Changer d'édition

Risque pour les réassurances: quand la météo devient l'ennemi

Risque pour les réassurances: quand la météo devient l'ennemi

Pierre Matgé
Économie 4 min. 17.06.2018

Risque pour les réassurances: quand la météo devient l'ennemi

Le sous-sol est sous l'eau, la voiture est endommagée: dans une inondation, la facture peut rapidement grimper. Les compagnies d'assurance luxembourgeoises sont sous pression en raison de l'augmentation des catastrophes naturelles.

Les inondations qui ont frappé le Luxembourg au début du mois constituent la troisième catastrophe de ce type au Luxembourg en à peine deux ans. 

Cette situation force les compagnies d'assurance à s'adapter: les énormes dommages matériels causés par les inondations de 2016 avaient ainsi conduit les assureurs luxembourgeois à adapter leur offre aux ménages privés. 


Les dégâts sont énormes dans le Mullerthal
Le Luxembourg sous les eaux: de gros dégâts dans l'est du pays
Le vendredi 1er juin, aux alentours de 4 heures du matin, un déluge s'est abattu sur le pays, les secours ont accompli une centaine de missions. Le Mullerthal est durement touché.

"Depuis 2017, il existe une assurance contre les inondations", explique Marc Hengen de l'Association des compagnies d'assurance (ACA). Environ 25% des clients ont décidé d'opter pour une telle couverture.

"C'était avant les inondations de cette année."

En principe, les frais liés au travail de nettoyage sont pris en charge en premier, puis la compagnie d'assurance paye pour les dommages matériels.

Dans les années 1990, après des dégâts matériels importants causés des tempêtes successives, les assureurs avaient créé un nouveau produit sur le marché: "Aujourd'hui, l'assurance contre la grêle et les tempêtes est une offre typique", explique Hengen.

Un développement similaire pourrait avoir lieu pour l'assurance contre les inondations: «À mon avis, il ne faut pas supposer que, parce qu'on vit sur une petite colline, on évite les inondations», explique Marc Hengen. "Cela peut arriver à n'importe qui."

Un déficit de couverture mondiale de 166 milliards d'euros 

"Le changement climatique est une préoccupation particulière pour les compagnies de réassurance", souligne M. Hengen.

Les réassureurs, c'est-à-dire les sociétés qui couvrent financièrement les compagnies d'assurance (voir encadré), sont responsables pour les dommages importants. Et l'augmentation du nombre de catastrophes naturelles a mené à une année record en 2017.

Une étude de la compagnie de réassurance Swiss Re montre que les dommages assurés totaux résultant des catastrophes naturelles et techniques se sont chiffrés à 144 milliards de dollars en 2017, soit l'équivalent de 124 milliards d'euros.

Une saison cyclonique active dans l’Atlantique nord et une série de feux de forêt, de tempêtes orageuses et de pluies torrentielles dans différentes régions ont fait grimper la sinistralité globale en matière de catastrophes à un niveau jamais atteint auparavant en l’espace d’une année.

Les dommages économiques ont atteint 337 milliards de dollars (290 milliards d'euros) . En conséquence, le déficit de protection contre les catastrophes, tous périls confondus, est porté à 193 milliards de dollars dans le monde en 2017 (166 milliards d'euros). 

Des marges réduites

En ce qui concerne les inondations, l'étude de Swiss Re explique que "les fortes pluies de 2017 ont une fois de plus démontré à quel point notre monde de plus en plus urbanisé est vulnérable aux inondations massives. L'ampleur de la pluviosité échappe au contrôle humain, mais des investissements supplémentaires dans la protection contre les inondations et une planification urbaine appropriée pourraient au moins réduire ce risque."

Les compagnies de réassurance sont de plus en plus confrontées à des catastrophes naturelles qui réduisent leurs marges bénéficiaires.

"Les contrats entre les compagnies d'assurance et les réassureurs sont renégociés chaque année", explique Hengen. Et voici comment cela fonctionne: les compagnies d'assurance fixent un montant par sinistre pour lequel elles paient. L'excédent est attribuable au réassureur.

"Pour chaque compagnie d'assurance, ce montant est différent." Hengen déclare que "cela est lié au niveau de prix des primes d'assurance et au niveau de risque de chaque zone du monde."

Le montant de la prime d'assurance, qui est fixé par une compagnie d'assurance et que le client privé paie en fin de compte, comprend déjà le coût de la réassurance.

Mara Bilo (trad. ChB)


Sur le même sujet

Inondations: Un fonds d'indemnisation va voir le jour
Comme en France ou en Belgique, le risque d'inondation devrait prochainement être couvert par un fonds d'indemnisation spécifique. Après les inondations de la fin juillet, l'Etat et les assureurs ont créé un groupe de travail.
Uberschwemmung, Tom Dimaggio
Après les inondations: Quelle assurance paie quoi?
Le week-end dernier, de nombreuses municipalités ont été surprises par des tempêtes dévastatrices et des pluies torrentielles. Une grande partie des biens ont été détruits par les inondations: mais qui va payer quoi?
Les assureurs vont payer un total de cinq à dix millions d'euros pour les dommages.