Changer d'édition

RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois
Économie 2 min. 04.03.2021 Cet article est archivé

RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois

Avec actuellement 1.100 salariés, RBC annonce sa volonté de supprimer un cinquième de son effectif.

RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois

Avec actuellement 1.100 salariés, RBC annonce sa volonté de supprimer un cinquième de son effectif.
Photo: Serge Waldbillig/archive
Économie 2 min. 04.03.2021 Cet article est archivé

RBC envisage de supprimer 243 nouveaux emplois

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que, fin janvier, syndicats et direction de la banque canadienne implantée à Belval s'accordaient sur une extension du deuxième plan social, une nouvelle taille dans les effectifs est annoncée ce jeudi.

Après les annonces récentes de la disparition à venir de 200 postes chez Commerzbank et d'une trentaine chez Mitsubishi, c'est au tour de RBC d'annoncer un nouveau plan social. Le troisième depuis 2013 et la reprise de l'entité par Royal Bank of Canada. Selon les plans de la direction, 243 emplois sont concernés, indiquent jeudi l'Aleba, l'OGBL-SBA et le LCGB-SESF qui précisent que «selon un porte-parole de la RBC, dans la mesure du possible, les pertes d’emploi devraient être gérées par les baisses d’effectifs naturelles, du redéploiement et des départs en retraite».


Déjà en début d'année, 201 postes avaient été supprimés chez RBC au Luxembourg.
La restructuration de RBC attendra encore
Si un plan social a été signé le 13 décembre dernier au sein de la banque canadienne, 43 salariés restent à ce jour dans l'expectative. Raison pour laquelle l'Aleba a donné son accord pour l’extension du plan social.

Qualifiée de «précipitée et indécente» par les trois syndicats, cette annonce intervient non seulement dans un contexte social chargé, mais aussi et surtout quelques semaines après l'accord trouvé entre partenaires sociaux quant à l'extension du plan social annoncé en 2019. «Cette situation est du jamais-vu sur la Place et cela me fait me poser de vraies questions sur la qualité du management de RBC et leur vision sur la présence à long terme au Luxembourg», s'indigne Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, principal syndicat de la Place.

Car en moins de huit ans, l'établissement situé à Belval taille ouvertement dans les effectifs, avec des plans sociaux cumulés qui pourraient représenter quelque 600 emplois. Pour l'heure, la banque en emploie 1.100 au Grand-Duché. «Les motifs de cette nouvelle restructuration semblent être similaires à ceux de 2013 et 2019 et ne sont pas liés au Covid-19, mais simplement à une réduction des coûts en vue d’améliorer les résultats nets de l’entreprise», écrivent les syndicats dans un communiqué commun. Chose inédite depuis le début de la guerre déclarée entre syndicats de la Place.

Questionné sur la multiplication des plans sociaux au cours des dernières semaines, Laurent Mertz estime qu'«un point commun existe entre les trois cas, à savoir la volonté des directions de revoir leurs coûts, non pas en réduisant les dividendes, mais en réduisant la masse salariale». Un phénomène observé à l'échelle européenne et mondiale, en lien notamment avec la transformation du secteur financier. Pour le Luxembourg, avec les seules trois annonces officielles présentées depuis le début de l'année, cela se traduit par la suppression de quelque 500 postes. Dans le même temps, le volume d'actifs gérés sur la Place continue de battre des records, le seuil symbolique des 5.000 milliards sous gestion ayant été franchi en janvier dernier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2013, 2019, 2021 : les années passent et les plans sociaux se succèdent pour la filiale luxembourgeoise de la Banque royale du Canada (RBC). De quoi faire douter de la stratégie de l'établissement pour les syndicats OGBL, LCGB et ALEBA.
RBC - Belval - Photo : Pierre Matgé
Deux semaines et demie après l'annonce de la restructuration de l'entité luxembourgeoise de la banque japonaise, 16 emplois se trouvent officiellement sur la sellette, annoncent ce lundi les syndicats dans un communiqué commun.
Die Mitsubishi Bank verlagert Geschäfte aus Luxemburg in andere Unternehmensbereiche.
Deux jours après l'annonce du départ de Commerzbank et de l'incertitude de 200 salariés, c'est au tour de la banque japonaise d'indiquer mettre en place une restructuration de son entité au Luxembourg. Une vingtaine d'emplois est concernée, indique jeudi l'Aleba.
Si un plan social a été signé le 13 décembre dernier au sein de la banque canadienne, 43 salariés restent à ce jour dans l'expectative. Raison pour laquelle l'Aleba a donné son accord pour l’extension du plan social.
Déjà en début d'année, 201 postes avaient été supprimés chez RBC au Luxembourg.
Ayant obtenu «des conditions de départ acceptables» chez Kneip, le principal syndicat du secteur financier ne cache pas, mercredi, son pessimisme pour les mois à venir. «Des entreprises réfléchissent à sabrer dans leurs coûts», avance le président, Robert Mendolia.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort