Changer d'édition

Regain d'optimisme parmi les cadres de la Place
Économie 3 min. 15.11.2021
Finances

Regain d'optimisme parmi les cadres de la Place

La moitié des 400 cadres supérieurs de la Place interrogés par Luxembourg for Finance (LFF) s'attend à une augmentation des investissements mondiaux de leur entreprise courant 2022.
Finances

Regain d'optimisme parmi les cadres de la Place

La moitié des 400 cadres supérieurs de la Place interrogés par Luxembourg for Finance (LFF) s'attend à une augmentation des investissements mondiaux de leur entreprise courant 2022.
Photo: Anouk Antony/archive
Économie 3 min. 15.11.2021
Finances

Regain d'optimisme parmi les cadres de la Place

Après une période d'incertitudes, 49% des cadres supérieurs du secteur finances-assurance luxembourgeois déclarent ne plus être préoccupés par l'impact de la pandémie sur leur branche.

(BaL avec Marlene BREY) Les perspectives sont au beau fixe pour la Place financière luxembourgeoise. En tout cas, à en croire 60% des 400 cadres supérieurs interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les nuages s'éloignent. Ces cadres se disent ainsi plus optimistes aujourd'hui quant au climat des affaires qu'il y a un an. Réalisée au mois d'octobre, cette enquête a été rendue publique ce 15 novembre par l'agence pour le développement de la Place financière. 


Illustration,  boulevard Royal, banque de Luxembourg,  Finanzen, Finanzsektor, Finanzplatz, Bank, Bankenplatz, Finanzzentrum,  Finanzkonnektivität, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
La Place se tourne déjà vers le monde d'après
Bien que relativement peu impactées par la crise sanitaire, les banques actives au Luxembourg se voient contraintes d'évoluer pour répondre à un environnement en pleine mutation. Des transformations visibles dans les bilans annuels, compilés par le «Luxemburger Wort».

Dans l'ensemble, le secteur semble donc s'être remis de l'agitation initiale provoquée par la crise covid, selon les conclusions du LFF. 49% des répondants ont ainsi déclaré qu'ils n'étaient plus préoccupés par l'impact de la pandémie sur les services financiers.  Parmi les répondants, la moitié s'attend d'ailleurs à une augmentation des investissements mondiaux de leur entreprise courant 2022. 

L'humeur contraste donc bien avec celle de l'enquête de l'an dernier, dans laquelle 75% du panel questionné prévoyait un gel des investissements internationaux en 2021. 

Si cet optimisme général est qualifié d'encourageant par Nicolas Mackel, le dirigeant de LFF interrogé par nos confrères du Luxemburger Wort, une ombre vient noircir le tableau. Il s'agit de la guerre des talents, qui continue d'agiter les entreprises de la Place financière. Les sondés sont 51% à avoir indiqué à la LFF qu'ils n'étaient pas convaincus  «que leur entreprise soit en mesure de résoudre ce problème». En avril 2021, lors de l'enquête précédente, ils étaient 44% à adopter le même positionnement. 

Une inquiétude qui s'illustre par les données de la Banque centrale du Luxembourg (BCL), d'après laquelle 26.147 personnes étaient employées dans les établissements de crédit luxembourgeois à la date du 30 septembre. Par rapport au trimestre précédent, cela représente une diminution de 146 emplois, même si ce nombre reste stable en comparaison des chiffres de l'année précédente.   

Gare aux replis nationaux

Le quotidien de la majorité de ces travailleurs a été bouleversé par le télétravail, ces derniers mois. Le recours massif à cette nouvelle organisation semble cependant s'être bien déroulé au sein de la Place financière, permettant ainsi à 88% des sondés de se positionner favorablement quant à la capacité de leur entreprise à faire face aux défis qui y seront associés dans les douze prochains mois. 

Malgré ce regain de positivisme, les gestionnaires financiers restent prudents. Les cadres sondés émettent des craintes quant aux différents risques macroéconomiques. Les thèmes préoccupant les experts sont nombreux : de l'inflation aux bulles d'actifs en passant par l'accumulation de la dette publique. Un autre problème majeur pointé étant la montée en puissance des protectionnistes nationaux. Pour 80% d'entre eux, la fragmentation du marché intérieur de l'Union européenne fait partie de leurs préoccupations principales. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.