Changer d'édition

Retour à l'envoyeur pour le chômage partiel
Économie 3 min. 10.09.2020

Retour à l'envoyeur pour le chômage partiel

Selon le dernier décompte officiel, ce sont pas moins de 14.700 entreprises qui ont bénéficié du chômage partiel, pour un total de 860 millions d'euros d'avances versées.

Retour à l'envoyeur pour le chômage partiel

Selon le dernier décompte officiel, ce sont pas moins de 14.700 entreprises qui ont bénéficié du chômage partiel, pour un total de 860 millions d'euros d'avances versées.
Photo:Guy Jallay
Économie 3 min. 10.09.2020

Retour à l'envoyeur pour le chômage partiel

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministère du Travail vient d'envoyer aux entreprises ayant bénéficié du soutien financier un rappel : elles doivent vite rembourser le trop-plein éventuellement perçu. Il est question de 320 millions à rembourser l'Etat.

Quand la crise sanitaire s'est déclarée et que le lockdown est venu paralyser l'économie nationale, le gouvernement n'a pas hésité : chômage partiel généralisé. Dans l'urgence, l'Etat tendait aux entreprises l'indispensable parachute pour éviter le crash en prenant à sa charge 80% des frais salariaux des employés brusquement contraints de cesser leur activité. Le dispositif a fait ses preuves, mais désormais arrive l'heure des ajustements. 

Pas question en effet pour les finances publiques de laisser dans la nature des sommes indûment versées. Et sur les quelque 860 millions d'avances sur salaires déjà versés, le ministère du Travail estime que 40% pourraient ainsi retourner dans les caisses de l'Etat. Soit, tout de même, plus de 320 millions d'euros que certaines des 14.700 entreprises bénéficiaires de la mesure vont devoir rembourser. Et cela certains patrons et leurs comptables l'avaient oublié, ou espéraient sans doute un sursis.


A worker welds medal truck parts at a factory in Weifang in China's eastern Shandong province on August 14, 2020. (Photo by STR / AFP) / China OUT
14.722 entreprises en chômage partiel
Le ministère de l'Economie a déjà versé plus de 860 millions d'euros pour assurer le versement des salaires des employés concernés. Si le dispositif reste maintenu jusqu'au 31 décembre, sa poursuite au-delà reste à déterminer.

Interrogé par Le Quotidien, le premier à s'étonner de cet empressement de l'Etat à récupérer des liquidités n'est autre que le président de la Fédération des artisans. Ainsi, Romain Schmit avoue sa perplexité alors que plusieurs administrations adoptent cette même démarche de demande de remboursement en même temps. Aussi, plaide-t-il d'ores et déjà pour que les différents ministères et leurs services de tutelle se coordonnent et proposent aux sociétés des plans de remboursement échelonnés et «ne s'y mettent pas tous en même temps». Sous peine de voir les parachutes se transformer en charges précipitant la chute de nombre de sociétés.

Un avis que partage Tom Wirion, directeur général de la Chambre des métiers: «Nous avions rendu attentives les entreprises à ce décalage mais je ne suis pas vraiment certain que toutes aient pu retrouver une santé financière suffisante pour rembourser». D'autant qu'il va aussi falloir penser à reprendre certains paiements comme ceux des cotisations sociales («reportées mais pas annulées») ou des crédits bancaires qui ont pu bénéficier d'un moratoire de quelques mois. Un automne délicat donc en perspective.

En place jusqu'au 31 décembre prochain, le dispositif du chômage partiel devrait coûter de l'ordre de 1,2 milliard d'euros à l'Adem qui en assure la gestion. Une somme jamais atteinte. Déjà, cet été, le gouvernement avait incité les entreprises à s'orienter vers d'autres formes d'aides que le chômage partiel. 

Sachant aussi que dans le paquet de mesures mises à disposition par le ministère de l'Economie, pas moins de 38 millions d'euros pour d'autres aides remboursables ont été alloués à des micro-entreprises ou enseignes de moins de 10 salariés. Elles aussi vont devoir bientôt passer à la caisse. Et peut-être à la casse si, ces derniers mois, leur activité n'a pu suffisamment reprendre.

A noter que selon les conditions détaillées par l'Adem, «le redressement du décompte» prévoit que «l’employeur recevra un décompte détaillé pour chaque mois concerné», aussi bien pour un éventuel solde de restant dû que pour le montant d'un trop perçu. Aucun détail quant au délai de remboursement n'est précisé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le chômage partiel revisité
Le Comité de conjoncture a trouvé un accord dans le cadre du traitement des décomptes concernant les arrêts de travail liés à la crise sanitaire. Ce procédé sera d'application pour la période allant de juillet à décembre 2020.
-
Quand le FIS passera à la caisse
Alors que la crise covid malmène les finances publiques, la CGFP et la Fondation Robert-Krieps plaident pour une taxation plus forte des fonds d'investissement spécialisés. Des entités de placement qui gèrent plus de 596 milliards d'actifs mais ne génèrent que (très) peu de recettes pour l'Etat.
L'intérim fait les frais de la crise
D'une année à l'autre, le nombre de personnes en mission intérimaire au Luxembourg a diminué de près de deux tiers. Il est vrai que ce type de contrat est principalement utilisé par des branches dont l'activité a chuté ces mois derniers.
online.fr, Post, neues Gebaüde in rue du commerce, Gespräch mit Tom  Weier und Holger Beinig, Bauarbeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le devenir du chômage partiel inquiète les syndicats
Avec la fin de l'état de crise, c'est aussi le régime transitoire du chômage partiel qui expire. Une situation qui préoccupe l'OGBL, le LCGB et la CGFP. Ces derniers vont adopter une position commune ce lundi avant de retrouver la table des négociations avec le gouvernement.
IPO , Adem , Arbeitslosenzahlen , Arbeitsamt , Konjunktur , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort