consécutives au-delà des 30.000 tonnes, la production est ainsi repassée sous ce seuil l'an dernier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les prix de l'immobilier au Grand-Duché sont les plus élevés du continent européen, à en croire le dernier rapport d'Eurostat qui indique que le pays se classe presque au niveau de la Norvège, du Danemark et de la Suisse.
Alors qu'en France, aux Etats-Unis et en Allemagne, des clusters de covid-19 ont été repérés dans des abattoirs, le ministre de l'Agriculture se veut rassurant sur les installations luxembourgeoises. Le virus n'a pas encore atteint les bouchers d'Ettelbruck et Wecker.
Romain Schneider a présenté ce mardi son plan de relance pour le secteur. La pandémie du covid-19 n'a épargné personne et certaines filières souffrent de la crise. Le paquet de mesures pour le secteur agricole fait la part belle au local et au bio.
De la paille est chargée sur un tracteur le 27 juillet 2011 à Bray-sur-Seine, en Seine-et-Marne où une caravane de 60 tracteurs se ravitaille. Les agriculteurs de l'Ain vont y trouver, après un périple de plus de 300 kilomètres, 1.000 tonnes de paille à rapporter dans leurs élevages affectés par la sécheresse en mai dernier, dans le cadre d'un "convoi de solidarité". AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Au mois de mai, le passage en caisse a été moins douloureux pour les ménages. En effet, l'indice des prix à la consommation a reculé de 0,2 % selon le Statec qui avance la poursuite du recul des prix des produits pétroliers et des produits alimentaires comme explication.
Si les productions agricoles luxembourgeoises ne souffrent pas directement de l'épidémie de covid-19, le ministère de l'Agriculture avance avec prudence. Surveillant autant les difficultés des vignerons à écouler leurs bouteilles que certains prix de denrées à la baisse.
Fleckvieh cows await transportion by a cattle carrier in Altheim near the southern Bavarian town of Landshut November 16, 2006. Around 5,500 Fleckvieh breeding cattle will be exported from Bavaria to Moscow.  REUTERS/Michaela Rehle     (GERMANY)