Changer d'édition

Rome rejette le nouveau projet d'Arcelor pour l'ex-Ilva
Économie 2 min. 06.12.2019 Cet article est archivé

Rome rejette le nouveau projet d'Arcelor pour l'ex-Ilva

Les haut fourneaux de Tarente continuent de fonctionner, en attendant la reprise incertaine du site par ArcelorMittal, toujours en pourparlers avec le pouvoir italien.

Rome rejette le nouveau projet d'Arcelor pour l'ex-Ilva

Les haut fourneaux de Tarente continuent de fonctionner, en attendant la reprise incertaine du site par ArcelorMittal, toujours en pourparlers avec le pouvoir italien.
Photo : AFP
Économie 2 min. 06.12.2019 Cet article est archivé

Rome rejette le nouveau projet d'Arcelor pour l'ex-Ilva

Le gouvernement italien a dit non à une nouvelle offre de restructuration du géant de l'acier basé à Luxembourg, jeudi, exigeant la conservation des emplois du site. Les négociations ne sont pas pour autant interrompues.

(AFP) - Nouveau rebondissement dans le feuilleton italien d'ArcelorMittal. Alors que le groupe sidérurgique avait renoncé en novembre à racheter l'aciérie de Tarente, la plus grande d'Europe, voilà qu'il aurait changé à nouveau d'avis. Et soumis un plan aux autorités italiennes. Une volte-face rejetée par le gouvernement italien, jugeant le nouveau plan de restructuration pour l'ex-Ilva de Tarente insuffisant et trop coûteux en emplois. 


ArcelorMittal ne souhaite pas être propriétaire de ce site portant atteinte à la santé des riverains.
ArcelorMittal renonce à mettre la main sur Ilva
Les administrateurs du site italien viennent de recevoir un préavis de retrait et de résiliation du contrat de rachat du groupe par le géant de l'acier basé au Luxembourg.

En effet, la nouvelle mouture du projet de reprise prévoit la suppression de près de 5.000 emplois. Un chiffre rejeté catégoriquement par Giuseppe Conte, chef du gouvernement italien, jeudi. La nouvelle proposition «ne va absolument pas parce qu'elle est similaire à celle initialement (mise sur la table), nous la rejetons», a déclaré le Premier ministre en marge d'une conférence à Rome. 

Parallèlement à la baisse du nombre d'emplois, dont 2.891 emplois supprimés dès 2020, une hausse des volumes de production a également été proposée par ArcelorMittal. L'objectif affiché : passer de 4,5 millions de tonnes à 6 millions produites en 2021. 


Au sud de l'Italie, l'usine Ilva de Tarente est «réputée» pour être source de pollution.
L'Italie entame un bras de fer avec ArcelorMittal
Au lendemain de la décision du géant de l'acier d'annuler son rachat du groupe Ilva, le chef du gouvernement italien a assuré que l'Italie serait «inflexible» sur les engagements pris par le groupe sidérurgique sur l'avenir de l'aciérie.

Un projet jugé «irrecevable» par les syndicats, qui ont convoqué une grève pour le 10 décembre. Ce qu'a proposé Mittal «n'est pas un plan industriel, c'est un projet de fermeture progressive de Tarente et d'Ilva (qui comprend aussi un site à Gênes)», a dénoncé Maurizio Landini, secrétaire général de la puissante centrale syndicale CGIL (gauche). «Les conditions ne sont pas réunies pour négocier», a estimé pour sa part Anna Maria Furlan, secrétaire général du syndicat Cisl (centre-gauche). 

Des avis partagés au gouvernement par Stefano Patuanelli, ministre du Développement économique, qui s'est lui aussi dit «très déçu». Estimant que le géant de l'acier basé au Luxembourg «n'a pas du tout fait les améliorations attendues». Pour autant, le chef du gouvernement s'est dit confiant en évoquant les négociations en cours avec le groupe aciériste, assurant : «nous allons y arriver».


ArcelorMittal posera son Digital Lab à Uckange
Le groupe sidérurgique a annoncé l'ouverture de ce nouveau service en Moselle à l'horizon 2021. Le projet consistera à regrouper sous un même toit des start-up et des spécialistes de la digitalisation pour proposer à l'industriel et ses personnels des solutions et des formations.

Le bras de fer entre l'Italie et ArcelorMittal continue, vu que l'exécutif italien présentera un plan industriel alternatif la semaine prochaine. Son but : «transformer Ilva en un site industriel sidérurgique exemplaire, utilisant des technologies durables, notamment des fours électriques, afin de produire 8 millions de tonnes et sauvegarder l'emploi». 

Pour rappel, le groupe aciériste avait justifié son désengagement de novembre en invoquant le retrait de la protection légale contre des poursuites liées à l'environnement. Ainsi que des décisions de justice impliquant une mise en sécurité d'un haut fourneau, qui va conduire, selon lui, à sa fermeture puis à celle des deux autres. Pour parvenir à un accord, Rome serait notamment disposé à rétablir l'immunité pénale selon une formule restant à définir. 


Sur le même sujet

ArcelorMittal en cause dans une nouvelle pollution
La cokerie de Florange, en Moselle, est pointée du doigt après un déversement d'acide chlorhydrique dans la rivière Fensch. L'industriel se défend de tout accident, mais un rapport interne confirme l'incident.
En huit mois, la Fensch a connu cinq épisodes de pollution en lien avec les activités sidérurgiques.
Arcelor devra se défendre de toute pollution à Hayange
Deux semaines après la relaxe de l'industriel par le tribunal de Thionville dans l'affaire dite du crassier d'Hayange, le parquet a fait appel de la décision. Le groupe sidérurgique devra donc à nouveau s'expliquer sur un déversement suspect.
ArcelorMittal avait été innocenté à l'occasion du premier procès.
A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»
L'investisseur britannique qui a racheté l'usine locale d'ArcelorMittal a levé une partie du voile sur ses intentions. Il compte faire du site un lieu de production plus propre et moins gourmand en énergie et matières premières.
Einweihung Liberty Steel Düdelingen in der Z.I. Wolser. Sanjeev Gupta (Executive Chairman)  (Foto: Alain Piron)
ArcelorMittal relaxé pour la «pollution à l'acide»
Le tribunal correctionnel de Thionville relaxe ArcelorMittal Florange poursuivi pour atteintes à l’environnement. Un lanceur d'alerte avait dénoncé des déversements polluants sur un crassier du groupe industriel en juillet 2017.