Changer d'édition

Renault signe le come-back de la R5
Économie 1 3 min. 14.01.2021

Renault signe le come-back de la R5

En 2020, Renault a vu ses ventes plonger de 200.000 unités.

Renault signe le come-back de la R5

En 2020, Renault a vu ses ventes plonger de 200.000 unités.
Photo : AFP
Économie 1 3 min. 14.01.2021

Renault signe le come-back de la R5

En annonçant le retour du modèle phare des années 1980 et de la Lada Niva, la marque au losange s'inscrit dans une lignée de tentatives «néo-rétro», entre le succès de la Fiat 500 et le flop de l'e-Mehari.

(AFP) - Reine des années 70, peu chère, fiable, rendue sympathique par des publicités en bande dessinée, la Renault 5 a dominé le marché français à la fin des années 1970. Surnommée «Supercar» et produite à près de 6 millions d'exemplaires de 1972 à 1984, elle avait été remplacée par la Supercinq jusqu'en 1996. Mais voilà qu'une nouvelle R5 est annoncée par le constructeur français.  «Une voiture 100% électrique abordable». Un modèle qui ne sera toutefois pas visible pour l'Autofestival luxembourgeois, prévu du 25 janvier au 8 février.

Il ne s'agit pas là de la première tentative néo-rétro de Renault, qui base désormais toute sa stratégie sportive sur la marque Alpine, reine des rallyes au début des années 1970. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Outre d'innombrables concept cars, de nombreux constructeurs ont fait revivre leurs icônes en série. Lancée en 1998, la nouvelle Coccinelle (New Beetle) de Volkswagen a connu un succès mitigé. Le constructeur allemand doit bientôt sortir une nouvelle version de son Combi, chouchou des hippies. BMW a modernisé la Mini avec un succès inédit, et Fiat a dopé ses ventes grâce à sa nouvelle 500. Les deux constructeurs ont profité du succès de ces citadines pour lancer des gammes entières, allant de la bombinette sportive au SUV.

«Les constructeurs s'appuient sur des modèles emblématiques, qui ont connu un très grand succès commercial», explique Flavien Neuvy, de l'observatoire Cetelem de l'automobile. «Ça parle tout de suite aux oreilles de millions d'automobilistes, c'est de la publicité gratuite». «C'est aussi une façon pour les marques de rappeler aux clients, de plus en plus infidèles, qu'ils ont une histoire commune. Tout le monde connait quelqu'un qui a eu une R5. Et les jeunes générations sont très ouvertes au côté vintage», poursuit l'expert.

Le pari du néo-rétro est tentant mais les constructeurs hésitent à s'y frotter. Citroën s'y est piquée avec la e-Mehari, version électrique de sa voiture de loisirs ultralégère sortie en 1968. Relancée en 2015, un peu chère et manquant de polyvalence, elle ne s'est vendue qu'à un gros millier d'exemplaires et sa production a été arrêtée au bout de quatre ans. «Le néo-rétro est très habile sur le plan marketing mais ce n'est pas non plus la garantie du succès», souligne Flavien Neuvy à l'Observatoire Cetelem.


(FILES) (COMBO) This combination of file pictures created shows the logo of Italian auto maker Fiat (L) in a cars dealer on January 12, 2017 in Saluzzo, near Turin, and the Peugeot logo pictured at the 2014 Paris Auto Show on October 3, 2014 in Paris. - The European Union on December 21 gave conditional approval to the mega-merger of car giants Fiat Chrysler (FCA) and Peugeot Citroen (PSA), after the firms agreed commitments to overcome competition fears. (Photos by MARCO BERTORELLO and Jo�l SAGET / AFP)
L'union Peugeot-Fiat reçoit l'aval de Bruxelles
Plus rien ne s'oppose à la fusion entre les constructeurs français PSA (Peugeot, Citroën) et italo-américain Fiat Chrysler (FCA) pour former le quatrième groupe automobile mondial

«Le premier critère d'achat d'une voiture neuve, c'est le prix, avant la fiabilité et le design. Il faut que la voiture soit réussie mais aussi qu'elle reste accessible pour le cœur de cible, des classes moyennes qui ne mettront pas 35.000 euros dans une voiture». Citroën a eu plus de succès avec sa compacte C3, petite-fille de la 2CV, et sa marque DS.

Les clins d'œil au passé, moins risqués, ne manquent pas dans les modèles récents: la luxueuse Citroën C6 reprend la ligne de la CX de 1974, le badge de la Peugeot 508 revient à l'avant comme sur la 504, tout comme la Renault Laguna 3 s'inspire de la R16. Quand un constructeur hésite trop longtemps, il peut être devancé par ses fans. En Italie, Totem Automobili a développé une version électrique et très exclusive de l'Alfa Romeo Giulia des années 1960. Et le géant de la chimie Ineos va lancer en France la construction de son gros 4x4 Grenadier, un clone rustique du Land Rover Defender, dont l'original est devenu un SUV de luxe. 


Sur le même sujet

Le Luxembourg encourage l'arrivée d'Uber&Co
Attendue avant la fin 2020, la nouvelle réforme du secteur des taxis a été validée ce vendredi en Conseil de gouvernement. Avec comme principale nouveauté l'introduction d'un cadre pour les voitures de location avec chauffeur. Objectif: faire baisser le prix des courses.
Ça roule super pour CarPay-Diem
La start-up luxembourgeoise a franchi la barre du million de transactions réalisées en station-service via l'appli de paiement qu'elle a développée.
16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony