Changer d'édition

SES contraint de revoir sa trajectoire 2020
Économie 2 min. 07.08.2020

SES contraint de revoir sa trajectoire 2020

C'est la branche vidéo du groupe qui a le plus souffert au premier semestre 2020.

SES contraint de revoir sa trajectoire 2020

C'est la branche vidéo du groupe qui a le plus souffert au premier semestre 2020.
Économie 2 min. 07.08.2020

SES contraint de revoir sa trajectoire 2020

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En comparaison aux chiffres de l'an dernier, le bénéfice net de l'opérateur de satellites luxembourgeois a diminué de moitié sur le premier semestre. Une réalité qui contraint la société de Betzdorg a réviser, à la baisse, ses ambitions de chiffre d'affaires. Plutôt dans les 1,8 milliard d'euros.

Oui, le covid-19 impacte aussi les opérateurs de satellites. La preuve avec SES qui a vu son bénéfice net semestriel diminué de 49% en comparaison aux chiffres 2019. Une diminution due principalement à la baisse du chiffre d'affaires hors taxes ajusté (-2,3%) et à des charges fiscales supplémentaires par rapport au premier semestre de l'année dernière. Rien de bien positif donc à l'heure où la société de Betzdorf vient de finaliser un Plan de maintien dans l'emploi inédit dans son histoire.

D'autre part, les revenus de l'opérateur ont baissé de 1,5%, uniquement en raison d'une baisse de l'activité vidéo, secteur le plus important du groupe, mais aussi le plus compétitif depuis des années.


This NASA photo shows a United Launch Alliance Atlas V rocket with NASA�s Mars 2020 Perseverance rover onboard as it launches from Space Launch Complex 41 at Cape Canaveral Air Force Station, on July 30, 2020, from NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Perseverance rover is part of NASA�s Mars Exploration Program, a long-term effort of robotic exploration of the Red Planet. (Photo by Joel KOWSKY / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/JOEL KOWSKY/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G
La Société européenne des satellites a choisi le lanceur d'Elon Musk pour mettre en orbite les futurs satellites prévus pour remplacer la capacité du spectre américain des télécommunications,

«L'activité s'est bien comportée au premier semestre avec des ventes solides dans des conditions de marché difficiles, les avantages de nos mesures proactives de réduction des coûts pour compenser l'impact potentiel du covid-19 se reflétant également dans nos résultats», indique Steve Collar, directeur général du groupe.

Dans le détail, l'activité vidéo (représentant près de 60% des ventes), a chuté de 8,1% au cours des six premiers mois. Les activités de la branche réseau, en revanche, ont continué de croître au cours de la période (+6,4%), avec une augmentation à la fois du réseau fixe et de la mobilité, un secteur peu affecté par la baisse du trafic aérien et qui est l'un des principaux clients dans ce domaine. Ce n'est que dans le cas des services gouvernementaux qui ont enregistré une légère baisse (-2,2%).

Steve Collar estime que, pour SES, les coûts liés à la pandémie se montent de 40 à 60 millions d'euros.
Steve Collar estime que, pour SES, les coûts liés à la pandémie se montent de 40 à 60 millions d'euros.
Photo : Lex Kleren

Au niveau de ses prévisions, le groupe a donc revu -légèrement- ses objectifs à la baisse. Désormais , Steve Collar envisage plutôt un chiffre d'affaires compris entre 1,86 et 1,9 milliard d'euros (contre 1,92 à deux milliards d'euros à l'origine).

Le chiffre d'affaires hors taxes est lui aussi réajusté. Les estimations pour la fin de l'exercice 2020 se montant entre 1,12 et 1,16 milliard d'euros quand la fourchette la plus optimiste s'élevait à 1,21 milliard d'euros.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La recherche spatiale s'ancre au Luxembourg
Annoncée en novembre 2019, la création d'un «centre d'innovation européen pour les ressources spatiales» se concrétisera d'ici la fin de l'année via la mise en place d'un nouveau département au sein du LIST. La nouvelle structure ambitionne de devenir «un pôle d'excellence en Europe».
Ce satellite qui ne tournait pas rond
Le matin en commission parlementaire, et le soir face à la presse, le ministre de la Défense François Bausch a évoqué tous les éléments qui avaient détourné de son orbite financière le satellite LUXEOSys. Un dossier dont le lancement était plus qu'incertrain.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Objectif 17 août pour le satellite ESAIL
Déjà reporté à cinq reprises depuis août 2019, le tir de la fusée européenne Vega depuis le Centre spatial de Kourou est cette fois ajourné au-delà de la mi-août. A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.
SES renforce ses bénéfices
En réduisant l'impact de sa dette, l'opérateur satellite luxembourgeois a vu ses gains augmenter en 2019 grâce notamment au développement de SES Networks et du futur développement d'un nouveau satellite.
26.07.13, SES, Astra, Betzdorf, Photo: Lynn Theisen