Changer d'édition

Sortie médiatique d'Antoine Deltour: PwC n'en rajoute pas
Économie 16.12.2014

Sortie médiatique d'Antoine Deltour: PwC n'en rajoute pas

La firme luxembourgeoise avait été beaucoup plus prompte à réagir lors de la publication des documents de LuxLeaks.

Sortie médiatique d'Antoine Deltour: PwC n'en rajoute pas

La firme luxembourgeoise avait été beaucoup plus prompte à réagir lors de la publication des documents de LuxLeaks.
Pierre SORLUT
Économie 16.12.2014

Sortie médiatique d'Antoine Deltour: PwC n'en rajoute pas

Sollicitée par les médias suite à la publication lundi de l'interview de son ancien employé, la société d'audit ne se prononce pas sur le vol de ces documents à l'origine de LuxLeaks. Elle indique en revanche avoir passé en revue son système informatique.

(pso) Sollicitée suite à la sortie médiatique de son ancien auditeur, initiateur un peu malgré lui de LuxLeaks, la firme luxembourgeoise a réagi (après 36 heures) par voie de communiqué.

PwC indique ainsi ne pas souhaiter se prononcer sur le cas d'un «ancien employé qui a admis le vol» de documents pour lequel des charges pénales pèsent contre lui. «L'affaire est en cours et PwC ne fera pas de commentaire», écrit son porte-parole.

Système informatique

Interrogée sur la possibilité de voler des milliers de pages de rescrits fiscaux concernant ses clients – ce qu'Antoine Deltour a déclaré avoir fait à son départ de la société en 2010 – PwC répond avoir «passé en revue son système de sécurité et ses processus, et continuellement fait en sorte que la sécurité des systèmes informatiques réponde aux meilleures pratiques en cours.» Selon les propos de l'ancien auditeur, il aurait trouvé ces rulings impliquant des centaines de groupes internationaux en téléchargeant des documents de formations.


Sur le même sujet

Interview dans la presse: Le voleur des documents de LuxLeaks témoigne
L'ancien salarié de PwC qui avait sorti en 2010 les documents de la firme d'audit à l'origine de la déferlante LuxLeaks témoigne dans Libération. Inculpé depuis vendredi, il déclare avoir agi par conviction et ne pas avoir contourné de protection informatique pour accéder à la base de données.