Changer d'édition

Toujours des nuages au-dessus de HSBC
Économie 3 min. 03.08.2015 Cet article est archivé
Des résultats en baisse au premier semestre

Toujours des nuages au-dessus de HSBC

Pour se recentrer sur les marchés asiatiques, HSBC a entrepris un vaste plan de réduction des effectifs. On ignore encore les détails pour le Luxembourg
Des résultats en baisse au premier semestre

Toujours des nuages au-dessus de HSBC

Pour se recentrer sur les marchés asiatiques, HSBC a entrepris un vaste plan de réduction des effectifs. On ignore encore les détails pour le Luxembourg
AFP
Économie 3 min. 03.08.2015 Cet article est archivé
Des résultats en baisse au premier semestre

Toujours des nuages au-dessus de HSBC

Ebranlée et toujours engluée dans les scandales avec une dizaine de procédures dont quelques-unes à Luxembourg, HSBC a annoncé lundi une légère baisse de son bénéfice net au premier semestre sous le poids de la hausse des coûts d'exploitation malgré de bonnes performances sur les marchés. Elle va céder sa filiale brésilienne Bradesco pour 4,7 milliards d'euros.

(T. L. avec l'AFP). Entre le 1er janvier et le 30 juin, HSBC a dégagé un bénéfice net de 9,618 milliards de dollars (8,756 milliards d'euros), en recul de 1,31% sur un an. Le bénéfice imposable corrigé des effets de change et des éléments exceptionnels s'est inscrit en hausse de 2%, à 13,0 milliards de dollars.

Les activités traditionnelles de banque ont dans l'ensemble reculé sur un an mais HSBC tire son épingle du jeu grâce à ses activités de gestion d'actifs et de placements sur les marchés qui lui permettent de faire ressortir un produit de 31,5 milliards de dollars, en hausse de près de 1%.

HSBC va céder, en numéraire, sa filiale, la septième banque en actifs au Brésil, au groupe local Bradesco pour 5,2 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros). Ébranlée par des scandales et des résultats financiers décevants, HSBC avait annoncé début juin qu'elle se séparait de presque 50.000 employés dans le cadre d'un plan de restructuration planétaire incluant la vente de ses activités au Brésil et en Turquie. Une présence va être maintenue dans le pays pour les grandes entreprises. Le Brésil est un marché généralement attirant pour les banques mais HSBC y avait été déficitaire en 2014.

La réduction massive des effectifs engagée par la première banque européenne - dont la moitié touche le Brésil et la Turquie - est destinée à l'ancrer encore davantage en Asie où sont identifiés les plus grands potentiels de croissance. La banque, qui veut également délocaliser des milliers de postes dans des pays à "faible coût/haute qualité" de main d'oeuvre, veut réaliser des économies de 4,5 à 5 milliards de dollars par an d'ici à 2017 et faire baisser les dépenses opérationnelles au niveau de 2014 à la fin 2017.

Hausse des coûts

"Ce résultat, qui reflète la croissance des revenus et de moindres pertes sur créances, a été en partie grevé par des coûts croissants", a toutefois reconnu le PDG Stuart Gulliver.

Au premier semestre, les coûts totaux d'exploitation ont de fait augmenté de 5% par rapport au trimestre correspondant de 2014, à 19,187 milliards de dollars.

HSBC impute cette hausse à des "investissements pour la croissance future" ainsi qu'aux multiples frais légaux engagés pour régler ses litiges avec les autorités de régulation, au Royaume-Uni et ailleurs.

HSBC a récemment été ébranlée par l'opération SwissLeaks, des révélations d'un réseau mondial de journaux sur des pratiques d'évasion fiscale à grande échelle passées par sa filiale suisse, basée à Genève. HSBC a en outre dû verser l'équivalent de milliards d'euros d'amendes et d'indemnités dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis, pour solder des scandales de blanchiment d'argent et de manipulations des marchés.

Justice: du nouveau en septembre?

De nouveaux nuages se sont depuis accumulés au-dessus de la banque avec l'ouverture aux Etats-Unis d'une enquête sur le rôle de grandes banques dans le scandale de corruption qui éclabousse la Fifa et une procédure de l'organe antimonopole du Brésil (Cade) pour formation présumée de cartel afin de manipuler les taux de change du réal et d'autres devises.   

Au total, selon le rapport du premier semestre, une dizaine de procédures sont engagées, qui ont obligé le groupe à provisionner d'éventuelles amendes à payer. Des procédures qui concernent aussi le Luxembourg, notamment dans le cadre de l'affaire Madoff, puisque les fonds Alpha et Senator y ont entamé des actions et attendent les prochaines étapes judiciaires. Même chose pour le fonds Primeo, aux îles Cayman, qui s'en prend à la Banque des Bermudes et HBSC Securities Services au Luxembourg. Le procès devrait se tenir en début d'année prochaine, indique le rapport. Comme pour ce fond des Bermudes, Herald Herald et Hermes sont toujours dans l'attente de la suite de la procédure, qui devrait, pour les premiers donner lieu aux premières auditions préliminaires en septembre prochain.

Pour lire le rapport semestriel complet


Sur le même sujet

Le géant bancaire britannique va annoncer de nouvelles suppressions de postes, selon le Financial Times, deux mois après le départ surprise de son patron et une première annonce de 4.000 licenciements. Guerre commerciale, Brexit et taux bas: voilà les causes.
A Swiss International aircraft flies past the HSBC headquarters building in the Canary Wharf financial district in east London February 15, 2015. HSBC apologised to customers and investors on Sunday for past practices at its Swiss private bank after allegations that it helped hundreds of clients to dodge taxes. REUTERS/Peter Nicholls (BRITAIN - Tags: BUSINESS CRIME LAW TRANSPORT TPX IMAGES OF THE DAY)
Au moment d'annoncer des résultats mitigés, lundi matin, la banque HSBC a annoncé rattacher ses filiales européennes, gérées depuis Londres... à Paris. Dont la filiale luxembourgeoise.
Les sept succursales continentales, dont Luxembourg, seront reprises par HSBC Paris
Plan de restructuration planétaire
Le géant bancaire britannique HSBC a annoncé mardi qu'elle allait se séparer de 25.000 employés dans le cadre d'un plan de restructuration planétaire. 25.000 autres postes seront concernés par la cession de ses activités en Turquie et au Brésil.
Née en 1865, HSBC emploie actuellement 266.000 personnes à travers le monde.