Changer d'édition

Record en trompe-l'oeil pour les immatriculations
Économie 2 min. 05.08.2020

Record en trompe-l'oeil pour les immatriculations

Le mois dernier, 5.509 voitures particulières et à usage mixte ont été immatriculées au Luxembourg. Un chiffre jamais atteint en juillet.

Record en trompe-l'oeil pour les immatriculations

Le mois dernier, 5.509 voitures particulières et à usage mixte ont été immatriculées au Luxembourg. Un chiffre jamais atteint en juillet.
Photo: Lex Kleren
Économie 2 min. 05.08.2020

Record en trompe-l'oeil pour les immatriculations

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Après quelques mois de ralentissement, le marché automobile luxembourgeois est reparti en flèche en juillet, avec un nombre d'immatriculations jamais vu. Une hausse spectaculaire qui ne serait en réalité qu'un rattrapage après le long confinement.

Affaibli par le virus, le secteur automobile reprend des couleurs. En témoignent les chiffres des immatriculations de juillet 2020, indicateur de sa bonne santé économique. Selon les données du Statec, 5.509 voitures particulières et à usage mixte ont ainsi été immatriculées le mois dernier. Un chiffre en nette hausse, d'ailleurs le plus haut jamais enregistré à cette période de l'année.

Car avec la pandémie sanitaire, le nombre de nouvelles immatriculations était en chute libre ces derniers mois. En mars dernier, seules 2.798 nouvelles immatriculations avaient été recensées, et seulement 1.192 au mois d'avril. La sortie du confinement a quant à elle engendré une tendance à la hausse, bien que les chiffres restent plus bas qu'en 2019.

Alors si les chiffres remontent en flèche en juillet, +14% par rapport à 2019, ils ne sont en réalité qu'un «rattrapage», interprète Guido Savi, Public affairs au sein de la Febiac. Le représentant des constructeurs et importateurs au Luxembourg justifie la tendance par le ralentissement de l'activité et les retards de livraison engendrés par le confinement. Le phénomène portant «notamment sur les voitures vendues durant l'Autofestival» de janvier dernier, temps fort pour les ventes.  


Le redémarrage «prudent» des concessions
Avec la deuxième phase du déconfinement, effective depuis le 11 mai, les showrooms reprennent doucement vie. Mais la crise du covid-19 ne s’effacera pas sans laisser des pertes qui sont pour l’heure difficilement quantifiables selon les professionnels du secteur.

A cela s'ajoutent les achats repoussés par les consommateurs, privés de visite en concession au début du printemps et qui se rattrapent depuis. «L'arrêt a été uniquement opérationnel, précise ainsi Guido Savi. Le besoin d'acheter un véhicule, lui, est toujours présent.» Reste que les chiffres de ce premier semestre 2020 sont bien ternes : la chute des ventes atteignant les -26,7% pour les sept premiers mois de l'année en comparaison à la même période pour 2019. 

De bon augure

Cependant, le rattrapage enregistré en juillet au Luxembourg pourrait bien être de bon augure. «Jusqu'à présent, nous avions pronostiqué une perte de 25% sur le total de l'année», confie le représentant de la Febiac avant d'estimer que la baisse pourrait finalement «être inférieure» à cette première estimation.  

Malgré la remise en route des usines des constructeurs automobiles, le secteur reste durement touché par la crise. «Dans toute l'Europe, la fermeture des usines a entraîné une production en chute de l'ordre de 2,6 millions de véhicules», détaille notamment Guido Savi. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'embellie économique semble se confirmer
Depuis mai dernier, des signes positifs émergent de nombreux secteurs d'activité au Luxembourg. Une orientation favorable que confirment les enquêtes de conjoncture réalisées par le Statec en juillet-août.
Einkaufsstraße / CP Présentation du Pakt pro pour déveloper le commerce de detail luxembourgois / 16.04.2016 /  Luxembourg  / Foto: Julien Ramos
«Le leasing accélérera le verdissement du parc auto»
Dominique Roger vient de s'installer au volant de Mobiz, le regroupement des acteurs de la location de véhicules. Pour lui, des mesures fiscales hâtives pourraient pénaliser non seulement ce secteur d'activité mais l'attrait de bien des entreprises adeptes de la voiture de fonction, et des motorisations "propres".
Le secteur automobile prédit une année noire
Si le nombre d'immatriculations au mois de juin a atteint son meilleur score depuis le mois de février, avec une baisse de «seulement» 10,6% par rapport à 2019, la Fedamo estime que ce regain d'activité constitue un trompe-l’œil et se prépare à une baisse du chiffre d'affaires de 500 millions d'euros sur 2020.
Lokales, Autofestival 2020, Jaguar, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort