Changer d'édition

Travaille-t-on trop dans les commerces le dimanche?
Économie 3 min. 17.02.2021

Travaille-t-on trop dans les commerces le dimanche?

Avant les limitations d'ouverture dominicale pour les soldes, l'Inspection du Travail a multiplié les contrôles dans les magasins.

Travaille-t-on trop dans les commerces le dimanche?

Avant les limitations d'ouverture dominicale pour les soldes, l'Inspection du Travail a multiplié les contrôles dans les magasins.
Photo : Guy Jallay
Économie 3 min. 17.02.2021

Travaille-t-on trop dans les commerces le dimanche?

L'Inspection du Travail a relevé de nombreuses entorses au respect de la loi sur le travail dominical dans les magasins. Bien des salariés effectuant plus que les 4 heures tolérées. De quoi remettre en cause une part du Code du travail, plus forcément adapté à la réalité de la profession.

(pj avec Marc HOSCHEID) C'était un petit rappel, envoyé aux commerçants luxembourgeois juste avant les fêtes. Une circulaire soulignant que, selon la loi, le travail dominical répondait à une limite horaire pour les salariés : pas plus de quatre heures d'activité. Et l'Inspection du Travail n'a pas tardé à vérifier que boutiques et magasins respectaient bien le Code du travail. En plein rush de Noël, inutile de dire que l'opération n'a guère été appréciée. 


Meisterbrief, Chantier Electricité, Elektriker, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Commerce et artisanat attendent plus que le rebond
Surtout de la prévisibilité dans les décisions du gouvernement. Michel Reckinger, président de la Fédération des artisans (et nouveau «patron des patrons» à la tête de l'UEL) et Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers relaient les espoirs de leur secteur.

D'autant moins que l'ITM n'a pas manqué de sanctionner certains commerçants. Au terme d'une année difficile pour les affaires, une amende ça n'est jamais le bienvenu... Pour Claude Bizjack, l'attitude de l'ITM (et donc du ministère du Travail) est qualifiée de «regrettable». Pour le directeur-adjoint de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC), ces inspections sont venues troubler un secteur déjà en plein marasme économique. Et ce rappel d'une législation, peu respectée depuis des années il faut l'avouer, alors que le commerce en ligne bondit, que les pays voisins ouvraient largement le dimanche, a quelque peu sonné le monde du commerce de détail.

Directeur du centre commercial Massen, à Wemperhardt, Arsène Laplume ne décolère pas. Pour lui, la législation n'est plus adaptée à la réalité. «De nombreux employés ont un trajet de 40 à 50 km à faire pour venir travailler; du coup, ils ne veulent pas venir seulement pour quatre heures.» Et cela ne concerne pas seulement des employés frontaliers, puisque parmi les personnels en place le dernier jour de la semaine, le centre s'appuie sur une quarantaine de résidents également.

Pour Arsène Laplume, la controverse est d'autant plus regrettable que, chez lui, la délégation du personnel a marqué son accord pour que les employés travaillent huit heures tous les deux dimanches en rotation. Soit donc 4h en moyenne par dimanche. 

Entre compréhension et méfiance

Côté syndicats, OGBL comme LCGB saluent l'action de l'Inspection du travail «qui contribue au respect du droit du travail». David Angel, secrétaire central du syndicat professionnel OBGL, est conscient que ces contrôles de l'ITM ont frappé le secteur du commerce «comme une bombe», en particulier dans les grands centres commerciaux du nord du pays. Aussi, est-il d'avis que les discussions se poursuivent entre toutes les parties pour avancer sur une législation sur le travail dominical plus adaptée.


Geschäfte bereiten sich auf die Wiedereröffnung vor - Soldes, Solden - Foto: John Schmit
Les soldes ne joueront pas les prolongations
Les magasins en Belgique ont bénéficié de deux semaines bonus, les boutiques françaises pourront casser les prix jusqu'au 2 mars, mais au Grand-Duché, la fin des soldes reste fixée à ce mercredi 17 février.

Cependant, David Angel souligne aussi que, selon une enquête de l'Institut luxembourgeois de recherche socio-économique (Liser), 80% des employés ne souhaiteraient pas travailler le dimanche. Mais pour les volontaires, le représentant syndical est d'avis que des solutions pourraient être trouvées. Que ce soit par le biais de conventions collectives ou d'accords interprofessionnels. Sauf que dans nombre de petites structures, il n'existe pas de délégation du personnel ou aucun syndicat n'est représenté. De l'utilité de bien encadrer les choses, si un nouveau texte doit être étudié.

Deux textes, deux lignes de conduite

Pour l'instant, le Code du travail permet six exceptions par an aux employeurs qui souhaitent voir leurs employés travailler au-delà des 4 heures réglementaires. Et cela toujours sur base du volontariat. Mais, en parallèle, existe un texte quelque peu contradictoire. Ainsi, la loi du 19 juin 1995 réglemente également le travail du dimanche pour les secteurs du commerce et de l'artisanat. 

Cette fois, il est précisé que les magasins ne peuvent ouvrir le dimanche qu'entre 6h et 13h, sauf dérogation. Auquel cas les heures d'ouverture peuvent être prolongées jusqu'à 21h. Une extension des horaires, et donc a priori du temps de travail, qui ne peut être demandée que par un groupe d'intérêt représentatif ou une autorité locale. «Et c'est de ces deux textes que nait souvent la confusion dans l'esprit des patrons de commerce», pointe Claude Bizjack. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le revenu de remplacement sort de l'actualité
Avec le nouveau volet d'aides, présenté lundi, la mise en place d'un "chômage partiel pour indépendants" semble moins urgente. Le patronat en convient et le gouvernement ne se fait pas prier pour retirer ce dossier de l'agenda social.
Restaurant owner checking monthly reports on a tablet, bills and expenses of his small business
Les «entreprises zombies» menacent le Luxembourg
Selon les experts, une société sur dix ne serait pas viable et la pandémie sanitaire pourrait bien aggraver la situation. Le ministère de l'Economie se veut néanmoins rassurant, estimant le risque «minime» pour la stabilité des marchés financiers.
(FILES) In this file photo taken on November 18, 2020 a woman walks past a closed restaurant in Paris amid a second lockdown in France aimed at containing the spread of Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by THOMAS COEX / AFP)
«Allô, la ligne SOS Patrons...»
La crise a mis à rude épreuve les comptes des sociétés, mais aussi les nerfs et le moral de leurs dirigeants. C'est pour ces chefs d'entreprise au bord de la rupture qu'une helpline de soutien vient d'ouvrir.
a call centre phone operative in his mid 30s chats on the phone at his desk . He is explaining something to the person on the phone in a friendly manner . behind him a defocussed office interior can be seen . This could be a call centre or an office worker chatting to a customer .
2020 n'aura pas vu flamber les faillites
Alors que la crise économique est bien là, moins d'entreprises auront définitivement fermé durant l'épisode covid qu'en 2019. La construction restant le secteur le plus affecté parmi les 1.206 faillites actées.
Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort