Changer d'édition

SES poursuit sa restructuration
Économie 3 min. 13.08.2020 Cet article est archivé

SES poursuit sa restructuration

Alors que certains bureaux en Europe vont fermer, le CEO de SES, Steve Collar, annonce que le Luxembourg pourrait accueillir davantage de compétences.

SES poursuit sa restructuration

Alors que certains bureaux en Europe vont fermer, le CEO de SES, Steve Collar, annonce que le Luxembourg pourrait accueillir davantage de compétences.
Photo: Lex Kleren
Économie 3 min. 13.08.2020 Cet article est archivé

SES poursuit sa restructuration

Le premier fournisseur de services de télécommunications par satellites au monde continue sa mue. L'entreprise qui dispose de plus de 70 satellites reformate ses équipes, dont celle basée au Luxembourg, et réfléchit toujours à scinder ses activités.

(DH avec Marco Meng) - Après avoir annoncé un plan social dans un premier temps, la Société européenne des satellites (SES), qui emploie 600 personnes au Luxembourg, a choisi de signer un plan de maintien dans l'emploi à la toute fin du mois de juillet. Un PME qui n'exclut pas d'autres ajustements au sein de l'entreprise comme l'ont expliqué au Luxemburger Wort Steve Collar, le CEO du leader mondial des opérateurs de satellites, et Sandeep Jalan, le directeur financier. 

«Nous traversons actuellement une période de transformation de la société dans son ensemble et nous devons répondre à diverses questions, à savoir: comment structurer notre activité vidéo et réseau? Comment parvenir à soutenir l'innovation de la meilleure manière? Comment nous assurer d'être réellement concentrés sur ce que nous faisons très bien et que nous ne perdons pas de temps sur des choses sans réelle valeur ajoutée?», indique Steve Collar.

Dans l'esprit du CEO, la restructuration de chaque site doit se poursuivre, au Grand-Duché comme à l'étranger où près de 1.500 personnes sont employées. «Le plan de maintien dans l'emploi doit nous permettre d'effectuer les changements nécessaires, mais d'une manière qui donne plus de flexibilité aux employés, par exemple en mettant en place une division du travail ou en donnant à d'autres salariés la possibilité de prendre une retraite anticipée.»


SES reboosté jusqu'en 2042... au moins
Le gouvernement vient de renouveler pour 20 ans la licence permettant à l'opérateur de satellites d'exploiter des solutions utilisant des fréquences luxembourgeoises. Surtout, l'Etat autorise le lancement d'un fonds spécifique à la firme dédié à l'innovation.

Alors que les bureaux de Londres, Zurich, Varsovie et Bruxelles sont appelés à fermer, ailleurs, les effectifs seront compressés. Par contre, selon Steve Collar, le site principal, au Luxembourg, pourrait accueillir davantage de compétences. «Pour se concentrer sur les éléments qui feront notre succès à l'avenir.»

De son côté, Sandeep Jalan, le directeur financier recruté en début d'année, admet que les résultats semestriels affichent un bénéfice nettement inférieur, de l'ordre «d'un peu moins de 50% de ce qu'il était au premier semestre de l'année dernière». Environ 86 millions d'euros que le directeur financier explique par des éléments ponctuels, comme les coûts de restructuration (40 millions d'euros) et les investissements dans le projet de la bande C (la 5 G) aux Etats-Unis. «Des investissements qui nous promettent des revenus d'environ quatre milliards de dollars.»

De quoi garder un optimisme mesuré «compte tenu de l'environnement actuel», «car les métiers de l'aviation, des croisières et des sports et de l'événementiel représentent environ 12% de notre chiffre d'affaires consolidé».

Par ailleurs, l'idée, annoncée au printemps, qui consiste à diviser l'entreprise en deux sociétés, l'une dédiée à l'activité réseaux, l'autre à la vidéo, fait son chemin. Elle séduit toujours le premier fournisseur de services de télécommunications par satellites au monde, d’une part «pour donner aux investisseurs un meilleur aperçu de l'entreprise», d'autre part «pour vraiment mettre l'accent opérationnel sur chaque entreprise individuelle», et enfin «pour nous donner un ensemble supplémentaire d'options stratégiques».

L'analyse du projet se poursuit et les conclusions seront communiquées d'ici la fin de l'année selon Sandeep Jalan.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G
La Société européenne des satellites a choisi le lanceur d'Elon Musk pour mettre en orbite les futurs satellites prévus pour remplacer la capacité du spectre américain des télécommunications,
This NASA photo shows a United Launch Alliance Atlas V rocket with NASA�s Mars 2020 Perseverance rover onboard as it launches from Space Launch Complex 41 at Cape Canaveral Air Force Station, on July 30, 2020, from NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Perseverance rover is part of NASA�s Mars Exploration Program, a long-term effort of robotic exploration of the Red Planet. (Photo by Joel KOWSKY / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/JOEL KOWSKY/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Le plan de maintien dans l'emploi validé chez SES
Les délégations du personnel des différentes entités de la Société européenne des satellites (SES) ont trouvé un accord avec la direction de l'entreprise pour offrir au personnel visé par la restructuration un projet d'accompagnement. La durée de validité de ce programme est de 2 ans.
SES Antenna, Satellit, Parabole, Sender, Empfang
Objectif 17 août pour le satellite ESAIL
Déjà reporté à cinq reprises depuis août 2019, le tir de la fusée européenne Vega depuis le Centre spatial de Kourou est cette fois ajourné au-delà de la mi-août. A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.
Vendredi, Luxspace vise les étoiles
ESAIL, le troisième satellite produit par la société de Betzdorf devrait décoller de Kourou, ce 19 juin à 3h50 du matin. Sa mission : la détection des navires en mer depuis l'espace pour le compte de l'Agence spatiale européenne.
L'OGBL appelle Bettel à revoir sa position sur SES
Dans son accord de coalition signé en décembre 2018, le gouvernement mettait en évidence l'importance des formations et les reconversions de compétences. Mais dans ce dossier, le syndicat estime que le Premier ministre «oublie ses engagements en faveur du maintien de l'emploi».
SES CEO Steve Collar, Foto Lex Kleren
SES annonce un plan social
Selon l'opérateur de satellites luxembourgeois, entre 10 et 15% de la main-d'œuvre est concernée. La fermeture de certains de ses bureaux européens est envisagée.
SES
L'espace ouvre de nouveaux territoires
La création de la Société européenne des satellites et l'initiative sur l'exploration des ressources de l'espace ouvrent de nouvelles perspectives: ingénieurs hautement qualifiés et experts en communication seront des profils recherchés.
Space X's Falcon 9 rocket lifts off from space launch complex 39A at Kennedy Space Center, Florida on March 30, 2017, with an SES communications satellite.  
SpaceX blasted off a recycled rocket for the first time on, using a booster that had previously flown cargo to the astronauts living at the International Space Station. / AFP PHOTO / BRUCE WEAVER