Changer d'édition

Scandale des moteurs truqués: Volkswagen poursuit sa descente aux enfers
Économie 3 min. 26.09.2015 Cet article est archivé

Scandale des moteurs truqués: Volkswagen poursuit sa descente aux enfers

Scandale des moteurs truqués: Volkswagen poursuit sa descente aux enfers

Shutterstock
Économie 3 min. 26.09.2015 Cet article est archivé

Scandale des moteurs truqués: Volkswagen poursuit sa descente aux enfers

Empêtré dans le scandale des moteurs truqués, le groupe Volkswagen, avec à sa tête un nouveau patron, poursuivait samedi sa descente aux enfers avec des mesures d'interdiction de vente de modèles diesel dans plusieurs pays.

(AFP) - Empêtré dans le scandale des moteurs truqués, le groupe Volkswagen, avec à sa tête un nouveau patron, poursuivait samedi sa descente aux enfers avec des mesures d'interdiction de vente de modèles diesel dans plusieurs pays.

Désigné vendredi pour succéder à Martin Winterkorn, Matthias Müller, 62 ans, était à la tête du constructeur de luxe Porsche depuis 2010.

Il a promis de faire toute la lumière sur l'affaire qui a fait perdre plusieurs dizaines de milliards d'euros en Bourse au groupe, menace la réputation de l'industrie allemande et pourrait avoir des conséquences sur l'économie du pays toute entière, très tournée vers l'exportation.

Aux Etats-Unis, où l'affaire a éclaté il y a une semaine, Volkswagen s'est ainsi vu refuser dans l'immédiat le feu vert des autorités pour vendre ses modèles diesel 2016. Et les autorités américaines vont renforcer les contrôles de toutes les voitures diesel, toutes marques confondues.

La Suisse a annoncé en parallèle qu'elle suspendait la vente de nouveaux modèles diesel potentiellement équipés de moteurs truqués, tandis que la France va procéder à partir de la semaine prochaine à des tests aléatoires sur les véhicules diesel.

L'UE a appelé dans tous les pays européens à des contrôles. Au-delà, l'Inde et le Mexique ont annoncé vendredi vouloir enquêter sur les véhicules Volkswagen vendus sur leur territoire.

Des changements sont par ailleurs en cours au sein de l'actionnariat de Volkswagen.

La holding Porsche SE, actionnaire majoritaire de Volkswagen, a annoncé samedi l'acquisition de 1,5% du capital de VW à Suzuki. Holding distincte de la marque Porsche - l'une des douze marques que possède Volkswagen - Porsche SE a parlé d'"une profession de foi" envers VW.

L'action VW a chuté de 34% cette semaine

La sortie du constructeur japonais du capital était certes attendue depuis un moment, les relations entre les deux groupes n'étant pas au beau fixe. Mais son annonce, en pleine tourmente, sonne comme un nouveau signe de défiance des détenteurs de titres Volkswagen, dont l'action a perdu 34% cette semaine, faisant s'évaporer plus de 20 milliards d'euros de capitalisation boursière.

Une assemblée extraordinaire des actionnaires de Volkswagen, qui s'annonce d'ores et déjà difficile, est prévue le 9 novembre à Berlin.

"Le plus important groupe automobile d'Europe est face à un nouveau départ" alors que "le scandale devient de plus en plus gros", écrit samedi le grand quotidien allemand FAZ.

Vendredi, le chef du conseil de surveillance, Berthold Huber, a reconnu que l'affaire constituait "un désastre moral et politique" pour l'entreprise.

Bernd Osterloh, président du comité d'entreprise et membre du conseil de surveillance, a imputé la responsabilité de la tricherie à "un petit groupe de personnes" qui ont causé "un énorme préjudice" à Volkswagen. Le groupe allemand venait tout juste de détrôner le japonais Toyota de la place de numéro un mondial des ventes.

Daimler pas concerné

Dans un entretien à l'édition dominicale de la FAZ à paraître dimanche, le patron de Daimler, Dieter Zetsche, affirmé que son groupe n'était pas concerné par les tests antipollution manipulés et exprimé sa "compassion" envers Martin Winterkorn, démissionnaire mercredi.

M. Winterkorn, qui reste à la tête de la Holding Porsche, est parti en affirmant n'avoir rien su du logiciel implanté sur les moteurs diesel de quelque 11 millions de voitures dans le monde, et destiné à fausser les résultats des tests antipollution.

Sur ce nombre, 2,8 millions sont en circulation en Allemagne, selon le ministre allemand des Transports. Selon le groupe, 5 millions de véhicules de la marque Volkswagen (Golf de 6e génération, Passat de 7e génération, Tiguan) sont concernés dans le monde.


Sur le même sujet

Scandale chez Volkswagen: «On a totalement merdé»
Le PDG de Volkswagen America, Michael Horn, ne s'est pas embarrassé de périphrases en s'excusant pour le scandale des contrôles antipollution falsifiés, admettant dans un langage inhabituel que le géant allemand de l'automobile avait "complètement merdé".
The logo of German carmaker Volkswagen is seen at a VW dealership in Hamburg, in this October 28, 2013 file photo. The scandal engulfing Volkswagen, which has admitted cheating diesel vehicle emissions tests in the United States, spread on Tuesday as South Korea said it would conduct its own investigation and a French minister called for an EU-wide probe. REUTERS/Fabian Bimmer/Files
Enquête pénale : Le scandale des Volkswagen truquées
Le scandale des diesels trafiqués de Volkswagen s'étendait mardi avec la possible ouverture d'une enquête pénale aux Etats-Unis, la convocation des représentants du constructeur par la Corée et la demande d'une enquête européenne par la France.
Attendees take part in the 2016 Volkswagen Passat reveal in the Brooklyn borough of New York September 21, 2015.  Volkswagen AG's U.S. head on Monday said he was confident the German automaker would restore customer confidence after it "totally screwed up" by rigging emissions tests of diesel-powered vehicles in the United States. Michael Horn vowed to make amends at a lavish event in New York to promote the 2016 Passat where the carmaker doled out German beer, pretzels and "cheddary ale fondue" to dealers and the media, before a performance of rockstar Lenny Kravitz.    REUTERS/Darren Ornitz