Résultats 2017: Bénéfice en très légère hausse pour BNP Paribas
Jean-Laurent Bonnafé: "Le plan de transformation 2020 a démarré dans de bonnes conditions."

Résultats 2017: Bénéfice en très légère hausse pour BNP Paribas

Photo: AFP
Jean-Laurent Bonnafé: "Le plan de transformation 2020 a démarré dans de bonnes conditions."
Économie 2 min.06.02.2018

Résultats 2017: Bénéfice en très légère hausse pour BNP Paribas

Nadia Di Pillo
Nadia Di Pillo

BNP Paribas a dévoilé mardi un bénéfice net en très légère hausse pour 2017, soutenu par tous ses métiers mais "freiné par divers vents contraires". Le Luxembourg reste un moteur de croissance.

(ndp) - Le groupe bancaire BNP Paribas a dévoilé mardi un bénéfice net en très légère hausse pour 2017, soutenu par tous ses métiers mais "freiné par divers vents contraires" liés à l'environnement de taux et de marché.

L'an dernier, le résultat net part du groupe a atteint près de 7,8 milliards d'euros, en hausse de 0,7% sur un an. Hors effet des éléments exceptionnels, il s'établit à 8.149 millions d'euros (+4,4%). Le produit net bancaire s'est effrité de 0,6%. Certes, l'année 2016 avait été marquée par une plus-value de près de 600 millions d'euros liée à la vente de titres dans Visa Europe.

"Avec un résultat net de 7,8 milliards d'euros, BNP Paribas réalise une bonne performance en 2017 grâce à son modèle intégré et diversifié au service de la clientèle," a  expliqué Jean-Laurent Bonnafé, CEO. "L'activité commerciale des pôles connaît un développement soutenu par une croissance plus forte en Europe, les coûts sont maîtrisés et le coût du risque baisse sensiblement."

"Dans un environnement de taux et de marché peu favorable, l'activité commerciale du groupe s'est développée vigoureusement, soutenue par une croissance européenne progressivement plus forte", a ajouté le dirigeant.

Le coût du risque augmente au 4e trimestre

Au quatrième trimestre 2017, BNP Paribas a vu son coût du risque augmenter de 3,7% à 985 millions d'euros contre 950 millions d'euros un an plus tôt et 668 millions au troisième trimestre de 2017. Le groupe explique avoir dû passer des provisions sur "deux dossiers spécifiques"sans donner plus de détails.

Sur le trimestre, son bénéfice net ressort en repli de 1,1% à 1,43 milliard d'euros. Lesanalystesattendaient en moyenne un résultat net de 1,59 milliard d'euros, d'après Reuters.

En terme d'exploitation, le résultat brut ressort en chute de près de 15% à 1,93 milliard d'euros pour un produit net bancaire en diminution à 10,53 milliards d'euros. Le groupe explique ce recul par un impact exceptionnel de la réévaluation de dette propre et du risque de crédit propre inclus dans les dérivés". Quant au résultat brut d'exploitation, il souligne que s'il est en recul, il progresse de près de 2% dans les pôles opérationnels.

Le Luxembourg, un moteur de croissance

Le Luxembourg reste un moteur de croissance.  L'activité retail luxembourgeoise engrange avec BGL BNP Paribas toujours plus de crédits: les encours passent de 8,4 milliards d'euros en 2016 à 9 milliards en 2017. Quant aux dépôts, ils progressent de 16,4 milliards d'euros en 2016 à 18,9 milliards. Thierry Laborde, responsable des marchés domestiques,  a aussi souligné la "bonne poursuite des activités au Luxembourg" ainsi que le bon développement du métier "wealth management".

Autre bonne nouvelle pour le Grand-Duché: le dividende annoncé, soit 3,02 euros par action, en augmentation de 11,9% par rapport à 2016. Il devrait rapporter plus de 38 millions d'euros à l'Etat.


Sur le même sujet

Pour les Qataris et l'État: Le bénéfice de la BIL part en dividende
La banque de la route d'Esch a décidé de verser à ses actionnaires 100 des 110 millions d'euros des bénéfices actés à la fin du troisième trimestre. 90 vont à la famille royale du Qatar, 10 à l'État luxembourgeois. Un dividende supplémentaire en fin d'exercice ne saurait être exclu.
Les locaux de BIL sur la route d'Esch.